Annonces

Top 5 d'hier

Top 5 de la semaine dernière

Top 5 du mois dernier

Roberto Latorre et Roelant Komen (CarSol Europe) à propos de la saison outre-mer :

La disponibilité des myrtilles est bonne et la demande aussi

Avec la fermeture des restaurants l'année dernière, les ventes de myrtilles au détail ont augmenté de manière significative. « Actuellement, il n'y a pas encore de mouvement supplémentaire. Même si les restaurants aux Pays-Bas doivent fermer plus tôt. La demande reste toutefois bonne », déclare Roberto Latorre de CarSol Europe. « Il y a pas mal de fruits disponibles. Le Pérou, par exemple, a envoyé 10 % de produits en plus jusqu'à présent. Mais ces volumes sont maintenant en train de diminuer de façon spectaculaire. » 

« En revanche, l'Afrique du Sud est sur le marché avec des volumes plus importants. Les premiers conteneurs de myrtilles chiliennes ont été chargés. Nous les attendons en semaine 51, juste avant Noël. Les volumes chiliens vont dominer le marché à partir de ce moment-là. Le printemps a connu de bonnes conditions de croissance. Il a cependant été un peu plus frais. Cela a légèrement retardé le début de la saison. » 

La culture chilienne

La consommation de myrtilles grimpe depuis des années dans le monde entier. Et l'on cultive chaque année davantage de ces fruits. Le Pérou, par exemple, a récolté cette année environ 35 % de plus que la saison précédente. Une partie de ces quantités supplémentaires est destinée à l'Europe. D'autres sont destinées à de nouveaux marchés en cours d'exploitation, notamment en Extrême-Orient. Mais Roberto sait que la plupart vont encore aux États-Unis. Le Pérou y a exporté quelque 45 % de produits en plus cette année. En Europe, la consommation a augmenté d'environ 10 %.

Un élagage ciblé
CarSol a reçu ses premières myrtilles péruviennes fin août. La plupart des exportateurs arrêtent leurs arrivages en Europe à la fin du mois de décembre. Cette entreprise, basée aux Pays-Bas, continue cependant jusqu'à fin février. Cela représente un peu moins de sept mois. « Nous sommes dans une zone de culture différente, Piura. Grâce au climat favorable qui y règne, nous pouvons étirer la saison. Mais nous planifions soigneusement la culture sur notre surface de 500 hectares. En effectuant une taille ciblée, on peut bien étaler la récolte », explique Roberto.

Des prix de vente stables
Cette saison, les prix de vente de la myrtille péruvienne ont été assez stables. « Pour les ventes vers les supermarchés, nous travaillons avec des prix saisonniers et hebdomadaires. Nous vendons aussi un peu sur le marché libre. Les prix sont restés raisonnablement stables. Bien qu'il soit difficile de répercuter l'augmentation des coûts de la main-d'œuvre dans le pays d'origine, par exemple. Ou l'augmentation du prix du transport et des matières premières pour l'emballage dans la chaîne. Dans notre secteur, c'est la situation du marché qui détermine les prix. » 

Le trieur optique améliore encore la qualité
« Les importateurs et exportateurs de fruits d'outre-mer du monde entier sont confrontés à une demande croissante de conteneurs frigorifiques. Et ce, sans compter l'augmentation des prix de nombreuses matières premières. Mais nos myrtilles sont toujours expédiées à temps. Au Pérou, pour l'instant, il y a relativement peu de problèmes pour obtenir des conteneurs. Lorsque les myrtilles arrivent au port de Rotterdam, elles se dirigent vers la station d'emballage. Là, les fruits passent par nos trieurs optiques et sont emballés selon les spécifications du client », explique Roberto.

Moins de plastique en France et ailleurs
CarSol ne se contente pas de trier les myrtilles qu'il reçoit dans des emballages de 3,5 kg. Ce distributeur fournit également un produit sur mesure. Il conditionne les myrtilles dans un format spécifique au client. Et il livre le produit final aussi rapidement que possible. Et cela doit se faire avec de moins en moins de plastique. En France, cela est déjà réglementé par la loi. Mais aux Pays-Bas et dans d'autres pays aussi, le marché n'a guère le choix.

Il doit répondre à la demande des consommateurs pour des produits plus respectueux de l'environnement. Moins de plastique dans les petits fruits sera certainement l'un des grands défis de toute la chaîne. Et ce, tant pour les importateurs que pour les clients finaux. Mais c'est possible, comme le prouve le segment des produits biologiques. Ils disposent déjà de plus de types d'emballages que les baies conventionnelles. Il s'agit notamment d'emballages en carton ou en carton-pâte avec des manchons ou thermosoudés avec un film Mono-PET.

Ces derniers mois, CarSol a fait venir par avion la plupart de ses myrtilles biologiques d'Argentine. L'expédition par conteneur se déroule maintenant mieux et sera disponible jusqu'à la mi-décembre. Il faut un peu plus de temps pour que les myrtilles arrivent d'Argentine que celles du Chili. Cela est dû au fait que les correspondances sont moins nombreuses.

Et avec les retards actuels, une traversée dépasse parfois 30 jours au lieu de prendre 25 à 26 jours. Il faut en tenir compte. « Ensuite, nous devons parfois jeter un peu plus de ces baies, même si elles sont transportées dans des conteneurs à atmosphère contrôlée », explique Roelant Komen, spécialiste du bio chez CarSol.

Le bio se développe bien, mais le conventionnel se porte encore mieux
Le marché des myrtilles biologiques est en croissance, tout comme le marché conventionnel. « Les quantités de produits biologiques restent toutefois modestes. Nous faisons environ 85 % de produits conventionnels et 15 % de produits biologiques. La plupart des myrtilles biologiques vont dans les supermarchés. Et nous, bien sûr, nous commercialisons ensuite auprès des magasins biologiques. » Actuellement, il y a peu de culture de myrtilles biologiques au Pérou. « Mais, si ce secteur se développe, le Pérou pourrait constituer une menace pour les producteurs argentins. Ces derniers ont le désavantage d'avoir des coûts logistiques plus élevés et des temps de transit plus longs », conclut Roelant Komen. 

Pour plus d'informations :
CarSol Europe
Tél. : +31 (0) 107 632 683
Roberto Latorre : rlatorre@carsoleurope.nl  
Roelant Komen : rkomen@carsoleurope.nl 
www.carsolfruit.com  

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)