Bonnes perspectives pour les exportations de mangues équatoriennes

Plus grand exportateur de bananes au monde, l'Équateur produit également de nombreux autres fruits tropicaux. Andrea Boekhoud-Montoya, du bureau du commerce et des investissements de l'Équateur aux Pays-Bas, estime qu'il existe un fort potentiel, notamment pour les exportations de mangues.

Le bureau commercial du ministère du commerce extérieur de l'Équateur met en relation les exportateurs de ce pays avec les importateurs européens. « Nous avons récemment terminé notre programme annuel Business Matchmaking Ecuador : Bananes et fruits tropicaux », explique Andrea.

« Cette année, nous avons de nouveau invité des entreprises à participer à la table ronde commerciale virtuelle. Les bananes et les mangues ont été mises en avant. Tout comme les bébés bananes, les ananas, les fruits du dragon, les fruits de la passion et les avocats. »

Des conditions de culture favorables et un port à proximité
La saison des mangues en Équateur s'étend à peu près de début octobre à fin décembre. La plupart des mangues sont cultivées dans le Guayas, une province située dans le sud-ouest du pays. On compte cinq installations destinées à l'emballage dans le pays.

La plupart des producteurs se trouvent à environ 90 minutes de route de l'une d'entre elles. La production totale de mangues couvre une superficie d'environ 7 700 hectares. Sur cette superficie, 5 500 hectares sont destinés à l'exportation. Le reste est vendu localement ou transformé en jus ou concentré de mangue.

Plus de 50 % de toutes les mangues cultivées en Équateur sont des Tommy Atkins. Viennent ensuite les variétés Ataulfo, Kent et Keitt. « Les mangues de l'Équateur se caractérisent par une bonne qualité et une saveur unique », déclare Bernardo Malo van Refin Tropicals.

« Guayas, la principale zone de culture, bénéficie de conditions de croissance favorables. De plus, le port de Guayaquil est proche des stations de conditionnement. Ces unités de conditionnement sont équipées des dernières technologies, et elles sont toutes certifiées Primus GFS et SMETA. »

Les mangues équatoriennes ont généralement un goût plus sucré. Cela est dû au fait que le pays se trouve sur l'équateur, où le soleil est le plus intense. Tout cet ensoleillement permet une bonne production et des niveaux de Brix élevés.

Des marchés d'exportation très diversifiés
Chaque année, le pays exporte environ 2 500 conteneurs de mangues. Environ 90 % sont destinés aux États-Unis. Le Canada, l'Europe et le Mexique sont d'autres destinations d'exportation importantes. Andrea travaille avec Irene Minga, qui est l'experte sectorielle de Pro Ecuador.

Elles encouragent les exportateurs à se concentrer sur plusieurs marchés, comme l'Europe. « Et les Équatoriens en sont de plus en plus conscients. La pandémie leur a fait comprendre que le risque est trop grand de se concentrer sur un seul marché. Les exportations vers l'Europe sont encore assez faibles, mais nous entrevoyons de bonnes opportunités », explique Andrea.

L'Équateur devra alors commencer à tenir compte davantage des préférences des consommateurs. L'Europe demande principalement des variétés sans fibre comme la Kent et la Keitt. En Équateur, la production de ces variétés ne représente actuellement que 15 %. « Tommy Atkins est la variété la plus cultivée en Équateur ».

« Mais elle n'est pas très populaire sur le marché européen. Nous nous penchons sur la question », précise Irène. « La tendance est aux fruits sans fibre. Maintenant, le défi consiste à trouver quelles conditions climatiques seront optimales pour changer de variété. Les producteurs doivent cultiver davantage de mangues sans fibre. Cela sera bénéfique pour les exportations. »

« Il faut noter qu'en Europe, la demande pour la variété Ataulfo commence à augmenter. Cela offre des possibilités d'expansion. Dans le pays, de plus en plus de producteurs obtiennent la certification Rainforest. C'est une condition essentielle pour avoir accès aux pays clés d'Europe », ajoute Irene.

Les bons certificats en mains
Un nouveau certificat approuvé par GlobalGAP a été introduit. C'est une bonne nouvelle pour l'Équateur. « Pour participer à l'échelle internationale, il est essentiel que tous les producteurs équatoriens soient dûment certifiés selon des critères tels que les normes de qualité, le commerce équitable, la durabilité et l'agriculture biologique. »

« Actuellement, c'est une condition de base pour accéder au marché. Après des efforts considérables, le secteur a atteint cet objectif essentiel. Cela distingue l'Équateur de certains autres pays de la région », ajoute Irene.

De bonnes attentes pour la nouvelle saison
La nouvelle saison a commencé il y a peu. L'Équateur prévoit d'exporter quelque 55 000 tonnes de mangues au cours de la saison 2021/2022. Selon Bernardo, la qualité des fruits est bonne, grâce à des conditions climatiques de croissance favorables. « Les pluies hivernales ont cessé à temps et les températures sont restées stables. La saison devrait être à son point culminant maintenant. Cela durera jusqu'à environ la troisième semaine de novembre », conclut-il.

Pour plus d'informations :
Andrea Boekhoud-Montoya
Bureau du commerce et de l'investissement de l'Équateur
amontoya@produccion.gob.ec


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)