Danemark : 40 % de tomates en moins suite à la hausse du prix du gaz

« Le prix du gaz a augmenté de 750 % et celui de l'électricité a doublé », rappelle Mads Ulrik Pedersen, de la société danoise de serres Alfred Pedersen & Son. Cela a entraîné une réduction de la production hivernale de tomates danoises de 40 %. « Nous avons dû licencier 30 de nos employés qualifiés. Bien sûr, cela nous désole et nous espérons que les Danois continueront à préférer les légumes de serre danois cultivés en toute sécurité et respectueux de l’environnement », ajoute-t-il.

Les prix du gaz et de l'électricité affectent l'industrie des serres dans de nombreux pays d'Europe du Nord et la situation au Danemark n'est pas différente. « Nous avons déjà connu des fluctuations de prix par le passé, mais ce qui est inhabituel ici, c'est que nous passons de prix bas sur les marchés de l'électricité et du gaz à des prix historiquement élevés, et cela s'est produit extrêmement rapidement », explique Lars Aagaard, PDG de Danish Energy à l'agence de presse danoise tv2fyn.dk.

Les conséquences se font également sentir dans la serre d'Alfred Pedersen & Son, au sud d'Odense, au Danemark. Certaines de leurs serres de tomates sont actuellement vides et le resteront jusqu'en février, au début de la saison traditionnelle, sans éclairage. L'entreprise a réduit sa production de tomates d'hiver de 40 % et a dû licencier 30 employés sur un effectif de 300 personnes - ce qu'elle n'a pas fait à la légère, car il est également difficile de trouver des personnes compétentes. 

« L'unique raison est le prix élevé de l'énergie que nous avons connu au cours des six derniers mois », explique Mads Ulrik Pedersen, ajoutant que le prix du gaz a augmenté de 750 % et que le prix de l'électricité a doublé. « C'est une catastrophe. La hausse des coûts a fait craindre à nos clients une baisse des ventes dans les magasins, ils ont donc réduit leurs commandes et nous avons dû réduire notre production », explique-t-il, ajoutant qu'ils ne cultivent que des tomates déjà vendues par contrats. « Nous ne cultivons plus pour le marché libre depuis de nombreuses années, car nous ne jouons pas sur les prix. Si nous ne pouvons pas obtenir le prix souhaité, nous ne semons tout simplement pas. »

Seuls 25 % des contrats d'énergie chez Alfred Pedersen & Son étaient fixes. « Malheureusement, nous n'avions pas fixé grand-chose, donc en ce moment, c'est très compliqué. D'un autre côté, cela a été extrêmement bénéfique pendant très longtemps », déclare-t-il. L'entreprise a investi dans des lampes LED il y a plusieurs années. Bien que ces lampes ne dégagent pas de chaleur, il reste convaincu de ce choix. « Aujourd'hui, le bénéfice est encore limité, mais à long terme, il augmentera sensiblement ». Pour l'instant, ils adaptent leur stratégie d'éclairage aux prix de l'électricité. « Nous avons fixé une partie des prix de l'électricité, mais pas la totalité. Lorsque le prix de l'électricité est élevé, nous baissons les lumières. »

Tout est une question de chiffres, confirme M. Pedersen : quelle quantité l'usine peut-elle traiter, quels sont les coûts de l'électricité, que paie le marché ? « Nous vivons une période insensée. Les prix de l'énergie augmentent de temps en temps, mais seulement pendant une heure ou deux. Cette situation est complètement différente de tout ce que nous avons connu par le passé. » Il souligne que la situation ne touche pas uniquement les producteurs de légumes.

À tv2fyn.dk, Lars Aagaard, de Danish Energy, déclare qu'il est difficile de prévoir l'évolution des prix de l'énergie dans un avenir proche, « mais le marché suggère que les prix resteront élevés jusqu'à la fin de l’hiver. » Il ajoute que ce n'est pas l'année pour espérer un Noël blanc. « Les prix de l'énergie seront très dépendants de la météo dans les mois à venir. Si nous avons un hiver froid et sans vent en Russie, en Allemagne, en France et dans les pays nordiques, la demande en énergie augmentera considérablement, ce qui fera grimper encore plus les prix du gaz naturel. Si, au contraire, nous avons un hiver doux, venteux et pluvieux, les Norvégiens auront de l'énergie hydraulique et nous de l'énergie éolienne. Les prix baisseront alors à nouveau. »

Une hausse des prix pour le consommateur ?
Avec moins de légumes dans les serres et la hausse des coûts, Mads Ulrik Pedersen prévoit qu'une barquette de tomates en supermarché passera environ de 15 à 18 couronnes danoises, soit de 2 à 2,40 €. 

Chez le détaillant COOP, le responsable communication, Lars Aarup, ne s'attend pas à ce que la hausse des prix de l'électricité se répercute sur les consommateurs. « En ce moment, nous sommes en train de passer des contrats annuels avec les fournisseurs. La tâche du supermarché est de contrôler les prix afin que les consommateurs en ressentent le moins possible l'impact. Il pourrait y avoir des augmentations de prix, mais je ne m'attends pas à ce qu'elles dépassent 1 à 2 couronnes », déclare-t-il. 

Pour l'instant, l'entreprise espère trouver un soutien auprès des consommateurs danois, qui ont une forte préférence pour les légumes produits localement, bien qu'il y ait également beaucoup de produits importés. « L'Espagne aura un bon hiver et un bon printemps, c'est certain », affirme Mads Ulrik Pedersen. « Nous espérons que la situation reviendra à la normale l'année prochaine. Pour l'instant, nous devons obtenir de meilleurs prix pour compenser la hausse des coûts. Espérons que nous ne nous battrons pas les uns contre les autres sur le marché : tout le monde va souffrir cet hiver, et nous avons besoin d'un bon prix pour compenser les pertes de 2021 et 2022. Sinon, beaucoup de producteurs seront durement touchés. »  

Pour plus d’informations :
Alfred Pedersen & Søn ApS
Assensvej 217 - 5250 Odense SV - Danemark
info@tomater.dk 
www.tomater.dk 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)