Marché mondial : l'oignon

Le marché mondial de l'oignon est très hétérogène en ce moment. En Europe, les perspectives sont globalement bonnes, avec l'Italie et l'Espagne qui affichent des prix particulièrement élevés, et l'Allemagne qui voit une augmentation de la demande. Cette hausse est nécessaire, car de nombreux pays continuent de subir les effets de l'augmentation des coûts de production et de la logistique. Dans l'ensemble, les récoltes semblent être positives, bien que la France ait connu moins de gros calibres cette saison, et qu'en Amérique du Nord, le mauvais temps pendant la saison de croissance ait entraîné une baisse de la production dans le nord-ouest du Pacifique.

Pays-Bas : coûts élevés, importations et exportations d'oignons faibles
Les exportations d'oignons néerlandais sont particulièrement modestes ces jours-ci. « La transformation des oignons est très coûteuse un peu partout en ce moment. Les coûts de transport et de transformation ont augmenté de façon spectaculaire », déclare un exportateur néerlandais. « Il n'y a pas de pénurie en Europe, le Brésil n'est pas encore sur le marché et les choses sont également très calmes outre-mer. Par miracle, nous avons pu envoyer des oignons en Côte d'Ivoire pour une longue période, mais sinon, c'est très calme. Les exportations sont beaucoup trop faibles depuis quatre à cinq semaines. Les exportations sont encore supérieures à celles de l'année dernière, mais il y a aussi énormément d'oignons dans toute l'Europe. »

Les exportations d'oignons néerlandais ont déjà franchi la barre du million de tonnes pour la saison 2021-2022 au cours de la première semaine de mars. C'est trois semaines plus tôt que l'année dernière. Selon un autre exportateur, la réduction attendue des superficies pour la saison 2022/2023 garantira une moindre pression sur le marché l'année prochaine. « Sur le plan international également, je m'attends à ce que les producteurs optent en plus grand nombre pour les pommes de terre et les céréales en raison de la pression à la hausse sur le prix de ces produits due aux tensions sur le marché mondial. Cela devrait donc se traduire par un intérêt moindre pour la culture de l'oignon. »

Les importations d'oignons sont également en forte baisse. « Toutefois, on s'attend à ce que beaucoup moins d'oignons néo-zélandais soient expédiés en Europe cette saison. Les chiffres indiquent qu'il y a déjà 50 % de moins d'oignons néo-zélandais qui arrivent en Europe », déclare Derk van Stokkum. « En raison des conditions météorologiques, la Nouvelle-Zélande dispose de toute façon d'une récolte moins importante, surtout dans les calibres plus gros (65+). En outre, aux Pays-Bas et ailleurs en Europe, les rendements d'oignons de bonne qualité sont élevés. Les gros clients du commerce de détail continueront donc à utiliser des oignons européens pendant longtemps et ne passeront pas aux oignons importés avant la fin mai au plus tôt », estime un importateur néerlandais.

Allemagne : augmentation de la demande de 10 %
Un important grossiste du sud-ouest de l'Allemagne vend des oignons provenant de Basse-Saxe, des Pays-Bas, du Bas-Rhin et de Bavière. La Bavière ayant des problèmes de qualité, elle ne peut offrir que peu de choses cette année. Par conséquent, il recevra principalement des oignons de Basse-Saxe. À partir de la mi-avril ou de la fin avril, l'entreprise achètera des oignons de Nouvelle-Zélande et d'Afrique du Sud, qui seront proposés jusqu'en juin, date à laquelle ils seront à nouveau remplacés par la commercialisation d'oignons palatins. Actuellement, ils en reçoivent environ 350 tonnes chaque semaine.

Le négociant indique que, par rapport aux dernières années, la demande a augmenté d'environ 10 % cette année. La Basse-Saxe a augmenté ses volumes, tandis que les Pays-Bas commercialisent fortement leurs produits dans le nord de l'Allemagne. En avril, le marché se tournera vers les produits importés, ce qui pourrait signifier que les marchandises anciennes ne trouveront plus d'acheteurs.

À Francfort, les oignons de Turquie sont vendus à 13 € et les oignons domestiques de 80 mm+ à 11 € par sac de 25 kg sont commercialisés à un niveau de volume élevé, tandis que depuis Hambourg, on entend dire que les oignons du Chili ne seront pas disponibles avant la 14e semaine, et que les cotations pour les marchandises espagnoles en entrepôt frigorifique ont été relevées lundi. Bien que les oignons domestiques de Nouvelle-Zélande et d'Australie soient également attendus, le gonflement des stocks nationaux n'a pas permis la même initiative.

France : bonne qualité mais manque de gros calibres 
La saison de l'oignon étant déjà bien entamée, les professionnels font désormais stocker la marchandise dans les réfrigérateurs. La saison 2021/22 se caractérise par une bonne qualité, tant pour les oignons jaunes que pour les oignons rouges. On constate néanmoins un manque de gros calibres pour tous les oignons, phénomène également observé sur le marché européen. La production française d'oignons rouges étant presque terminée, les grossistes vont donc pour certains, se reporter prochainement sur le produit égyptien.

Avec le mois d'avril, les prix sont en légère hausse, car il faut maintenant ajouter les frais de stockage et de triage. La consommation, elle, est identique à celle de l'année dernière, soit une consommation plutôt bonne et régulière. 

Italie : des prix élevés pour les oignons blancs
Le marché de l'oignon en Italie vit la transition entre les derniers stocks de la production nationale et le début des importations. Selon un négociant du nord de l'Italie, les oignons blancs sont actuellement très demandés, mais il n'y a pas beaucoup de volume disponible et les prix sont assez élevés. De l'autre côté du spectre, l'oignon rouge a un peu décroché et affiche des prix normaux, autour de la moyenne pour la période. Les oignons italiens, que ce soit les jaunes ou les blancs, sont toujours en stock, avec une bonne qualité obtenue grâce à un stockage optimal. Les premières expéditions d'oignons en provenance d'Inde sont arrivées en Italie, mais à des coûts qui ne sont pas bas, notamment en raison de l'augmentation du fret des conteneurs.

En outre, des problèmes se posent avec certaines chaînes de détail qui ne veulent pas payer des prix plus élevés aux producteurs et aux négociants en raison de l'augmentation générale des prix.

Espagne : prix 80 % plus élevés que l'année dernière à la même époque
Les stocks d'oignons sont beaucoup plus bas que l'année dernière en Espagne, si bien que les prix sont environ 80 % plus élevés qu'à la même période de la campagne précédente, au cours de laquelle les niveaux de prix étaient trop bas. Dans une vingtaine de jours, la récolte des premières variétés précoces débutera en Andalousie, où les superficies ont considérablement diminué en raison des mauvais résultats de la saison dernière et des coûts élevés actuels. Les coûts du carburant, des engrais et de l'énergie sont si élevés et les marges bénéficiaires sont si étroites pour les oignons que de nombreux producteurs espagnols se tournent vers d'autres produits aux bénéfices plus intéressants. La période de semis des variétés moyennes et tardives - les plus représentatives de l'Espagne en termes de volumes - est toujours en cours et les pluies abondantes du mois de mars ont rendu difficile l'entrée dans les champs. Cette situation et les coûts élevés entraînent déjà une baisse sensible d'environ 40 % des superficies. L'impact sur les marchés internationaux sera donc très important.

Egypte : le marché égyptien de l'oignon ressent les effets du Covid
La saison des oignons de printemps en Egypte est terminée. Après un démarrage lent, la situation était beaucoup plus stable à la fin du mois de janvier. Outre l'augmentation des prix du transport maritime, certains conteneurs ont été envoyés à la mauvaise destination, ce qui a entraîné la détérioration du produit une fois arrivé à destination. De ce fait, 75 à 85 % des produits ont dû être jetés. La demande d'oignons de printemps a été affectée par les mesures de confinement mises en place pour faire face à une nouvelle vague de coronavirus. La demande a été très faible en début de saison, surtout avant la période de Noël. Les prix étaient également très bas et décevants de ce fait. Après les fêtes, les quantités sur le marché ont commencé à baisser. Les exportateurs ont commencé à réaliser qu'ils allaient devoir faire face à la situation actuelle du marché différemment de la normale, en raison du Covid.

Chine : augmentation des prix à l'exportation
La saison de vente des oignons de Shandong et de Gansu est presque terminée. Le prix des oignons jaunes restés en stock est en hausse. Seul le Yunnan récolte actuellement des oignons frais. De plus, la demande du marché est énorme. La récolte des oignons au Yunnan a été quelque peu retardée cette année. Les oignons du Yunnan entrent normalement sur le marché en grand nombre à la mi-mars, mais cette année, il a fallu attendre fin mars pour que les oignons du Yunnan commencent à entrer sur le marché en grand nombre.

Le prix est relativement élevé car les conditions météorologiques n'ont pas été excellentes, si bien que le volume global de production a diminué. Le prix actuel des oignons rouges de 80 mm à la sortie de l'entrepôt est d'environ 2,0-2,2 yuans [0,31-0,35 USD] par kg, tandis que le prix des oignons jaunes est d'environ 2,8-3,0 yuans [0,44-0,47 USD] par kg.

Les prix des différents légumes ont augmenté en raison des chutes de neige dans le Yunnan. Des mesures de lutte contre la pandémie ont également été prises plus tôt dans la saison. L'augmentation du prix des oignons est relativement faible par rapport à d'autres types de légumes. En outre, le prix relativement bas stimule la demande du marché, de sorte que le mouvement du produit intérieur est rapide.

Quant à l'exportation, le prix relativement élevé crée des difficultés pour les exportateurs d'oignons. Le prix d'usine des oignons épluchés se situe normalement autour de 300-400 USD par tonne. Le prix actuel est d'environ 800 USD par tonne. Ce prix élevé est le résultat de la réduction du volume de production et des mesures de contrôle de la pandémie. De nombreuses zones de production sont temporairement fermées, et les difficultés liées à la récolte, au traitement et à la distribution font grimper les prix. De plus, les prix du pétrole augmentent et cela a un impact sur les coûts de transport, qui à leur tour affectent le prix de presque tous les produits.

Le volume de production des oignons du Yunnan est relativement faible, mais il n'y a pas d'autres zones de production qui approvisionnent le marché au même moment. C'est pourquoi la demande est forte sur le marché. Le Yunnan exporte principalement des oignons vers la Corée, le Japon et l'Asie du Sud-Est. Nous nous attendions à ce que le prix des oignons baisse à la fin du mois de mars avec l'augmentation du volume de l'offre, et nous avons donc commencé à préparer les premières commandes d'exportation, mais le prix a au contraire augmenté. Nous n'avons pas d'autre choix que de retarder nos plans d'exportation.

Amérique du Nord : offre réduite et demande élevée offrent de bonnes perspectives pour la saison 
La saison de printemps pour les oignons a commencé au Mexique et au Texas.

« La qualité et la demande d'oignons sont toutes les deux excellentes », déclare un expéditeur. « Vidalia est le prochain marché. Il débutera officiellement le 12 avril. Jusqu'à présent, notre récolte est bonne et nous prévoyons une année normale. Puis nous démarrerons à Walla Walla, WA, en juin. »

Outre les approvisionnements d'oignons en provenance du Mexique et du Texas, d'autres régions recevront des récoltes fraîches, notamment la Géorgie en avril, puis la Californie et Washington plus tard dans l'année.

« En raison de problèmes météorologiques dans le nord-ouest du Pacifique l'été dernier, l'offre globale d'oignons est beaucoup plus faible cette année que l'année dernière. Nous terminerons notre récolte de stockage dans le Nord-Ouest le mois prochain. Nous serons en pleine production d'oignons de la nouvelle récolte jusqu'à l'automne », explique l'expéditeur.

Il n'est pas surprenant que la demande d'oignons soit plus forte cette année que l'année dernière. « Le marché est très fort et est plus élevé que l'année dernière. Nous pouvons l'attribuer au manque d'oignons de stockage dans le Nord-Ouest », dit-il, notant que la récolte de stockage nationale est à un niveau record cette année.

Entre-temps, le secteur est confronté à une série de problèmes, notamment des taux de fret et des coûts de main-d'œuvre qui n'ont jamais été aussi élevés. Mais l'expéditeur note que l'industrie de l'oignon commençait à changer avant la pandémie et que ce changement n'a été qu'accéléré par le Covid. « Les producteurs ne plantent que pour des ventes confirmées, les défis de la main-d'œuvre, le prix général des oignons en magasin... tous ces facteurs ont radicalement changé les procédures de planification et les perspectives en ce qui concerne nos partenaires producteurs ». 

Pour l'avenir, avec l'arrivée d'un plus grand nombre d'oignons frais sur le marché, les consommateurs disposeront d'un plus grand choix.

Avec le printemps et l'été qui arrivent, les promotions seront également au rendez-vous. « Les consommateurs sont impatients de sortir et de profiter des températures plus chaudes. Les grillades, les pique-niques, les fêtes, les événements ponctuels et les vacances sont autant d'opportunités pour les oignons doux et nous encourageons nos clients à faire leurs promotions en toute confiance », déclare l'expéditeur.

Pérou : « Pour l'instant, le fret pour les oignons coûterait plus cher que le produit lui-même »
L'industrie des oignons d'exportation au Pérou a connu une croissance constante ces dernières années grâce à son principal marché d'exportation, les États-Unis, qui représentait en 2021 la destination de plus de 60 % des expéditions péruviennes.

La longue saison dans le pays, qui dure de la semaine 27 à la semaine 12, se termine lorsque les champs nord-américains commencent à avoir leur propre récolte. Mais les expéditions d'oignons péruviens se sont également renforcées en Europe, avec l'Espagne en tête, ainsi qu'en Amérique centrale, et continuent d'atteindre de nouveaux marchés. Parmi les derniers à recevoir des oignons du Pérou figurent le Canada, le Portugal, la Belgique ou Haïti. Dans cette dernière destination, les exportations ont commencé avec des volumes importants.

Actuellement, l'augmentation des coûts logistiques représente un grand défi pour le secteur et constitue la plus grande limitation pour continuer à croître. En effet, comme l'a reconnu un important exportateur de cette industrie au Pérou, « à l'heure actuelle, le transport des oignons coûterait plus cher que le produit lui-même. »

« Pour l'instant, les plantations d'oignons ont déjà commencé. D'après ce que je vois, elles vont au rythme qu'elles ont toujours eu, mais dans le secteur, nous avons tous commencé dans l'incertitude, en espérant que d'ici juin, la question du fret se normalisera. »

Australie : hausse des exportations de 23 %
Alors que la plupart des cultures de fruits et légumes ont subi un coup pendant la pandémie, les volumes d'oignons ont augmenté, selon les derniers chiffres. Pour l'année se terminant en juin 2021, 271 930 tonnes ont été produites (soit une augmentation de 3 % par rapport à l'année précédente) et évaluées à 203 millions de dollars (soit une baisse de 17 %), 9 % étant envoyés à la transformation. En termes d'exportations, les volumes ont fait un bond en arrière après une chute importante en 2020 ; 44 885 tonnes ont été exportées, pour une valeur de 30,4 millions de dollars. Bien que la valeur soit restée à peu près la même, le volume a augmenté de 23 %. En termes de consommation intérieure, 75 % des ménages australiens ont acheté des oignons, la majorité de la production ayant lieu en Australie-Méridionale et en Tasmanie.

Parallèlement, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni ont signé un accord de libre-échange historique au début du mois. Dans un message publié sur les médias sociaux, l'organisme national chargé de la commercialisation des oignons a déclaré qu'il s'agissait d'un « excellent aboutissement pour les producteurs et les exportateurs d'oignons néo-zélandais. Cet accord éliminera les droits de douane sur les oignons néo-zélandais et nous mettra sur un pied d'égalité avec d'autres pays qui n'ont déjà pas de droits de douane, comme la Hollande ».

La semaine prochaine, retrouvez une édition spéciale de la rubrique hebdomadaire « Marché mondial » qui sera dédiée au salon Fruit Logistica !


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)