« Nous voulons encore augmenter la présence des oranges de la vallée de Guadalquivir à l'étranger »

L'orange sera l'agrume le plus produit cette saison en Espagne. Il devrait représenter 52,4 % de la récolte nationale, totalisant quelque 3 511 079 tonnes, selon les estimations du ministère espagnol de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation (MAPA). Pour sa part, la région autonome d'Andalousie prévoit une production de 1 692 600 tonnes (-1,3 % par rapport à la saison précédente), selon les données provisoires du gouvernement régional, et représentera 48,2 % de toutes les oranges espagnoles.

Les oranges douces sont, en effet, le principal agrume dans les champs d'Andalousie, représentant 70,5 % de la production régionale totale.

« En général, le cycle de croissance du fruit a connu un bon développement, ce qui a conduit à une récolte normale au niveau de la production et à des fruits de très bonne qualité », affirme Antonio Carmona González, gérant de Sunaran SAT et président de l'Association d'Agrumes Palmanaranja, promoteur de la marque de garantie Naranjas del Valle del Guadalquivir (Oranges de la vallée de Guadalquivir). L'Andalousie prévoit une légère baisse de la production par rapport à l'année dernière, avec une part plus importante pour les variétés disponibles en début de campagne, notamment la Navelina, indique Antonio. « Les autres variétés enregistrent des niveaux de production normaux. »

La saison des oranges a donc commencé avec des prévisions de marché favorables, motivées par le fait que l'année dernière, les prix ont atteint les niveaux les plus élevés de la dernière décennie, tant à l'origine que dans les centres de manutention.

« Au début de la saison, nous constatons que l'offre de fruits de l'hémisphère sud est encore assez importante sur certains marchés, mais nous sommes convaincus qu'au fil des semaines, cette offre va disparaître et sera remplacée par les fruits de la nouvelle saison espagnole. Nous espérons que les marchés répondront de manière satisfaisante à la nouvelle campagne et que nous pourrons avoir un bon équilibre entre l'offre et la demande, ce qui devrait permettre d'atteindre des prix rentables pour tous les maillons de la chaîne alimentaire », a déclaré Antonio Carmona.

Les oranges, comme les autres agrumes au début de la campagne espagnole, sont arrivées sur le marché à un moment où il y avait encore une offre importante en provenance de l'étranger, « surtout de l'Afrique du Sud. De plus, il y a une certaine incertitude quant à ce qui peut encore arriver, car nous recevons des nouvelles de divers problèmes dans le pays d'origine et on ne sait pas encore si d'autres fruits arriveront ici, en quelle quantité et quand. Quoi qu'il arrive, cela aura sûrement un impact sur les marchés, d'une manière ou d'une autre. »

L'Égypte, un concurrent de taille pour les oranges andalouses
La production andalouse n'est pas seulement en concurrence avec les importations de l'hémisphère sud qui se chevauchent avec le début de la campagne, comme on le voit actuellement. Elle l'est également avec certaines importations de l'hémisphère nord, et plus précisément de l'environnement méditerranéen, grande zone de production ayant fortement percé dans le secteur de l'orange. 

« Dans la période où notre campagne est en cours, le pays qui a le plus augmenté ses exportations ces dernières années est l'Égypte, qui est devenue un très grand concurrent sur pratiquement tous les marchés où nous sommes présents. Leurs coûts de production leur permettent d'offrir leurs fruits à des prix avec lesquels nous ne pouvons normalement pas rivaliser. Et ils ne sont pas soumis aux mêmes normes phytosanitaires européennes que nous, ce qui leur donne la possibilité d'utiliser dans leurs cultures des matières actives qui sont interdites chez nous ; autrement dit, nous ne sommes pas soumis aux mêmes règles, ce qui entraîne très clairement une concurrence déloyale qui provoque une situation de plus en plus préoccupante pour notre production. »

L'Europe, principale destination
L'Espagne est le principal pays producteur d'agrumes de l'UE et le premier exportateur mondial d'agrumes frais (en 2019, elle a représenté 25,2 % des exportations mondiales d'agrumes, selon les données publiées par l'Observatoire de la Complexité Économique (OEC), et l'environnement européen est sans aucun doute son principal marché.

« Tous les pays européens sont des marchés importants pour nos oranges, et par le nombre d'habitants et les relations commerciales, l'Allemagne, la France, les Pays-Bas et la Pologne sont peut-être les plus importants au sein de l'Europe », indique le professionnel. « Cependant, un pourcentage croissant va à l'étranger. Cette part atteint probablement déjà entre 25 et 30 %, selon la saison, car les oranges permettent un long voyage et cela sert aussi à éviter la saturation du marché européen. Logiquement, les problèmes actuels de logistique rendent ces exportations difficiles, mais toutes les parties impliquées travaillent pour résoudre ces problèmes, et dans ces premières semaines de campagne, il y a déjà beaucoup d'envois de conteneurs prévus vers des pays comme le Canada et la zone des Émirats arabes unis. »

Depuis le 1er janvier de cette année, le Royaume-Uni est aussi un pays tiers. Sa sortie de l'UE est une réalité avec laquelle les exportateurs d'agrumes ont déjà dû composer la saison dernière, mais c'est un chapitre qui n'est pas encore totalement écrit. « Tout ce qui implique un changement majeur dans la manière habituelle de travailler avec un marché quelconque provoque une incertitude qui nuit généralement au développement normal des relations commerciales. Dans le cas du Royaume-Uni, nous le constatons déjà et nous espérons que les problèmes pourront être résolus, car il s'agit d'un marché très important pour nos oranges », déclare Antonio.

Pourtant, malgré son ampleur, ce n'est pas le seul défi auquel le secteur est confronté cette saison. « Je pense que le principal défi pour notre secteur en général est de pouvoir acquérir un pouvoir significatif, tant en Espagne qu'en Europe, afin que l'Interprofession Intercitrus puisse défendre les intérêts communs et généraux de l'ensemble du secteur face aux menaces constantes qui le guettent. Il manque un bon travail de promotion de nos agrumes, tant en Espagne qu'à l'extérieur. Il faut sensibiliser les consommateurs européens pour les convaincre de consommer des produits européens, et nous devons travailler pour défendre les intérêts du secteur auprès des administrations », affirme Antonio.

« Quant à cette saison, à mon avis, le principal défi pour le secteur est de voir comment les choses vont se passer sur le marché une fois la pandémie passée, quand le contexte aura repris une certaine normalité. Les deux dernières campagnes ont été fortement marquées par cette situation, et nous devons maintenant voir comment la consommation et la demande vont se comporter. » 

La vallée de Guadalquivir représente 50 % de la production andalouse d'oranges biologiques
L'Espagne est le principal pays européen en termes de superficie et de production biologique et le troisième plus important au monde, et l'Andalousie représente 45 % de la surface biologique nationale.

Les données de la saison 2019/20 confirment l'engagement de l'agriculture andalouse en faveur de la durabilité de la production d'agrumes. La superficie consacrée aux agrumes biologiques est passée cette saison-là à 8 973 hectares, ce qui implique une augmentation de 4,7 % par rapport à l'année précédente et représente 10 % de la superficie totale consacrée à la production d'agrumes.

Plus précisément, la superficie des orangers biologiques était de 4 977 hectares en 2019, ce qui représentait 6 % de la superficie totale des orangers en Andalousie, enregistrant une augmentation de 2,4 % par rapport à l'année précédente, selon les données de l'Office.

Il convient de noter que la superficie actuellement en cours de conversion (1 040 hectares) a augmenté de 34,7 % par rapport à 2018, ce qui témoigne du potentiel de croissance important de la superficie biologique dans les années à venir.

La vallée de Guadalquivir y joue un rôle essentiel, puisqu'elle représente 50 % de la production d'oranges biologiques en Andalousie (Séville produit 37,8 % du total et Cordoue 12,2 %). Ces fruits sont principalement exportés vers l'UE, l'Allemagne, la France, le Portugal, le Royaume-Uni et les Pays-Bas arrivant en tête.

Les données de la saison 2019/20 révèlent également que les prix des oranges biologiques dans les centres de manutention d'Andalousie étaient 42 % plus élevés que ceux des oranges conventionnelles. La Navelina se distingue particulièrement, puisqu'elle a atteint des prix supérieurs de 44 %.

Marque de garantie Naranjas del Valle del Guadalquivir
La vallée de Guadalquivir présente des caractéristiques pédologiques et climatiques idéales pour la culture des oranges. Celles-ci confèrent au fruit les propriétés organoleptiques et physicochimiques qui lui permettent de se distinguer sur le marché. L'Association pour la promotion des oranges de la vallée de Guadalquivir, qui était présente à la dernière édition du Fruit Attraction, travaille à faire connaître ces oranges avec sa propre marque.

« Nous participons avec notre propre stand au Fruit Attraction depuis la première édition, car c'est l'endroit où il faut être si l'on fait partie du secteur des fruits et légumes. Et depuis que nous avons lancé ce projet, nous avons organisé diverses initiatives pour faire comprendre aux consommateurs nationaux que les oranges sont produites en Andalousie, et que la vallée de Guadalquivir est le principal producteur, contribuant autant que la région de Valence. Nous voulons continuer à travailler dans ce sens et renforcer notre présence à l'étranger, car nous ne pouvons pas oublier que près de 80 % de notre production est destinée au marché extérieur, en particulier au marché européen », conclut Antonio Carmona.

Pour plus d'informations : 
Antonio Carmona González
Gérant de Sunaran SAT et Président de l'Association des Agrumes Palmanaranja
Marca de Garantía Naranjas del Valle del Guadalquivir 
www.valledelguadalquivir2020.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)