Alfonso Tomé, de Frescitrus

« Nous avons récolté 25 à 30 % de clémentines de plus que prévu »

Dans le sud de l'Espagne, en Andalousie, Huelva est la province où l'on cultive le plus de mandarines. Sa superficie et ses rendements de récolte sont trois fois supérieurs à ceux de la province de Séville, deuxième plus importante productrice de mandarines d’Andalousie. En outre, la différence importante entre la superficie plantée et celle entrée en production indique que Huelva augmentera considérablement sa production dans les années à venir.

« Le 13 septembre, nous avons commencé à récolter les premières Clemenrubí et la semaine passée, nous avons récolté les dernières Oronules », explique Alfonso Tomé, de Frescitrus. « La saison a été très bonne en termes de volume, malgré les orages fin septembre. Près de 120 litres de pluie par m² ont été enregistrés dans notre région en seulement une heure, avec également de la grêle à certains endroits. Les communes d'Isla Cristina, Cartaya et Lepe ont été particulièrement touchées. Là-bas, les parcelles de clémentines les plus basses ont été inondées alors que la récolte venait de commencer. Malgré cela, nous avons pu récolter 25 à 30 % de fruits de plus que prévu initialement. Sur ces variétés précoces, qui représentent l'un de nos deux pics de production, nous avons récolté 9 millions de kilos. »

« L'autre pic sera atteint avec les clémentines tardives, dont la saison commence en janvier avec les Clemenvilla, suivie par les Tango, les Nadorcott et les Orri. Fin mars/début avril, nous clôturerons la saison avec les Murcott. À Huelva, nous couvrons toute la gamme des mandarines. »

Les clémentines de Huelva arrivent sur le marché en septembre, en même temps que des fruits d'Afrique du Sud. Puis, début novembre, il y a un chevauchement avec la récolte de la région de Valence, mais moins de fruits y ont été récoltés cette année. Le Conseil valencien de l'agriculture estime la baisse à 18 % pour les mandarines et à 27,7 % pour les clémentines.

« Habituellement, nous arrêtons nos clémentines précoces dès que les clémentines de Valence arrivent sur le marché, car la demande pour les Oronules diminue et les prix baissent. Mais cette année, nous n'avons pas ressenti cette pression en raison de l'offre plus faible de fruits valenciens. Nous avons donc pu prolonger notre saison bien au-delà du mois de novembre. »

« En début de saison, en revanche, il y avait encore beaucoup de fruits sud-africains sur le marché européen, notamment des mandarines club des variétés Nadorcott, Orri ou Tango. Avec nos clémentines précoces, nous ne pouvions pas rivaliser face à cela. Mais globalement, nous avons eu des clémentines de qualité et de bon calibre, ce qui nous a permis d'obtenir de bons prix dès le début. Il faut dire que nous avions choisi d'offrir ces clémentines avec leurs feuilles, symbole de fraîcheur, pour nous différencier de l'Afrique du Sud. », explique Alfonso. « Sur les 9 millions de kilos que nous avons vendus, près de 70 % étaient des clémentines avec feuille ».

« Un fruit qui a été stocké pendant 30 jours n'a pas la même qualité qu'un produit qui a mûri et a atteint sa couleur et son bon degré Brix sur l'arbre. Les feuilles vertes indiquent que le fruit a été cueilli seulement 2 ou 3 jours avant de se retrouver en rayon. »

« Tous les marchés, en Espagne comme à l'étranger, répondent très favorablement aux fruits à feuilles », affirme Alfonso. « Mais nous devons continuer à expliquer aux consommateurs ce que cela implique. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'ils pourront vraiment les apprécier. L'agriculteur court un risque très important lorsqu'il laisse le fruit sur l'arbre pour attendre qu'il prenne sa couleur naturelle, car en cas de fortes pluies, il pourrait perdre sa récolte. Le marché doit non seulement valoriser cela, mais aussi y mettre le prix. En plus, la saveur des fruits qui mûrissent naturellement est bien meilleure que celle des fruits qui ont mûri dans un local de stockage », affirme le directeur de Frescitrus.

Des fruits à valeur ajoutée
La fraîcheur garantie par les feuilles s'est avérée être une valeur ajoutée cette saison pour l’entreprise de Huelva, fondée en 1998. Mais l'entreprise a un autre atout. « Actuellement, plusieurs parcelles sont en cours de certification bio et les stratégies de protection intégrée des cultures sont déjà pleinement établies dans nos champs. Le lâcher d'insectes fonctionne beaucoup mieux pour nous que l'utilisation de produits chimiques », explique Alfonso Tomé. « Nous sommes également membres de plusieurs clubs. Par exemple, nous cultivons les variétés Nadorcott, Tango et Orri. Ces variétés club ont des coûts de production plus élevés que les mandarines libres de droits, mais pour le moment, les producteurs en tirent beaucoup de profit. »

Selon une étude de coûts réalisée par le gouvernement régional d’Andalousie pour la saison 2019/20 (avant la forte augmentation des coûts l'année dernière), le coût de production moyen, récolte comprise, pour les variétés de mandarines libres de droits était de 8 555 €/ha, tandis qu’il était de 13 462 €/ha pour les variétés club.

« Le Maroc cultive également des variétés club, notamment les Nadorcott, et là, les coûts de production sont beaucoup plus bas qu'en Espagne, car certains éléments, notamment la main-d'œuvre, y sont beaucoup moins chers. À l'avenir, cela pourrait devenir un problème », prévient Alfonso Tomé. « C'est pourquoi nous devons nous réinventer, comme nous l'avons fait avec la mandarine à feuilles ».

Clémentines de Huelva
Sur la base des données de la saison dernière, les exportations de mandarines andalouses ont augmenté de 12 % pour atteindre plus de 49 000 tonnes, dont 93,7 % correspondent à des ventes au sein de l'Union européenne. Huelva joue un rôle déterminant dans l'obtention de ces chiffres, puisque 61 % des mandarines andalouses sont produites dans cette province.

Cette force du secteur et sa concentration géographique, ainsi que la qualité du fruit et sa propre fenêtre commerciale au sein de la saison espagnole, pourraient devenir des facteurs de différenciation future pour les mandarines et les clémentines de Huelva ; une initiative déjà entreprise par d'autres agrumes andalous comme les oranges de la vallée du Guadalquivir.

« Actuellement, il n'existe pas de projet de ce type dans la province, mais pour les mandarines précoces, il y a certainement des opportunités dans ce sens. Il s’agit de fruits de haute qualité qui sont toujours appréciés par le marché, malgré la concurrence », conclut Alfonso Tomé.

Pour plus d'informations :
Alfonso Tomé
Frescitrus
Centre des technologies agroalimentaires ADESVA
P.I. La Gravera, Avda. La Dehesa del Piorno, 1
21440 Lepe (Huelva) - Espagne
Tél. : +34 650 949 191
atome@frescitrus.com
www.frescitrus.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)