Le carton triple le coût d'emballage des fruits rouges de Huelva

Le Décret Royal sur les Emballages et les Déchets d'Emballages du Ministère de la Transition Écologique vise à transformer les emballages pour prévenir et réduire leur impact sur l'environnement. Il a l'objectif ambitieux de parvenir à ce que tous les emballages mis sur le marché soient 100 % recyclables d'ici 2030, et chaque fois que possible, réutilisables.

« Commencer la transition est obligatoire pour janvier 2023 si nous voulons y parvenir d'ici 2030 », a déclaré Antonio Jesus Perez, un producteur de baies de La Teja, une zone située entre Rociana, Almonte et Bonares. Il possède environ 22 hectares avec 800 000 plants de fraises et 250 000 plants de framboises, soit une plantation moyenne dans la province de Huelva, et consacre chaque année environ 215 000 euros aux emballages. Actuellement, 40 % de ces emballages sont en plastique.

« Nous sommes actuellement confrontés à un double problème. On nous demande de passer du plastique au carton au moment même où le plastique devient plus cher à cause des problèmes de transport et de la crise énergétique. Au final, nous assumons une double augmentation : le plastique est plus cher et l'alternative aussi. » 

Le projet de décret royal interdit la vente de fruits et légumes dans des récipients en plastique dans les commerces de détail en Espagne à partir de 2023. Toutefois, cette interdiction ne s'applique pas aux fruits et légumes conditionnés par lots de 1,5 kilogramme ou plus, ni aux fruits et légumes qui risquent de se détériorer lorsqu'ils sont vendus en vrac.

Certains fournisseurs commencent même à imposer l'emballage durable comme critère de marque dans leur politique de marketing, a déclaré Antonio Jesus. La Teja, par exemple, a créé une ligne gastronomique avec un grossiste qui exige que tout soit emballé dans du carton et sans plastique. « Ce sont des demandes spécifiques et elles supposent des coûts supplémentaires, mais elles nous montrent où nous allons dans un avenir proche. » 

L'augmentation des dépenses se reflète également dans les éléments utilisés pour la production comme les systèmes d'irrigation au goutte-à-goutte. « Cette année, j'ai dépensé 3 000 euros de plus en tubes d'irrigation et ce sont exactement les mêmes », se plaint Antonio Jesús. En raison de la crise des transports et des risques de pénurie, de nombreux fournisseurs préfèrent donner des prix d'une semaine à l'autre plutôt que de faire une offre pour toute la saison.

Francisco Alfaro, de Pilonar Berries, estime que le coût des emballages sera multiplié par trois à l'avenir. « 1 000 emballages en plastique pour 125 grammes de myrtilles ou de framboises coûtent 13 euros, tandis que 1 000 emballages en carton coûtent jusqu'à 44 euros. » 

 

Source : huelvainformacion.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)