La demande d'oranges égyptiennes est plus faible car d'autres fournisseurs sont toujours actifs sur le marché

« Cette saison s'accompagne de nombreux défis »

Au fil du temps, l'Égypte est devenue une véritable puissance en matière d'oranges. Si la saison dernière avait bien commencé, le début de celle-ci semble être plus difficile. La demande n'est pas aussi forte qu'en 2020 et l'augmentation des coûts pèse sur la filière. 

Le début de la saison des oranges égyptiennes n'a pas été aussi rapide que l'année dernière, d'après Gehan El Sherif, spécialiste des exportations pour l'exportateur de produits frais El Rawan : « Les perspectives de la saison des oranges égyptiennes ne sont pas encore claires, car nous constatons actuellement un manque de demande. La saison dernière, à peu près à la même époque, nous essayions de répartir le travail de 48 heures sur une journée de 24 heures, tant nous étions occupés par le travail. Nous exportions déjà vers tous les marchés d'Europe, d'Extrême-Orient et d'Afrique. Cependant, cette saison, la demande est très différente, car il y a encore sur le marché des oranges provenant d'autres pays concurrents, comme la Grèce, l'Espagne, la Turquie et l'Afrique du Sud ».

Comme pour la plupart des exportateurs, les coûts de transport deviennent délirants, rendant la saison beaucoup plus difficile, explique El Sherif. « Cette saison des oranges s'accompagne de nombreux défis. D'abord, les prix élevés des frais de transport pour les destinations, qui changent brusquement de manière très étrange. Ensuite, le coût élevé des matières premières ici en Égypte, comme pour les cartons. Les prix ont doublé par rapport à la saison précédente. Si l'on ajoute à cela le manque de demande en début de saison, on comprend que les difficultés semblent parfois infinies ».

Actuellement, la demande est peut-être faible, mais El Sherif affirme que cela pourrait changer lorsque d'autres oranges commenceront à arriver sur le marché : « Il semble que la lumière au bout du tunnel soit de plus en plus visible car nous chargeons actuellement des oranges Navel sur le marché d'Extrême-Orient. L'année dernière, environ 1,800 million de tonnes d'oranges ont été exportées d'Égypte. Toutes les sources disent que nous ne serons pas en mesure de répéter ces volumes cette année, mais cela ne signifie pas que les oranges seront gaspillées. La demande intérieure en Égypte est presque plus rémunératrice que l'exportation pour le moment, mais les choses pourraient changer une fois que nous passerons aux oranges Valencia ».

« El Rawan ne s'occupe pas seulement des agrumes, nous exportons pas mal de produits frais, comme les patates douces, les haricots blancs, les oignons jaunes et rouges, les artichauts, les citrouilles, la laitue iceberg et le brocoli » conclut Gehan El Sherif.

Pour en savoir plus :
Gehan El Sherif
El Rawan
Tél. : +20 109 985 0716
gehanelsherif@rawan.com.eg  
www.rawan.com.eg/en  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)