James Simpson - Adrian Scripps

« Nous passons de 7 plateformes de récolte la saison dernière à 21 cette saison »

Rien d'étonnant à ce que cette saison soit décrite par James Simpson, directeur général du producteur de pommes Adrian Scripps, comme l'une des plus étranges depuis de nombreuses années.

« Nous avons connu le mois d'avril le plus froid depuis 60 ans, avec huit gelées successives et 14 nuits de gel au total durant le mois. Suivi de six semaines sans pluie, puis d'un mois de juillet et août très humide avec des orages torrentiels », explique James. « Résultat : tout s'est développé, y compris les mauvaises herbes, les ravageurs et les maladies. Les gelées ont affecté le nombre total de fruits sur les arbres, certaines variétés, notamment la Cox et la Bramley, ayant été particulièrement touchées. Dans l'ensemble, les rendements ont été limités et peu de producteurs ont déclaré avoir des récoltes complètes ».

Le printemps froid a retardé la saison d'environ une semaine à 10 jours par rapport à la saison dernière. Le temps froid d'avril et de mai a réduit la division cellulaire et donc la taille des fruits. James espère que le temps plus chaud dans les six semaines précédant la récolte aidera à la qualité et à la saveur des fruits.

Selon lui, les maladies ont été le principal problème cette saison.

« Les conditions humides juste après la floraison, puis en juillet et août, ont maintenu la pression sur les maladies telles que la tavelure et le Nectria. Cela peut affecter le potentiel de stockage. La finition de la peau est globalement un peu meilleure que prévu, mais présente encore quelques roussissements suite au gel et aux forts vents d'est. »

Comme la saison commence plus tard, Adrian Scripps n'a pas encore démarré la vente, mais les réponses des clients semblent indiquer une forte demande pour les pommes britanniques.

« Nous avons constaté une augmentation significative des coûts dans toute l'entreprise, la main-d'œuvre étant la plus importante. Les coûts salariaux ont augmenté de plus de 8 % cette saison. Le transport, l'emballage et les coûts des intrants de culture ont tous augmenté. L'effet net se traduit par une augmentation à deux chiffres du coût global de production de certains fruits. »

Adrian Scripps a toujours eu une longueur d'avance en matière d'automatisation. James affirme que la technologie installée dans la station d'emballage a permis d'augmenter la productivité, mais les problèmes de main-d'œuvre restent importants.

« Dans les vergers, nous augmentons le nombre de plateformes de récolte de sept la saison dernière à 21 cette saison, dans le but de semi-automatiser notre récolte. Nous pensons que cela accroîtra la productivité dans les vergers, tout en permettant de compenser une partie de la pénurie de main-d'œuvre. Nous continuons à tester toute une série de technologies dans l'entreprise, en particulier pour la collecte de données. Grâce à ces technologies, nous espérons réduire les intrants et mieux cibler les ressources, en particulier dans le domaine de la culture. »

Pour plus d'informations :
James Simpson
Adrian Scripps Ltd
Tél. : +44 1892 832406
james@adrianscripps.co.uk
www.adrianscripps.co.uk


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)