Maarten van Damme, Dacomex, Pays-Bas :

« Grâce à ce nouveau bâtiment, nous pourrons mieux gérer le pic d’automne »

En 2018, l'exportateur néerlandais d'oignons et de pommes de terre, Dacomex a ébauché les premiers plans de son nouveau bâtiment. Cet été, la toute nouvelle ligne de production de l'entrepôt a été achevée. Maarten van Damme, qui représente la quatrième génération de cette entreprise familiale, est ravi de cette expansion : « Au lieu de 40 tonnes, nous pouvons maintenant traiter jusqu'à 70 tonnes d'oignons par heure ».

Mais la seule intention n’était pas de faire de plus gros volumes, l’exportateur d'oignons voulait aussi devenir beaucoup plus flexible. « Nous avions une capacité insuffisante pendant les périodes de pointe. Nous devions donc acheter beaucoup d'oignons à d'autres entreprises. Nos machines devaient également être remplacées. C'est pourquoi nous avons décidé de prendre le taureau par les cornes. »

« Nous avons toujours été un véritable acteur en Afrique. Nous sommes donc plus occupés à l'automne que durant les premiers mois de la saison. Je fais la plupart des ventes pour l'Afrique le lundi car que les bateaux sont prêts à partir en fin de semaine. Parfois, les commandes arrivaient le mardi et nos collègues conditionneurs ne pouvaient pas nous suivre. Nous devions alors refuser des clients ce que nous voulons éviter au maximum », explique Maarten.

« Nous voulons continuer à travailler avec les conditionneurs avec lesquels nous collaborons depuis des années. Nous n'abandonnerons pas les relations que nous avons établies au fil des ans. Cependant, nous pouvons désormais travailler plus sereinement si un nouveau client nous approche. Et nous pouvons livrer des volumes plus importants à nos acheteurs existants. En continuant à automatiser, nous continuons aussi, pour la plupart, à travailler avec les mêmes personnes. Nous pouvons facilement augmenter ou diminuer le débit des nouvelles machines, ce qui nous rend plus flexibles et nous permet de réduire davantage les coûts de production. »

Eqraft, principal fournisseur
Dacomex a profité de l'occasion pour s'inspirer de plusieurs autres entreprises de conditionnement d'oignons pour leur nouveau site. « Tout le monde nous a sincèrement accueillis, aussi bien les concurrents directs que les conditionneurs qui nous fournissent. Nous avons vraiment apprécié cela », poursuit Maarten. Après avoir étudié les fournisseurs de machines, le choix final s'est porté sur Eqraft. En tant que maître d'œuvre, Eqraft a développé les plans et s'est occupé de la coordination générale.

« Cela a parfaitement fonctionné pour nous. Eqraft est un véritable spécialiste de l'oignon. Ils ont fourni des coupeuses, des salles de mesure, des égalisateurs, des trémies basculantes, des machines à emballer et des bandes transporteuses. Outre Eqraft, plusieurs autres entreprises qui ont fait leurs preuves dans le secteur de l'oignon ont collaboré à ce projet. »

Dacomex a délibérément choisi de ne pas faire de tri optique. « Nous n'excluons pas cette possibilité pour l'avenir. Et nous avons intégré la possibilité de passer au tri optique avec des réglages assez simples. Mais, pour l'instant, cela n'a pas de sens sur le plan financier. La technologie du tri optique est encore en cours de développement. Pour nous, elle était tout simplement trop chère. C'est pourquoi nous avons opté pour une ligne conventionnelle pour le moment », ajoute M. Van Damme. 

Le principal avantage de l'entreprise est qu'elle dispose d'une grande marge de manœuvre pour s'agrandir. « L'emplacement du nouvel entrepôt était auparavant notre décharge et notre parking pour les camions. Nous avions donc tout l'espace nécessaire pour construire un entrepôt, y compris un nouveau parking. Nous avons immédiatement ajouté 20 connecteurs reefer et bottom-dumper. » 

Dacomex a toujours fait du commerce d'oignons ainsi que de pommes de terre. « Lorsque la Russie était encore ouverte, nous faisions plus de pommes de terre que d'oignons. Ces dernières années, cependant, la proportion d'oignons a augmenté par rapport à celle des pommes de terre. L'Afrique représente aujourd’hui 60 % de nos ventes et le Royaume-Uni est notre deuxième acheteur. Nous vendons également à l'Amérique du Sud et à l’Extrême-Orient », explique Maarten. 

De nombreuses possibilités d'exportation
La culture locale augmente chaque année dans des pays de vente importants comme le Sénégal. Malgré cela, Maarten est optimiste quant à l'avenir des exportations d'oignons. « Mais nous devons faire face au fait que la fenêtre d'ouverture du marché se réduit. Et aux Pays-Bas, les volumes ne font qu'augmenter. Avec les pommes de terre, je pense que le Sénégal pourrait devenir autosuffisant, mais pas avec les oignons. Leur population est en train de croître énormément. »

« Donc, pour l'instant, nous pouvons encore y vendre nos oignons. Je pense que cette saison, comme l'année dernière, nous pourrons exporter en abondance, à condition que les conteneurs soient disponibles. Mais il y a plus de pirates sur cette côte. Nous l'avons vu en juin, par exemple, nos oignons étaient sur le point d'être retirés du marché et le Maroc desservait le marché africain avec des oignons de haute qualité. »

« Nous devons maintenir la qualité aux Pays-Bas aussi. Nous pouvons envoyer nos oignons dans le monde entier. Pourtant, il est certain que la qualité de certaines parcelles se dégrade rapidement. Durant des années, les oignons ont été une culture rentable. Mais nous devons continuer à cultiver les régions qui produisent les oignons de meilleure qualité. Sinon, nous nous tirerons une balle dans le pied. Il est plus important de viser la qualité que la quantité », conclut Maarten.

Pour plus d'informations : 
Dacomex
Maarten van Damme
Tél. : +31 166 662 550
maarten@dacomex.nl    
www.dacomex.nl   

Eqraft
Tél. : + 31 527 256 130
info@eqraft.com 
www.eqraft.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)