Gian Piels (Nedcool) à propos de l'étude sur le stockage des poires

« Nous « reniflons » les poires, en essayant d'analyser ses différents gaz avec plus de précision »

Gian Piels est propriétaire de l'entreprise néerlandaise de réfrigération Nedcool. Cela fait quelques années déjà qu'il souhaite étudier comment mieux protéger les poires contre la détérioration. « Les poires peuvent être mieux conservées. Nous voulons voir quelle substance les poires réfrigérées libèrent ».

« Pour cela, nous utilisons un nouvel équipement et un nouveau logiciel mis au point par Environmental Monitoring Systems (EMS). Nous allons analyser les données et discerner ce qui contribue ou non à l'aptitude à la conservation des poires Conférence. Tout cela en collaboration avec le personnel de l'université et de la recherche de Wageningen (WUR) », explique Gian dans la lettre d'information Fruitpact.

Nedcool dispose de 84 chambres froides. Les poires Conférence sont stockées dans la plupart d'entre elles tout au long de l'année. « Nous pensons que les poires peuvent être stockées de manière plus durable. Mais la question est de savoir comment l'optimiser. Fruitpact nous a conseillé et soutenu dans la demande de subvention auprès du Fonds d'investissement régional (FIR) pour une étude à ce sujet et la demande a été acceptée ».

« Cette saison de refroidissement, nous avons équipé toutes les cellules contenant des poires Conférence avec le matériel développé par EMS. Auparavant, nous n'avions étudié que la conservation des poires à l'aide de l'Ultra Low Oxygen. Nous surveillions la quantité de CO2 qu'elles dégageaient pendant le (pré)refroidissement à faible teneur en oxygène. Désormais, nous pouvons distinguer avec précision bien d'autres substances excrétées par les poires. C'est grâce à l'équipement développé par EMS », explique Gian.

« Nous « reniflons » la poire et voulons analyser plus précisément les différents gaz qu'elle dégage. De cette façon, nous pouvons voir s'il existe une ou plusieurs substances qui peuvent nous en dire plus sur l'optimisation de la conservation des poires Conférence. La particularité de cette installation pratique est que nous surveillons de nombreuses cellules simultanément. Cela permet d'obtenir rapidement un grand nombre de données ».

Ce partenariat pratique/technique/scientifique est un projet pluriannuel. « Nous voulons collecter et analyser les données pendant au moins trois ans. Il faut que ce soit plusieurs années car il faut faire face, par exemple, à différentes conditions climatiques. Nous pouvons trouver des corrélations tant positives que négatives entre les émissions trouvées dans les poires et leur aptitude à la conservation. Dans les années qui suivent, nous voulons approfondir la question. Nous voulons étudier comment nous pouvons orienter le processus. Nous examinerons les substances qui peuvent être ajoutées et celles qu'il vaut mieux laisser de côté ».

« La recherche a commencé pendant cette saison de refroidissement. Mais surtout maintenant, au début, les appareils de mesure doivent encore être réglés régulièrement. EMS a beaucoup investi dans le développement du logiciel et des appareils de mesure. Nous avons pu aider avec la contribution du RIF. Plusieurs scientifiques de l'EMS et du WUR agissent comme sources de connaissances et analysent les données. Nous sommes curieux de savoir ce que ces poires vont révéler. Pourquoi celles d'une chambre froide restent-elles plus vertes ? Et celles d'un autre restent plus fermes ? Mais il faudra des années avant de le savoir », conclut Gian.


Source : Fruitpact


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)