Charlotte Otte de l'Obsthof Otte à propos de la saison des pommes :

« Les pommes durables et régionales provenant directement du verger sont en vogue »

Les visites de fermes et d'exploitations sont des phénomènes bien connus. Mais Obsthof Otte a mis au point quelque chose de spécial : un « safari de la ferme fruitière ». Charlotte Otte, future directrice de l'exploitation, conduit les clients intéressés à travers l'exploitation fruitière pour les informer sur la culture des pommes, l'alimentation saine, le stockage, etc. « Beaucoup ont été surpris par la grande diversité de variétés que l'on peut trouver dans notre verger. Des informations de fond passionnantes sur les différentes variétés de pommes et leur production peuvent être données lors de ce coup d'œil dans les coulisses. Cette activité sympathique a été très populaire cette année. »

Une bonne année malgré une récolte réduite
« Dans la culture des pommes, nous avons affaire à ce que l'on appelle l'alternance. Alors que nous avons eu une très bonne récolte l'année dernière, nous nous attendions déjà cette année à une réduction des quantités de pommes. Les prévisions de rendement semblent le confirmer. Jusqu'à présent, cependant, nous sommes plutôt satisfaits ». Elle précise toutefois que le pourcentage de pommes touchées par la tavelure est plus élevé cette année ; une conséquence de l'été humide et extrêmement pluvieux.

Dans le même temps, Otte bénéficie d'une bonne demande. « Nous réussissons à atteindre nos clients directement dans la région et avons pu communiquer sur le fait qu'en raison de Mère Nature et des conditions météorologiques, toutes les pommes ne peuvent pas être parfaites. Nous sommes toutefois heureux de pouvoir proposer une trentaine de variétés avec des pommes de la meilleure qualité. »

Variétés populaires : Elstar, Boskoop, Wellant, Natyra
En plus de la commercialisation directe par le biais du magasin de la ferme et de l'étal du marché, le verger commercialise également ses pommes par l'intermédiaire de détaillants à gamme complète exploités par leur propriétaire, qui valorisent leurs produits et les distribuent dans la région. Selon M. Otte, les variétés les plus populaires comprennent toujours Elstar, ainsi que des classiques comme Boskoop. Wellant est également très populaire, et Natyra est une figure de proue de la gamme biologique. Mais l'exploitation fruitière cultive également des variétés plus anciennes, comme la Rote Berlepsch, la Gravensteiner ou la Lippe-Biesterfelder Renette.

« Celles-ci ne sont pas particulièrement connues dans le commerce. Cependant, il est également important pour nous de préserver les variétés plus anciennes et de ne pas cultiver uniquement des variétés qui se distinguent par leur masse de rendement. Nous voulons veiller à ce qu'il y ait une diversité attrayante de variétés et de saveurs. Nos clients apprécient cela ». Cela entraînerait également des coûts plus élevés, car certaines variétés sont plus sensibles aux maladies, nécessitant des soins plus intensifs. Les prix plus élevés seraient justifiés, et sont acceptés par une partie des clients.

La tavelure, le carpocapse et le coût de la main-d'œuvre influencent les prix
Si cette année n'a pas été une année de pointe, un résultat convenable a quand même été atteint. « Les mesures de culture et de récolte impliquent toujours 70 % de travail manuel, ce qui se répercute ensuite sur les coûts de la main-d'œuvre. Avec des coûts désormais en hausse, reste à voir si nous pouvons continuer à fonctionner comme par le passé. La demande de pommes régionales produites de manière durable reste élevée, mais les clients, malgré toute l'estime qu'ils nous portent, ne seront plus disposés à payer la différence à partir d'un certain seuil. Nous y pensons déjà. Il faut ajuster les coûts, pour savoir ce qui est économiquement raisonnable ». En outre, la tavelure et le carpocapse mentionnés plus haut ont causé quelques problèmes dans l'agriculture biologique.

L'augmentation des coûts est également perceptible dans les cultures, selon Charlotte Otte : « Partout, nous constatons que les prix des matériaux augmentent, et ce de manière massive. En ce qui concerne l'énergie, nous sommes plutôt bien positionnés, car nous pouvons alimenter nos chambres froides avec notre propre système photovoltaïque pour la plupart. Bien sûr, nous voulons aussi nous développer et fonctionner de manière économe en énergie et durable. »

Hausse de 60 à 70 % du coût des matériaux
En tant que fournisseur régional, le verger a mis en place un système logistique, qui va devenir plus coûteux, tout comme les matériaux nécessaires pour couvrir les fraises ou replanter le verger de pommiers. « Pour certains matériaux, les prix sont 60 à 70 % plus élevés que l'année dernière. Lorsque les coûts de production augmentent de la sorte, il faut bien sûr s'attendre à des hausses de prix. »

Des emballages plus durables sur le plan écologique et économique
En ce qui concerne les emballages, Charlotte Otte affirme que de nombreux producteurs de fruits sont à la recherche de nouvelles options plus durables. « Nous voulons éviter le plastique, mais l'empreinte carbone du carton n'est pas nécessairement meilleure, elle est juste sous-optimale d'une manière différente. Nous recherchons désespérément de nouveaux produits qui soient non seulement écologiquement durables, mais aussi économiquement durables et qui répondent à des besoins pratiques. À cet égard, nous nous réjouissons de voir davantage d'innovations et de nouvelles offres dans ce domaine. »

Pour en savoir plus :
Charlotte Otte
Obsthof Otte Vertrieb
Heidestr.42
32120 Hiddenhausen
Tél. : +49 5223-83400
Fax : +49 5223-87401
info@obsthof-otte.de  
www.obsthof-otte.de 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)