Grosse difficulté pour la saison des agrumes

Grève et pluies provoquent une pénurie croissante d'agrumes espagnols

Des milliers de tonnes de mandarines et d'oranges pourraient ne pas être récoltées en raison du retard pris par le marché cette saison et de la mauvaise performance de la demande, de la grève des transports et de la pluie. Une situation qui entraîne une pénurie d'agrumes et beaucoup de fruits devrait aussi être affectés par l'excès d'humidité.

La grève, déclenchée la semaine dernière dans une partie du secteur des transports et dont les piquets de grève conflictuels ont provoqué de graves incidents sur les routes, a entraîné d'importants retards dans l'arrivée des camions transportant des agrumes d'Andalousie et de Murcie vers les centres de conditionnement situés principalement dans la région de Valence, où 70 % de la récolte nationale est traitée et commercialisée et où il pleut par intermittence depuis deux semaines.

« En effet, il pleut quasiment depuis deux semaines et il est impossible de sortir pour récolter les champs, alors que ces deux derniers jours, il semble qu'il ait plu ce qui n'était pas tombé de toute l'année », commente José Ramón Mechó, directeur d'Agribur, une entreprise de culture et de commercialisation d'agrumes basée à La Vall d'Uixó, Castellón ; l'une des provinces où il pleut le plus et où se concentrent la plupart des clémentines et des mandarines. « Les chambres des centres de manutention sont vides et il est également impossible de planifier les volumes pour prolonger la saison jusqu'à fin avril. Certaines exploitations sont plus touchées que d'autres, mais il y aura certainement des pertes importantes ».

« Dans nos plantations, nous avons déjà récolté 350 litres par m² jusqu'à présent en mars et les prévisions continuent d'annoncer davantage de pluie pour les dix prochains jours », affirme Juan Bautista Juan, directeur commercial de Frutas Tono à Tavernes de la Valldigna, Valence. « La semaine dernière, nous n'avons pas pu récolter à Valence non plus et, bien qu'il ait été possible de récolter en Andalousie, la grève a empêché une grande partie des fruits d'atteindre les usines valenciennes. Le résultat est que les stocks ont été épuisés et qu'il y a une pénurie sur les marchés où il est impossible de satisfaire toutes les commandes. » 

Il est encore trop tôt pour savoir quel sera l'effet des précipitations sur la qualité. « Beaucoup de fruits seront perdus et une grande partie de ce qui sera sauvé pourrait causer des surprises lorsqu'il arrivera sur les marchés », prévient Juan Bautista. « C'est pourquoi, une fois les pluies terminées, il serait conseillé de ne pas récolter immédiatement et d'évaluer d'abord l'état des fruits. Je crains toutefois que cela ne se produise pas, compte tenu de la pression exercée sur la demande maintenant qu'il n'y a pratiquement plus de fruits récoltés et des pertes accumulées en raison des mauvais prix de cette année. » 

Les prix des oranges ont été dramatiquement bas cette année depuis que les premières Navelinas ont commencé. Les variétés de mandarines de la deuxième partie de la saison ont également commencé avec des prix plus bas par rapport aux années précédentes, subissant une chute encore plus drastique à partir de février, en raison d'une baisse de la demande et d'une offre historiquement élevée, avec une abondance de petits calibres.

« De nombreuses exploitations d'oranges n'ont pas été récoltées en raison des conditions du marché et ne le seront pas non plus en raison de l'influence des pluies. Les pertes économiques sont énormes pour les agriculteurs cette année, ainsi que pour la commercialisation. Les intrants pour la culture, les matériaux d'emballage et le carburant sont devenus si chers qu'il n'est pas viable de produire, alors que la grande distribution continue d'offrir des prix dérisoires. La situation est grave. Il est certain que de nombreux producteurs vont abandonner leurs champs l'année prochaine et que beaucoup de ceux qui tentent de rester ne pourront pas investir suffisamment pour offrir les mêmes normes de qualité », souligne le directeur des ventes de Frutas Tono.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)