Marché mondial : le poivron

Le début d'année froid et sombre dans de nombreux pays a été préjudiciable à la production de poivrons. Aux Pays-Bas et en Belgique, le prix élevé de l'énergie a incité de nombreux producteurs à ne pas lutter contre cette vague de froid, retardant ainsi leur récolte de quelques semaines. En Espagne, les températures plus basses en novembre ont entraîné une baisse de la production pour le mois prochain, tandis qu'en Israël, les perspectives sont plus positives malgré le retard, dans la mesure où la production devrait rebondir avec la hausse des températures.

Pays-Bas et Belgique : mauvais temps et crise énergétique retardent la récolte
La production aux Pays-Bas et en Belgique a ralenti. Ce ralentissement est dû à des retards de plantation et à un temps peu propice à la croissance. La crise énergétique, qui se traduit par des prix élevés du gaz et de l'électricité, en est la cause. En outre, le mois de janvier menace d'être un mois sombre sans précédent. Cela met également un frein à la culture. Les producteurs annoncent donc une récolte retardée de plusieurs semaines. Par conséquent, une pénurie de poivrons est à prévoir pour ce printemps.

Mars est généralement un mois difficile en matière de disponibilité du poivron. Mais en raison des circonstances actuelles, la situation pourrait être encore pire cette année. Le marché surveillera de près l'Espagne. Les importations en provenance du sud commencent à baisser à la fin du mois de février, comme c'est souvent le cas en termes de qualité. Les annonces de problèmes de qualité dans les supermarchés figurant dans les rayons peu achalandés sont un phénomène récurrent.

Jusqu'à présent, la qualité de l'approvisionnement en provenance d'Espagne a été bonne, grâce à un hiver stable et froid, mais surtout sec. L'absence de pluie a permis d'éviter les problèmes de qualité. Cependant, la baisse de la qualité et de l'offre en provenance d'Espagne n'est pas le seul facteur de tension de la saison cette année.

Allemagne : prix élevés pour les produits espagnols sur le marché allemand
Les poivrons espagnols ont dominé le marché, tandis que les produits turcs et marocains sont venus compléter l'offre. La demande a pu être satisfaite sans problème grâce à une disponibilité en hausse. Les cotations ont eu tendance à augmenter, notamment en raison du niveau élevé des achats, mais aussi de l'amélioration des possibilités d'hébergement. Globalement, les prix sont un peu plus élevés que l'année dernière.

Juste après le nouvel an, certains producteurs espagnols ont cessé de cisailler les poivrons jaunes en raison des faibles prix de cette variété. Le produit a donc perdu de sa qualité et de son potentiel de stockage. Parallèlement, les importateurs parlent d'un approvisionnement normal par rapport à la demande actuelle.

Espagne : production plus faible due à la baisse des températures, pénurie attendue de poivrons rouges et verts
La saison des poivrons est en cours à Almeria avec une demande relativement calme, ce qui est normal pour cette période de l'année. Les volumes pourraient baisser plus que d'habitude à partir de février. Certains producteurs arrachent déjà les poivrons verts afin de planter les pastèques qui seront récoltées en avril.

« Les volumes de poivrons à Almeria sont à peu près normaux pour cette période de l'année même si, globalement, les rendements jusqu'à présent ont été plus faibles cette saison », déclare un producteur et exportateur basé à El Ejido, l'une des plus importantes zones de production de poivrons à Almeria. « Nous parlons d'une moyenne d'environ 1,5 kilo de moins par mètre carré par rapport à la saison précédente, bien que la superficie ait été étendue cette année, et que les prix aient également été un peu meilleurs », ajoute-t-il. La période de production maximale de la campagne, qui a lieu entre novembre et fin janvier, touche maintenant à sa fin. Il prévoit toutefois que la production baissera plus que d'habitude en février, en raison des températures plus basses de novembre. En fait, c'est déjà le cas pour les poivrons jaunes et orange, dont la maturation est toujours en avance sur celle des poivrons rouges. Ces derniers jours, la production a été insuffisante et les prix ont augmenté (au cours des 3 derniers jours, le prix dans les ventes aux enchères a augmenté de près de 50 cents), en particulier pour les tailles G, qui sont généralement emballées dans des flowpack au format tricolore.

Les prix des poivrons rouges et verts de petite taille restent similaires, bien qu'en ce moment l'offre de poivrons verts soit plus importante, notamment parce qu'on en récolte davantage pour pouvoir commencer à planter les cultures de printemps, comme la pastèque. D'ici deux à trois semaines, il y aura probablement une pénurie de poivrons rouges et verts, comme c'est le cas actuellement pour les poivrons jaunes et orange. De même, les prix des poivrons spéciaux, comme le Sweet Palermo, sont actuellement plus bas que d'habitude, mais ils devraient augmenter à partir de février. « Nous terminerons la saison vers le mois d'avril avec une offre réduite », indique le producteur.

Italie : les détaillants italiens à la recherche de stabilité
En Italie, selon les périodes de l'année, les poivrons rouges et jaunes d'Espagne sont plus présents dans la grande distribution que les poivrons italiens. En effet, la grande distribution préfère les poivrons espagnols dans la mesure où les néerlandais sont trop chers, tandis que les poivrons rouges et jaunes italiens ne sont trop souvent pas assez uniformes en termes de couleur et de taille. Un acheteur du secteur de la grande distribution indique la nécessité d'une certaine stabilité des volumes journaliers, que les productions italiennes ne peuvent malheureusement pas garantir, sauf à cette époque de l'année. Le choix se porte donc nécessairement sur le produit étranger espagnol, dont les prix sont souvent inférieurs à ceux du produit italien. Ainsi, la question du prix, combinée à la qualité du produit, incite les consommateurs à opter pour ceux-ci. Du point de vue italien, ce fossé doit être comblé.

Un grossiste de Calabre indique : « Nous proposons actuellement des poivrons jaunes, rouges et verts d'origine italienne. Pendant la semaine, on a constaté une forte augmentation des prix : nous tournons autour de 1,80-2,00 euros en coût de production. Globalement, la demande est forte pour ce produit. »

Dans la province de Caserta, la campagne de poivrons de serre devrait commencer en juin. Un opérateur qui commercialise des poivrons en grandes quantités depuis plus de 30 ans déclare : « La saison dernière n'a pas été favorable. La consommation a été réduite et, par conséquent, les prix ont été très bas. Les perspectives pour la prochaine saison ne sont pas bonnes. Avec l'augmentation générale des coûts de production, de l'énergie, du gaz, etc., de nombreux producteurs en ont assez de planter un produit qui ne rapporte rien. Nous sommes donc incertains quant aux volumes dont nous disposerons. »

En Campanie, la production de poivrons est inexistante pour le moment. Les transplantations commenceront en février dans le nord de Caserte, une zone de production traditionnelle pour les poivrons. Pour cette campagne, une augmentation de la production d'environ 10 % est prévue. Pour l'instant, le produit arrive de Sicile.

Selon les statistiques, les poivrons ont été achetés au cours de la dernière année se terminant en novembre 2021 par plus de 16,3 millions de familles italiennes, soit 62,8 % de la population totale.

La fréquence d'achat est excellente, avec plus de 7 achats par an en moyenne, en constante augmentation ces dernières années. La dépense moyenne par famille est également intéressante et s'élève à plus de 15 euros par an.

Israël : le marché israélien du poivron perturbé par des problèmes logistiques, malgré un rendement élevé
Le marché du poivron cette année est difficile en Israël, comme à chaque fois. Cependant, la saison semble être de bonne qualité et les volumes intéressants. Israël connaît quelques problèmes logistiques, tels que des retards de navires, une faible disponibilité au niveau du transport aérien en raison du Covid, des augmentations de prix et des taux de change très bas pour les producteurs israéliens qui exportent. Les poivrons israéliens sont exportés essentiellement vers la Russie ces jours-ci, ainsi que quelques petites quantités vers le Royaume-Uni, l'Europe de l'Est. Plus tôt dans la saison, ils ont été exportés vers les États-Unis et le Canada. Le rendement semble être élevé cette saison. Ces dernières semaines ont été extrêmement froides dans la région d'Arava. Cela a ralenti les opérations et les quantités sont donc très faibles, étant donné qu'il n'y a pas beaucoup de poivrons prêts à être cueillis. La situation devrait se rétablir d'ici quelques semaines. L'exportation de grandes quantités est attendue jusqu'à la fin de la saison, qui se situe généralement à la fin du mois d'avril.

Amérique du Nord : augmentation de la production de poivrons et de mini poivrons au Mexique
La production de poivrons à partir de Sinaloa, au Mexique, a commencé à temps cette saison. « L'année dernière, nous avons eu un démarrage plus tardif sur tous les poivrons », explique un producteur-expéditeur. « Cette année, nous avons commencé les poivrons le 10 décembre et les mini-poivrons le 15 décembre ».

Janvier est habituellement le moment où la production de poivrons monte en puissance. « Les choses s'annoncent bien en janvier cette année. Habituellement, lorsque vous avez un bon mois de janvier, cela permet d'avoir des mois de février et de mars plus forts également », déclare le producteur-expéditeur.

Les volumes semblent similaires à ceux de l'année dernière pour les poivrons. Le producteur-expéditeur prévoit un volume légèrement supérieur pour les mini poivrons.

En attendant, si la demande est bonne pour les poivrons - bien que la demande des services alimentaires ait baissé par rapport aux dernières années - les taux de fret sont problématiques. « Surtout pour la côte Est. Les tarifs ont atteint des sommets depuis novembre. Ils ont probablement augmenté de 30 à 40 % », explique le producteur-expéditeur.

Pour ce qui est de l'avenir, les récents volumes stables resteront constants jusqu'en mai, lorsque le producteur-expéditeur passera à la région centrale du Mexique et à Baja. « Actuellement, je pense que tout le monde a bénéficié d'une légère baisse de l'offre en janvier », dit-il. « L'année dernière, les poivrons étaient super limités en janvier parce que le début de la saison a été retardé pour tous les produits de base. Cette année, nous avons commencé à temps. La période de croissance se déroule en ce moment même. En février, nous allons assister à une baisse naturelle de la production. Nous aurons toujours un volume à promouvoir, mais le marché du poivron devrait commencer à augmenter au cours des première et deuxième semaines de février. »

« Parallèlement, en Floride, la production de poivrons est un peu plus faible qu'au cours des années précédentes. Cela est dû en partie à la diminution des terres agricoles, mais aussi à la concurrence des producteurs mexicains », explique un expéditeur.

Dans le même temps, les coûts de production sont également en hausse. « Les coûts de production d'une boîte de poivrons verts en Floride sont d'environ 12 dollars pour rentrer dans les frais. Cela pousse les gens à planter un peu moins pour réduire la quantité de produits disponibles, ce qui contribue à faire monter les prix », explique-t-il.

Outre la production de la Floride et du Mexique, les poivrons proviennent également du Honduras, du Salvador et de la République dominicaine. La production canadienne commencera à la mi-mars.

La semaine prochaine : aperçu mondial de l'ail 


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)