Mini Symposium Avocado Normec Food Care

Avocat : un fruit tendance avec des défis à relever

« L'avocat est un fruit savoureux, sain et tendance, mais il n'est pas sans défis », a déclaré Jelger de Vriend, directeur de Normec Food Care, lors de l'ouverture du Mini Symposium Avocado organisé par son entreprise. Il a également indiqué que l'avocat figurait dans le top 5 des produits dont les consommateurs se plaignent le plus, car ils sont déçus par la qualité des fruits. 

Popularité
Le premier intervenant du mini symposium était Ludo Tuijnman, de Maas Fruit Quality Inspection et responsable de la formation des professionnels du contrôle de la qualité chez Normec Foodcare. Il a abordé la question de la chaîne d'approvisionnement en avocats. Ludo a observé qu'au cours des 20 dernières années, l'intérêt pour plusieurs fruits, dont l'avocat, s'est de plus en plus déplacé vers la variante prête à consommer. L'avocat est donc devenu de plus en plus gros et sa popularité, à certaines périodes de l'année, a même dépassé celle de la banane. Avec l'augmentation des ventes, l'importance de répondre aux besoins des consommateurs a également augmenté. En bref : les consommateurs veulent des avocats mûrs, disponibles au supermarché. De nombreux facteurs peuvent influencer la qualité et la maturité de l'avocat. Ludo en a abordé plusieurs et a particulièrement insisté sur l'importance de la teneur en matière sèche et l'absence d'amertume, car ces aspects jouent un rôle important dans le mûrissement et la coloration des avocats et donc dans la livraison au client du fruit prêt à consommer qu'il souhaite.

Histoire
Peter van der Veeken, de Normec Foodcare, a ensuite proposé de raconter l'histoire de l'avocat. Selon lui, ce produit est très polyvalent, mais il s'agit d'un produit difficile qui s'accompagne d'un mode d'emploi. Il est donc important de raconter comment l'avocat est cultivé, récolté, trié, transporté, stocké et mûri. « Pourquoi dépenserions-nous tous les efforts et tout l'argent pour ce produit magnifique et savoureux tout au long de la chaîne, puis, une fois que le produit atteint le magasin où il sera vendu au consommateur, nous ne faisons plus rien et laissons le consommateur s'en charger ». Pour Peter, l'histoire de l'avocat est une histoire très importante à raconter, partout dans la chaîne mais surtout à la fin ; aux personnes qui vendent les fruits et à celles qui les achètent. « Si vous aimez l'avocat, il vous aimera en retour ».

Qualité
Karin Gorree, également de Normec Foodcare, a parlé du consommateur et de ses attentes puis a partagé quelques chiffres révélateurs. Elle a tout d'abord souligné l'importance de répondre aux attentes des clients, car il existe un potentiel de croissance considérable. En effet, seuls 40 % des consommateurs néerlandais mangent de l'avocat, soit une moyenne de 12 unités par an. Il est donc important de savoir ce qui est essentiel pour les consommateurs. Karin nous a indiqué que la qualité est l'aspect le plus déterminant, avant même le prix. L'un des facteurs qui définissent la qualité est le goût, qui est déterminé par le degré de maturité. Pourtant, tous les avocats présentés comme prêts à consommer ne le sont pas vraiment. Karin a constaté qu'en moyenne 19 % - soit près d'un sur cinq - des avocats ne sont pas prêts à être consommés. Le bon côté des choses, c'est que ce pourcentage a déjà baissé par rapport à 2017, année où une enquête avait révélé qu'un avocat sur quatre n'était pas prêt à être consommé. Karin a mis au défi l'auditoire de faire baisser le pourcentage d'avocats qui ne sont pas prêts à être consommés à 10 % d'ici trois ans. « Pour cela, toute la - très longue - chaîne d'approvisionnement doit travailler ensemble ».

Offrir plus d'émerveillement
C'est aussi ce que le dernier intervenant, Jelger de Vriend, a appelé de ses vœux : une maturité meilleure et plus constante de l'avocat sur les étals. Et cela passe, selon lui, par un contrôle actif et une réduction de la variabilité. Les données et la coopération tout au long de la chaîne sont utiles à cet égard et une autre façon d'y parvenir est d'optimiser la chaîne du froid. M. Jelger a expliqué que si l'on considérait les avocats de la même manière que, par exemple, les fruits à baies, les fruits pourraient être réfrigérés pour optimiser leur conservation et répondre aux attentes des consommateurs. Si, au lieu d'être conservés à température ambiante, les avocats étaient stockés dans une chambre froide de 7ºC, leur durée de conservation serait 2,5 fois plus longue. Avec un stockage à 2º C, cela devient même 3,6 fois, a déclaré M. Jelger. Il pense que ces connaissances seront bénéfiques à tous les points de vente d'avocats, que la rotation des produits soit faible ou élevée, mais ceux dont la rotation est faible pourront en profiter encore plus. Être en mesure de livrer des avocats mûrs qui dépassent les attentes des consommateurs, c'est ce que M. Jelger appelle : livrer du « waouh ». « Si nous pouvons livrer plus d'émerveillement, la consommation augmentera ».

Pour plus d'informations :
Jelger de Vriend
Normec Foodcare
Tél. : +31-6-2479-5091
jelger.de.vriend@normecgroup.com  
www.NormecFoodcare.com/agf 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)