Les cageots en bois coûtent désormais 400 euros de plus que l'année dernière

« Je doute que les pommes puissent couvrir les coûts de production cette saison »

La saison des pommes polonaises a démarré, puisque les premières expéditions de Gala sont en cours. Selon un exportateur, les pommes turques ne seront une véritable concurrence que si elles réussissent à maintenir des coûts de production bas. Pendant ce temps, les coûts polonais augmentent, parallèlement à la hausse des prix des caisses en bois. L'exportateur se demande si dans ces conditions la vente des pommes réussira à couvrir les coûts de production.

La demande pour les pommes polonaises tente toujours de prendre son envol, comme le déclare Mohamed Marawan, propriétaire de l'exportateur polonais Sarafruit : « Nous avons commencé notre saison de pommes il y a deux semaines, et nous avons depuis exporté les premiers conteneurs de pommes Gala. D'ici la fin du mois prochain, les saisons des variétés Golden, Red Prince et Idared seront également lancées. La demande actuelle est lente, parce que nous sommes encore au tout début de la saison et qu'une nouvelle procédure douanière en Égypte ralenti également les exportations vers ce marché. Chaque commande d'exportation vers l'Égypte nécessiter une autorisation spécifique du gouvernement égyptien. »

Selon Marawan, les conditions météorologiques ont effectivement causé des pertes dans certaines régions de Pologne, mais toutes les zones n'ont pas été touchées. « Dans les semaines précédant la récolte, nous avons connu beaucoup de pluie, ainsi que de la grêle, mais tous les vergers de pommiers n'en ont pas été affectés. Certains vergers d'Arias ont vu des pommes détruites par la grêle, alors que pour d'autres c'est comme si rien ne s'était passé. Cependant, grâce au froid, les pommes se sont développées avec de belles couleurs cette année et nous espérons commencer la récolte à peu près au même moment que l'année dernière. »

Bien que les Turcs fasse la promotion de la qualité de leurs pommes, Marawan n'est pas sûr qu’ils soient capables de rivaliser sur le marché égyptien : « La concurrence pourrait affecter nos exportations, c'est difficile à dire. Les Turcs revendiquent une grande qualité, mais tout dépend du coût de production. La Turquie ne fait pas partie de l'accord EUR 1, ce qui signifie qu'elle devra payer des frais de douane si elle veut exporter vers le marché égyptien. C’est donc seulement s'ils ont réussi à produire des pommes vraiment bon marché, qu’ils pourraient devenir très compétitifs sur le marché égyptien. »

Les coûts ont augmenté pour la production de pommes. Marawan affirme que même les cageots en bois dans lesquelles les pommes sont transportées ont connu une hausse de prix significative. « Les importateurs égyptiens préfèrent leurs pommes dans un cageot en bois, mais certains apprécient aussi le carton. Pour nous, l'utilisation de cartons n'est pas idéale en raison du long temps de transit. Les cartons sont plus fragiles et ne tiendraient pas pendant les 30 jours de voyage à cause de l'humidité. Cependant, les cageots en bois sont devenus plus chers que par le passé, surtout l'année dernière. Pour un conteneur seul, les coût a augmenter de 400 euros. Si l'on considère l'ensemble du transport, une caisse en bois est désormais 500 euros plus chère qu'elle ne l'était la saison dernière. Si vous prenez en compte toutes les augmentations de frais, je doute que les pommes puissent couvrir le coût de production cette saison. »

Certains pomiculteurs polonais se tournent vers d'autres types de produits. Marawan pense que c'est une évolution positive : « Les producteurs de pommes polonais qui se tournent vers d'autres fruits, c'est en fait l'histoire qui se répète. Prenez la Hollande, par exemple. Ils avaient une très grosse production de pommes et ont décidé de passer aux poires. Maintenant, la Hollande a beaucoup de succès avec les poires. Je pense que la Pologne devrait faire de même et se tourner vers d'autres fruits, car si vous regardez l'Ukraine, elle produit aussi beaucoup de pommes cette année. Par conséquent, trouver d'autres fruits à exporter depuis la Pologne, à grande échelle, serait bénéfique, pour équilibrer la balance et trouver une certaine stabilité. » 

Pour plus d'informations :
Mohamed Marawan
Sarafruit
Tél. : +48 537 935 155
office@sarafruit.eu 
www.sarafruit.eu 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)