« Il est urgent d'assurer la traçabilité de l'origine de ce lot »

Les Pays-Bas retirent du marché un lot d'avocats péruviens en raison de leur teneur élevée en cadmium

Les autorités sanitaires néerlandaises ont rappelé un lot d'avocats en provenance du Pérou qui, comme notifié par le Système d'Alerte Rapide pour les Denrées Alimentaires et les Aliments pour Animaux (RASFF) le 21 mars, contenait des niveaux de cadmium supérieurs à la LMR autorisée dans l'Union européenne. Selon la notification, classée comme grave, une proportion de ce métal lourd de 0,054 mg/kg - ppm a été trouvée dans le fruit, alors que le niveau maximal autorisé est de 0,05 mg/kg - ppm.

L'ingénieur Luis Gomero, président du Consortium Agroécologique Péruvien (CAP), a averti que le risque n'est pas seulement pour l'industrie agro-exportatrice et l'image du Pérou sur les marchés européens, mais aussi pour les consommateurs locaux eux-mêmes, qui ne savent pas ce qu'ils consomment.

« Le cadmium est un métal lourd, dont les effets sur la santé ont été largement démontrés, et c'est l'une des raisons pour lesquelles des limites maximales admissibles ont été fixées dans le commerce international. Sa présence a suscité beaucoup d'inquiétude chez les producteurs de cacao, et maintenant la culture de l'avocat, qui connaît une croissance importante en nombre d'hectares au niveau national, l'a rejoint. » 

Comment le cadmium s'est-il retrouvé dans les avocats ?
Luis Gomero souligne qu'il existe jusqu'à quatre sources de contamination de ce métal lourd toxique, même en très faible concentration, qui doivent être immédiatement retracées par le Service National de Santé Agricole (Senasa) du Ministère du Développement Agraire et de l'Irrigation (Midagri).

« Il y a différentes sources. L'une d'entre elles pourrait provenir des plantations qui se trouvent à proximité de l'activité minière ; une autre, parce que le sol a été pollué et que les plantes l'absorbent ; une autre encore, parce qu'elles font des applications massives de pesticides. Enfin, une option peu probable est celle des engrais contenant du cadmium, mais cela se produit normalement dans des conditions tropicales avec l'utilisation de roches phosphatées », a déclaré l'ingénieur.

« La traçabilité de la provenance de ce lot d'avocats observé par les Pays-Bas est nécessaire de toute urgence, et à partir de là, nous devons savoir ce qui se passe, c'est la responsabilité de Senasa.

« Les agro-exportations représentent une part importante de l'économie du pays et des précautions doivent être prises avant de planter. Une bonne étude du sol devrait être réalisée, non seulement pour vérifier sa fertilité, mais aussi la présence de métaux lourds dans le sol », a-t-il souligné.

 

Source : larepublica.pe


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)