Halls :

« Il y a de la place pour la croissance sur le marché des avocats »

« Tout se passe bien au niveau du mûrissement, du tri et du conditionnement des avocats », déclare Arjan Verhagen, directeur commercial chez Halls. Cette entreprise originaire d'Afrique du Sud s'occupe de la culture et de la commercialisation des avocats. « Nous continuons toujours à étendre ces activités », précise-t-il.

Avant même qu'Arjan ne rejoigne l'entreprise en 2015, Halls faisait déjà mûrir et emballer des avocats aux Pays-Bas depuis un certain temps. La demande croissante impose des contraintes opérationnelles. « Nous travaillons efficacement, donc nous essayons de nous adapter à la croissance rapide du volume. » Halls envisage d'élargir sa gamme pour inclure des avocats biologiques. Toutefois, pour l'instant, l'entreprise se concentre principalement sur les avocats mûrs de qualité.

Ceux-ci sont particulièrement appréciés dans l'industrie hôtelière et le segment de la restauration hors foyer. « Il y a de la place sur le marché pour que les avocats mûrs de qualité se développent. Nos avocats, qui peuvent être consommés immédiatement, sont bien accueillis dans le secteur de l'hôtellerie. Ce n'est pas toujours la meilleure idée de faire mûrir les avocats pour que les chefs puissent les utiliser le lendemain. Cela complique le tri et peut facilement entraîner une augmentation des déchets et des coûts. »

« Cela demande certes un travail supplémentaire, mais nous excellons dans ce domaine ; par conséquent, nous avons de nombreux clients satisfaits dans le segment de l'hôtellerie. » Les avocats mûrs restants sont fournis aux supermarchés. « Ils veulent des avocats prêts à consommer et qui se conservent plus longtemps ». Selon Arjan, la pandémie mondiale n'a que ralenti un peu cette croissance. « Nous n'avons pas eu de recul en 2020. De plus, de nouveaux marchés locaux et étrangers sont réapparus, avec des livraisons de repas à domicile incluant des avocats. »

Produit de base
Selon Arjan, les avocats deviennent de plus en plus un produit de base, ce qui exerce une certaine pression sur les prix. « Il faut surveiller de près les coûts, les prix d'achat et de vente. Nous consacrons énormément d'énergie à nous mettre en relation avec les meilleurs cultivateurs, afin de pouvoir fournir un produit de bonne qualité. Nous leur rendons aussi régulièrement visite. Nous ne pouvons pas toujours offrir les mêmes prix bas que nos concurrents. Nous n'atteindrions pas le seuil de rentabilité. »

L'offre et la demande deviennent également de plus en plus volatiles. Cela implique que ces dernières années, les avocats ont régulièrement connu des excédents. « Nous devons bien planifier en ce qui concerne, par exemple, les quantités importées ou les ventes. Le marché doit être capable d'absorber le volume. » Selon Arjan, la superficie mondiale d'avocats est toujours en expansion, mais la demande l'est tout autant, notamment en Asie. C'est pourquoi Halls est également présent en Asie et possède notamment un bureau de vente en Chine.

La consommation y est également en hausse. « Elle est passée de 800 g à 1,3 kg d'avocat par habitant et par an, ce qui n'est pas énorme. En termes de volume, cela représente beaucoup. Mais par personne, ce ne sont que quelques avocats de plus chaque année ». Arjan souligne que l'augmentation de la consommation en Asie pourrait entraîner une diminution de l'offre en provenance, par exemple, du Pérou. Ce pays s'est toujours concentré sur l'exportation vers l'Europe. Il reçoit toutefois une demande de plus en plus importante de la part de la Chine.

L'offre et la demande
La main-d'œuvre est un problème qui devient de plus en plus difficile à régler, admet Arjan. Halls, par exemple, a constamment des postes vacants. Il n'est pas toujours facile de faire comprendre aux employés potentiels qu'un poste comme celui d'opérateur comporte des défis. Vous devez réfléchir avec les mûrisseurs et calibrer les machines de tri. Les coûts de la main-d'œuvre augmentent, tout comme les coûts de transport. C'est un point sur lequel Halls attire l'attention.

Mais cette hausse des prix de la logistique touche tout le monde. Tous les acteurs sont donc logés à la même enseigne à cet égard. Pour l'instant, cela n'affecte pas les volumes commerciaux et les importations. « Les coûts de la main-d'œuvre et du camionnage en Europe ne diminuent pas. Si vous incluez le mûrissement, alors les avocats constituent un produit à forte intensité de main-d'œuvre. Si l'on ajoute les coûts de transport, ils reviennent plus cher. La question de savoir si les prix vont également augmenter reste une question liée à l'offre et à la demande », conclut Arjan.

Photos : Halls

 

Pour plus d’informations:
Arjan Verhagen
Halls
Tél. : +31 (0) 174 791 043
arjan@hallsbv.nl
http://www.halls.co.za/


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)