Pedro Paniagua, de Cobella : « En l'espace d'une demi-heure, tout a été inondé »

Une tempête dans la province espagnole de Huelva frappe Campo de Lepe, Cartaya et La Redondela

La tempête qui a frappé Lepe, Cartaya, La Redondela et Ayamonte jeudi dernier a causé des dommages considérables aux résidents de ces municipalités de la province espagnole de Huelva.

En ce qui concerne le secteur agricole, les dommages subis par les exploitations ont également été conséquents. Dans le cas des fraises, la tempête est arrivée au moment où les exploitations disposaient de tout pour commencer la plantation, selon l'UPA de Huelva. Elles ont été inondées (jusqu'à deux mètres d'eau, dans certains cas), et les talus sont inutilisables, il faudra donc attendre l'évacuation de l'eau avant de pouvoir reprendre le processus. Les plantations seront donc retardées et, bien sûr, le début de la saison en sera affecté.

Dans le cas des framboises et des myrtilles, les cultures ont été plantées, les plantes ont donc été immergées. Le rendement végétatif s'en trouve altéré et l'état des plantes et la production s'en ressentent. Certaines plantations ont été emportées par les eaux, les dégâts sur ces cultures sont donc beaucoup plus importants.

Il en va de même pour les agrumes et les kakis, dont la récolte avait déjà débuté. De nombreux champs ont été inondés, et l'excès d'eau nuit gravement à la production, si bien que la récolte risque d'être affectée.

Les routes rurales qui donnent accès aux fermes ont également subi de sérieux dommages. Cela risque d'avoir un impact sur l'activité agricole dans la mesure où il devient difficile de dégager les matériaux endommagés et d'effectuer les réparations.

Moments de grande tension et de peur à la coopérative Cobella
La municipalité de Lepe, où se trouve la coopérative Cobella, a sans aucun doute été la plus touchée. Ce producteur de baies, d'agrumes, de kakis et de grenades a subi de graves dégâts matériels.


Les installations de Cobella, inondées par la tempête.

L'entreprise a été touchée alors qu'une trentaine d'employés étaient au travail, et que 30 autres personnes suivaient des cours de formation. La tension et la peur étaient à leur comble.

« Pendant environ une heure et demie, on a enregistré environ 120 litres de pluie par mètre carré », raconte Pedro Paniagua, directeur de Cobella, qui fait partie de la coopérative de seconde catégorie Onubafruit. « Les pluies torrentielles ont commencé à inonder les entrepôts, y compris les bureaux ; les archives administratives ont été touchées aussi. En l'espace d'une demi-heure, le premier étage des installations a été complètement inondé. L'eau a même débordé des zones de chargement, s'infiltrant dans la zone de manipulation et de conditionnement des fruits. »


Les installations de Cobella, touchées par la tempête.

Selon le directeur de cette coopérative, « l'eau charriait des palettes, des conteneurs et d'autres matériaux, ainsi qu'environ 40 ou 50 véhicules de travailleurs, garés à proximité. Nous étions coupés du monde car nous n'avions pas de signal téléphonique à ce moment-là. Les travailleurs se trouvaient dans la partie basse de l'entrepôt ; ils ont donc décidé à juste titre de se réfugier dans les parties hautes. »

Pedro Paniagua affirme que « désormais, tout est plein d'eau et de boue ; il faudra des jours pour tout nettoyer, même si, heureusement, il n'y a pas eu de blessés. »


Les installations de Cobella, touchées par la tempête.

Bien que les dégâts soient encore en cours d'évaluation, on estime qu'entre 30 et 40 producteurs membres de cette coopérative ont leurs productions touchées. « Certains macro tunnels sont totalement dévastés, tout comme certaines plantations de myrtilles et de framboises, sur lesquelles nous travaillions ; nous allons perdre quelques lots, car ils avaient déjà été récoltés à leur point de maturité optimale et ne peuvent plus être manipulés. Les fortes pluies et la grêle ont également eu un impact sur les champs d'agrumes, de grenadiers et de kakis, où la récolte commençait aussi. Le début de la campagne sera donc retardé. »

« Il s'agit d'un contretemps majeur, même si nous sommes très fiers de nos employés, qui travaillent de façon exemplaire pour que tout rentre dans l'ordre le plus rapidement possible. Nous sommes également reconnaissants envers les partenaires, fournisseurs et organisations qui nous ont contactés pour nous proposer leur aide », déclare Pedro Paniagua.

Pour plus d'informations :
Cobella
Avda. Blas Infante, s/n
21440 Lepe, Huelva. Espagne
Tél. :+34 959 383 162
cobella@cobella.net

Pour plus d'informations :
UPA Huelva
upahuelva@upahuelva.org
www.upahuelva.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)