La Unió demande que les mandarines soient incluses dans l'accord UE-Afrique du Sud

Cette semaine, lors de sa visite à Bruxelles, La Unió de Llauradors demandera que les mandarines soient incluses dans la révision de l'accord d'association entre l'UE et l’Afrique Australe (Afrique du Sud). « Il devrait y avoir une taxe sur les prix d'entrée des mandarines dès le mois de septembre, car il a été vérifié qu'ils faussent les débouchés commerciaux de nos clémentines et de nos mandarines précoces en début de saison », déclare La Unió.

Les oranges sont, elles, comprises dans l'accord, alors que les mandarines en sont exclues. Selon La Unió, cela devrait être réglementé, car elles bénéficient actuellement d'une liberté totale en termes de quotas et de tarifs. « Les mandarines ont un grand potentiel de croissance pour l'Afrique du Sud. En particulier les variétés qui ont actuellement des redevances élevées dans l'industrie agrumicole espagnole, comme Orri, Tang Gold, Nadorcott, ou Leanri, ainsi que les hybrides comme les Clemenvilla. Selon une étude réalisée par La Unió, l'Afrique du Sud pourrait expédier de grandes quantités de mandarines vers les marchés européens dans la deuxième partie de saison ».

L'étude en question montre que c’est en septembre que l'Afrique du Sud augmente ses expéditions de petits agrumes vers les marchés européens. « L'Afrique du Sud exporte en moyenne 64 000 tonnes sur l'ensemble de sa campagne d'exportation. Mais au cours des deux dernières campagnes, ils ont exporté une moyenne de 78 000 tonnes. Ils avaient l'habitude d'expédier environ 18 000 tonnes en septembre, mais au cours des deux dernières campagnes, ce nombre est passé à près de 25 000 tonnes. L'Afrique du Sud exporte près de 27 % de ses petits agrumes vers l'UE en septembre, un mois qui coïncide avec le début de notre campagne de commercialisation ».

Les projections indiquent que l'Afrique du Sud augmente considérablement ses superficies, avec une plus grande intensité dans les variétés tardives ou extra-tardives, qui sont principalement destinées au marché européen. « Au cours des deux dernières années, l'Afrique du Sud a augmenté de 90 % la surface des variétés hybrides de mandarines, principalement des variétés tardives, de 78 % la surface consacrée aux citrons et de 57 % celle des clémentines. Les plus fortes augmentations ont été enregistrées pour les mandarines hybrides tardives ou extra-tardives, telles que Nadorcott, Tang Gold, Leanri ou Orri, dont la superficie a doublé en deux ans. En fait, huit des dix plants les plus vendus en Afrique du Sud ces dernières années correspondent à ces variétés. »

En extrapolant les données pour les trois à cinq prochaines années, l'Afrique du Sud aura le potentiel d'exporter plus de 800 000 tonnes de mandarines tardives, doublant ainsi le volume d'exportation actuel.

Son potentiel d'exportation de citrons devrait également doublé, car plus de 80 % des plantations ont actuellement moins de huit ans.

L'étude indique enfin que, durant le mois de septembre, l'Union européenne dispose d'une disponibilité excédentaire d'agrumes de près de 15 300 tonnes.

Pour plus d'informations :
La Unió
launio@launio.org
www.launio.org


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)