Fred Steyn – Dragonfruit Growers’ Association of Southern Africa

« Notre objectif est de renforcer la confiance dans le fruit du dragon sud-africain »

En Afrique du Sud et dans tous ses voisins, à l'exception du Lesotho, les producteurs plantent du fruit du dragon et leurs intérêts sont désormais représentés par la Dragonfruit Growers’ Association of Southern Africa,  qui compte des membres jusqu'en Zambie.

« Nous avons créé l'association pour établir des normes à destination de la jeune industrie en termes de taille et de qualité des fruits, tout en stimulant la recherche et le partage d'informations entre les membres », explique le président, Fred Steyn, qui cultive le fruit du dragon depuis 2014 à Nelspruit, dans la province de Mpumalanga. « Nous aimerions attirer tout le monde dans l'association, non seulement en Afrique du Sud mais aussi au-delà. »

Il recherchait à l'origine, un produit d'exception capable de se cultiver le Lowveld subtropical, comme alternative aux agrumes, avocats et macadamias habituellement cultivés dans sa région.

Il y a environ 40 sites en Afrique du Sud où le fruit du dragon est testé dans de nombreuses zones climatiques. La seule chose qu'il ne supporte pas, c'est le gel et les deux derniers hivers rigoureux dans le Mpumalanga Lowveld et le Limpopo ont fait des ravages dans un certain nombre de vergers. 

Il est actuellement testé jusqu'à la côte ouest et à Robertson dans le Western Cape jusqu'à Waterpoort près de la frontière avec le Zimbabwe, et dans le KwaZulu-Natal à l'est.


Une taille intensive est nécessaire lorsque les plantes de fruit du dragon sont jeunes (photos fournies par Fred Steyn).

En Afrique du Sud, les plantations de fruits du dragon se répartissent à peu près également entre les fruits à chair blanche et les fruits à chair rose ; la plupart des nouvelles plantations concernent les fruits à chair rose et rouge, dont il existe davantage de variétés, explique Fred. 

Les vergers commencent à fleurir - la contribution des abeilles et des autres pollinisateurs nocturnes a peut-être été sous-estimée au début, remarque-t-il - et les fruits sont récoltés de décembre à mai, soit une saison d'environ six mois.

Comme le cactus a besoin de soutien, il faut beaucoup tailler, surtout lorsque les plantes sont encore jeunes. Il s'agit d'une industrie à forte intensité de main-d'œuvre car il n'y a pas de mécanisation pour la taille ou la récolte et tout est fait à la main.

Sur le plan commercial, il n'y a pas plus de dix producteurs de fruits du dragon en Afrique du Sud et la majeure partie de la récolte n'est pas encore exportée.


La récolte a commencé en Afrique du Sud

L'Afrique du Sud peut offrir des fruits de qualité supérieure à l'exportation
Les exportations par fret aérien vers l'Europe, le Royaume-Uni et le Moyen-Orient sont l'objectif final de l'industrie. « Les exportations ont fait de grands progrès ces dernières années et nous aimerions les développer. » L'Europe est le marché d'exportation préféré du fruit du dragon sud-africain, qui est disponible de décembre à mai, et les prix à l'exportation ont été assez bons ces dernières années.

« Notre objectif est de renforcer la confiance dans le fruit du dragon sud-africain. Notre haute qualité est une caractéristique distinctive ; l'Afrique du Sud s'en sort très bien avec d'autres produits de base et nous produisons un produit de haute qualité à un prix très compétitif. »

« Notre plus grande concurrence est celle des producteurs vietnamiens d'Extrême-Orient, mais notre objectif est de fournir au marché international un fruit de meilleure qualité avec une empreinte chimique moindre. »

Pour plus d'informations : 
Fred Steyn
Dragonfruit Growers’ Association of Southern Africa
Tél. : +27 82 469 3328
fred.steyn@gmail.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)