GTRI

L’avenir de la récolte des pêches

Le Georgia Tech Research Institute (GTRI) a mis au point un robot conçu pour prendre en charge l’éclaircissement et l'élagage des pêchers, ce qui pourrait entraîner des économies importantes pour les exploitations de pêche de Géorgie (USA).   

« La plupart des gens sont familiers avec les étapes de cueillette et de vente sur les marchés », a déclaré Ai-Ping Hu, ingénieur de recherche au GTRI, qui dirige le projet de conception du robot. « Mais il y a en fait beaucoup de choses à faire en amont ».

Grâce à un système de télédétection LIDAR - qui détermine les distances en ciblant un objet à l'aide d'un laser et en mesurant le temps que met le faisceau laser à se réfléchir - et à une technologie GPS hautement spécialisée qui mesure l’emplacement au centimètre près, le robot est capable de naviguer de lui-même dans les vergers tout en évitant les obstacles. Une fois arrivé à un pêcher, le robot utilise une caméra 3D intégrée pour déterminer les pêches qui doivent être prélevées. Il les cueille ensuite à l'aide d'un dispositif en forme de griffe, appelé effecteur, relié à l'extrémité de son bras.   

Le robot prend en charge deux éléments clés du cycle de culture des pêches : la taille et l'éclaircissage des arbres. 

Mais jusqu'à présent, aucun robot sur le marché n'a été en mesure de remplacer entièrement l'homme dans la culture des pêches. Cela en raison de l'environnement contraignant des vergers de pêchers, avec des conditions météorologiques imprévisibles, des terrains accidentés et des arbres de formes et de tailles variées, note M. Hu.

« Dans un verger, il n'y a jamais deux arbres identiques », ajoute-t-il. « Vous pouvez avoir une journée ensoleillée comme très nuageuse - cela va affecter la façon dont le robot peut fonctionner ».

« Il n'y a pas de robot dans le monde à l'heure actuelle qui puisse récolter ou éclaircir des pêches aussi bien que l’Homme », déclare encore M.Hu. « La technologie n'est pas encore tout à fait au point ».

Les efforts actuels pour automatiser la récolte des pêches et d'autres cultures particulières n'ont pas apporté autant de progrès que ceux réalisés dans l'automatisation des cultures de produits de base, où les machines peuvent collecter des centaines d'hectares à la fois. On entend par cultures de base des produits tels que le maïs, le blé et le soja. 

Pour résoudre ces problèmes particuliers, le GTRI étudie les moyens d'améliorer les capacités de classification d'images du robot et ses performances globales. Pour cela, il tente d’y intégrer une intelligence artificielle avec des facultés d'apprentissage. Le GTRI s'est également associé à Dario Chavez, professeur au département d'horticulture de l'université de Géorgie, à Griffin, pour explorer plus avant l'automatisation « intelligente » de la culture des pêches.

Gary McMurray, ingénieur de recherche au GTRI et chef du département des technologies « intelligentes et durables », a déclaré que ce nouveau robot devrait métamorphosé le processus de culture des fruits. Notamment pour de nombreuses exploitations qui ont eu du mal à cultiver des arbres suffisamment résistants aux conditions environnementales imprévisibles. 

Pour plus d'informations :
Michelle Gowdy
GTRI
Tél. : 404-407-8060
Michelle.Gowdy@gtri.gatech.edu 
research.gatech.edu


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)