Une entreprise allemande veut aider les cultivateurs à sortir de la crise énergétique

« Les nanofertilisants à base d'argent optimisent la photosynthèse »

La semaine dernière, un appel à l'aide en provenance des Pays-Bas est parvenu à B+H Solutions à Remshalden dans la région du Souabe en Allemagne : de nombreux producteurs de tomates et de concombres ne peuvent plus exploiter leurs serres aux Pays-Bas car l'éclairage et le chauffage sont devenus inabordables. Elmar Buder, directeur général de B+H Solutions : « Les Néerlandais se plaignent de coûts énergétiques pouvant atteindre 70 € par m², soit la somme incroyable de 700 000 € par saison et par hectare. Personne ne peut se permettre cela ! »

Certains serristes néerlandais ont vendu leurs contrats d'énergie (avec des coûts de gaz moins élevés) à d'autres exploitations sans produire eux-mêmes des légumes. Conséquence logique : l'offre de légumes diminue, et les prix pour les consommateurs allemands augmentent également.

L'effet Tyndall peut apporter une solution
Les solutions apportées par B+H Solutions sont des sphères d'argent super-minces. Elles font partie de leur assortiment : l'entreprise allemande développe des nano-engrais à base de métaux qui possèdent des oligo-éléments, comme le cuivre (Cu), l'argent (Ag), le fer (Fe), le bore (B), le calcium (Ca) et le magnésium (Mg) grâce à la nanotechnologie. Leur produit à base d'argent colloïdal élémentaire atteint les plantes dans les serres via l'eau d'irrigation. Ce qui semble sortir d'un roman de science-fiction fonctionne en fait dans la réalité : les sphères d'argent de très petite taille modifient la longueur d'onde de la lumière entrant dans la plante, ce qui permet à un plus grand nombre de chloroplastes (les « centrales électriques des plantes ») d'être actifs en même temps et, par conséquent, de stimuler et d'accélérer les performances de la plante en matière de photosynthèse.

« Notre produit contient des nanoparticules d'argent qui maintiennent la plante dans un métabolisme actif », explique le professeur Martin Heinisch, partenaire d'Elmar Buder chez B+H Solutions. Il explique comment ils ont utilisé l'« effet Tyndall » vieux de plus de 100 ans, du scientifique britannique John Tyndall, qui a découvert la diffusion de la lumière par des particules dans un colloïde ou dans une suspension très fine, et ont breveté le processus pour utiliser cet effet dans les plantes.

« Grâce à l'optimisation de la photosynthèse, les plantes répondent par une croissance plus rapide malgré une luminosité moindre (qu'elle soit artificielle ou naturelle). Les serristes peuvent donc réduire la luminosité et réaliser d'importantes économies d'énergie. Cela rend la culture rentable, même avec des prix de l'énergie plus élevés, et rend les prix des légumes à nouveau abordables pour les consommateurs. Elle stimule la croissance et le développement de la plante : plus de floraison et plus de récolte. »

Pour plus d'informations :
B+H Solutions GmbH
Schnaiter Straße 11-13
D-73630 Remshalden
Tél. : 0 71 51 / 97 00 40
Fax : 0 71 51 / 97 00 46
https://www.bh-solutions.eu  
info@bh-solutions.eu  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)