Le pomelo : un élément stable dans l'assortiment international de fruits

Le pomelo n'est pas le fruit qui attire le plus l'attention, en ce sens qu'il ne semble pas générer de grands changements dans les volumes d'exportation et d'importation. Mais la production mondiale est en forte croissance. 

Le commerce transfrontalier est assez stable en volume depuis des années. Il y a néanmoins eu quelques changements sous-jacents. Les exportations en provenance des États-Unis ont fortement diminué ; une baisse toutefois compensée par une forte croissance des exportations de la Chine.

L'augmentation significative de la production est donc principalement due à la croissance en Chine. La production de pomelos principalement chinois a augmenté. Au début du siècle, elle était inférieure à 200 000 tonnes. Aujourd'hui, elle atteint près de cinq millions de tonnes, d'après l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture.

Au cours de la même période, la production américaine est passée de 2,5 millions à 500 000 tonnes. Après la Chine, le Vietnam est désormais le deuxième producteur de pomelos, avec 800 000 tonnes. Le Mexique (500 000 tonnes) et l'Afrique du Sud (400 000 tonnes) suivent, affirme Jan Kees Boon de Fruit & Vegetable Facts.

Afrique du Sud :  premier exportateur
L'Afrique du Sud est le premier exportateur mondial de pomelos, avec environ 250 000 tonnes par an. La Turquie et la Chine sont d'autres grands pays exportateurs. Les Pays-Bas arrivent en quatrième position. Il s'agit bien entendu de réexportation. Les autres pays exportateurs « réels » de taille moyenne sont Israël, l'Espagne et les États-Unis.

Au niveau mondial, les Pays-Bas sont le premier pays importateur. Ces dernières années, cela a toujours été un peu moins de 200 000 tonnes. C'est plus qu'il y a dix ans, mais pas de beaucoup. La Russie (100 à 150 000 tonnes), la Chine (60 000 à 80 000 tonnes) et la France (70 000) sont d'autres pays importateurs, tout comme le Japon (60 000 à 70 000), l'Allemagne (50 000 à 60 000), la Pologne (50 000 à 60 000) et l'Ukraine (30 000 à 40 000).

Pays-Bas : davantage d'import depuis la Chine
La dernière saison d'importation s'est déroulée d'octobre 2020 à septembre 2021. Et les Pays-Bas ont importé 180 000 tonnes de pomelos. C'est légèrement moins que lors des saisons précédentes. Avec 77 000 tonnes, la Chine a été le principal fournisseur. C'est à peu près la même quantité que lors des trois saisons précédentes. L'Afrique du Sud est arrivée en deuxième position avec une quantité de 67 000 tonnes. Cela aussi n'est pas très différent des trois saisons précédentes.

Les saisons de ces deux grands fournisseurs se chevauchent à peine. Ce n'est qu'en septembre qu'ils sont tous deux présents sur le marché. La Chine approvisionne les Pays-Bas d'octobre à début février. Et le pomelo sud-africain arrive aux Pays-Bas de mai à début septembre. Les Pays-Bas importent également des pomelos des États-Unis, d'Israël, de Turquie, d'Espagne, du Zimbabwe et du Swaziland.

Afrique du Sud : beaucoup d'export vers la Chine
Cette année, la Chine - un exportateur de premier plan - a été un acheteur important pour l'Afrique du Sud - le premier exportateur mondial de ce fruit. Jusqu'à cette année, les Pays-Bas étaient l'acheteur le plus important de l'Afrique du Sud. Plusieurs pays suivent à distance avec plusieurs dizaines de milliers de tonnes. Il s'agit du Japon, de la Russie et de Hong Kong.

Turquie : exporte beaucoup vers l'Europe de l'Est
La Turquie est également un gros exportateur. La Russie est son premier client. L'Ukraine, la Pologne, la Roumanie et la Bulgarie suivent à une certaine distance. Les Pays-Bas sont de loin le plus important acheteur de pomélos de la Chine. L'Ukraine et la Roumanie suivent de loin.

La baisse des exportations vers la Russie est frappante. Les pays exportateurs de taille moyenne sont Israël, l'Espagne et les États-Unis. Les principaux acheteurs d'Israël sont la France et le Japon. Pour l'Espagne, ce sont l'Allemagne et la France. Les États-Unis fournissent principalement le Canada, le Japon et la Corée.

Cliquez ici pour consulter le document complet (en néerlandais).

Pour plus d'informations :
Jan Kees Boon
Fruit and Vegetable Facts 
fruitvegfacts@gmail.com  
www.fruitandvegetablefacts.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)