La filière des serres maraîchères peut-elle supporter l'augmentation des coûts ?

Qui va assumer ces coûts croissants ? C'est ce que tous les acteurs du marché des légumes de serre veulent savoir. Au début de cette nouvelle saison, personne ne connaît vraiment la réponse, même si, pour l'instant, les producteurs semblent en avoir fait les frais. Ce qui est clair, c'est que cette situation ne va pas durer très longtemps. Le secteur fera-t-il front commun ? Personne ne le sait.

Les concombres ont donné le coup d'envoi de la saison des légumes de serre aux Pays-Bas fin janvier. D'autres produits comme l'aubergine, la courgette, le poivron et la tomate ont suivi. Ceux qui ne s'y connaissent pas pourraient dire que tout va bien dans ce secteur. Pourtant, derrière les messages de produits sains et croquants se cache un secteur profondément inquiet. Cette année, plus que jamais. L'appel de détresse lancé par quatre producteurs néerlandais sur dix, en proie à de graves difficultés financières, a finalement été entendu fin mars. Les producteurs belges sont dans la même situation, tout comme ceux de nombreux autres pays.

Le secteur est en difficulté depuis l'automne. Les premiers producteurs ont été confrontés à des problèmes dès que les prix de l'énergie sont montés. Ils ont arrêté les cultures prématurément, et les serres sont restées vides (plus longtemps). Certains ont tout simplement abandonné ou ont vendu leurs serres à des collègues (producteurs de plantes ornementales). Cet hiver, seule la moitié environ des volumes habituels de tomates a été cultivée sous éclairage. Si ce n'est pas à cause des serres vides, c'est parce que l'éclairage et le chauffage sont plus économiques. La production de concombres, qui est aujourd'hui de plus en plus souvent cultivée toute l'année, a également diminué de manière significative.

Un prix trop élevé
À la mi-avril, ces répercussions sont encore évidentes sur le marché. De nombreux producteurs s'efforcent encore de cultiver différemment par nécessité. Cela se traduit par une baisse de la production. Car ce que l'on ne verse pas, on ne le retire pas. La nouvelle saison des légumes de serre a commencé plus lentement, avec des prix plus élevés. Début avril, les tomates se vendaient à des prix jamais égalés par kg. Les prix sont bien supérieurs aux moyennes de ces dernières années, bien que les coûts soient également beaucoup plus élevés. En mars, les tomates néerlandaises se sont vendues deux fois plus cher que l'année précédente. Cela montre à quel point la situation actuelle du marché est inhabituelle.

Les producteurs qui produisent tôt dans la saison peuvent généralement compter sur des prix intéressants tant que l'offre est encore limitée. Les produits cultivés en serre sont très demandés en ce moment. Cela vaut également pour les pays d'exportation, dans lesquels peu ou pas de produits propres sont disponibles en début de saison. Alors qu'avec beaucoup de soin et d'habileté, la culture sous serre chauffée et éclairée est déjà possible. Cette année, ces cultivateurs ont été contraints d'entrer plus tard sur le marché et n'ont pas profité de cet avantage.

Il en va de même pour les négociants. Pour eux, les volumes plus faibles en début de saison ont compliqué l'exportation. Les négociants à la journée sont particulièrement touchés, comme cela a été dit lors du récent salon international de l'horticulture, Fruit Logistica. Moins de produits signifie moins à envoyer à l'étranger. Et ce, avant même de prendre en compte les frais de transport, qui ont également fortement augmenté, et qu'il faut encore ajouter.

Dans les semaines précédant Pâques, les prix des concombres, aubergines, tomates en grappe et autres ont fortement augmenté. Et ce, alors que les prix, notamment ceux des tomates en grappe, étaient déjà élevés. Cela n'a pas plu aux négociants en denrées alimentaires. Les prix élevés sont une bonne chose, mais, aux dires du marché, les niveaux auxquels les tomates ont été négociées avant Pâques ont rendu le commerce journalier difficile. Les négociants souhaiteraient que les prix baissent légèrement. Les TOV qui se situent autour de 2,50 € sont « trop chers pour être utiles ».

Les prix des concombres et des aubergines supérieurs à 1 € dans la semaine précédant Pâques sont également très inhabituels. La grande question qui se pose sur le marché est de savoir ce qui se passera après Pâques. À l'heure où nous écrivons ces lignes, on estime que les produits vont probablement inonder le marché ; en raison du report des cultures par les agriculteurs et de l'ajustement des calendriers de culture. Ensuite, la loi de l'offre et de la demande prévaudra, crise des coûts ou pas. La crainte est que les prix s'effondrent, alors que c'est précisément maintenant que de bons prix sont les bienvenus pour couvrir une partie des coûts considérablement augmentés.

À quel prix ?
Ces coûts sont toujours un sujet de discussion, même maintenant que les parties ont conclu les contrats de vente pour la saison en cours. Si ce n'est pas pour cette campagne, ce sera pour l'hiver. Du côté de l'acheteur, les producteurs et les associations de producteurs veulent savoir : à quel prix fournissez-vous ? Du côté des producteurs et des organisations de producteurs, c'est : fixez-vous les coûts pour toute une saison ? Ou bien prévoyez-vous une certaine flexibilité, de sorte que les prix reflètent une éventuelle augmentation des coûts au cours de la saison (ou de l'automne, bien que cela semble peu probable) ?

Dans ce dernier cas, les grandes chaînes de supermarchés sont spécifiquement visées. Ces grands acheteurs de légumes de serre peuvent-ils et veulent-ils payer davantage pour des produits de serre néerlandais ou belges de qualité et durables ? C'est ce que veulent comprendre les producteurs. De plus en plus de gens semblent également être conscients que les hausses de prix sont inévitables. Mais cela ne change rien au fait que chaque centime est pris en compte lors de l'augmentation des prix. Récemment, dans une émission de télévision néerlandaise, un directeur de supermarché a indiqué qu'il préférait augmenter les prix de 0,10 €, et non de 0,15 €, pour couvrir les coûts. Les producteurs et les organisations de producteurs, quant à eux, soulignent que les supermarchés « ne prennent pas position ».

Ces mêmes associations de producteurs déterminent actuellement leur propre situation et celle de leurs producteurs. Ils font des calculs par produit. Pour chaque variété de tomate, ils voient ce que différents prix du gaz peuvent rapporter par produit. Pour certains producteurs ayant des contrats de gaz fixes, cela implique un prix du gaz d'environ 0,80 €. La hausse des prix du gaz ne les affecte pas (encore). Mais certains producteurs n'ont pas d'options avantageuses pour le gaz ou ont abandonné leurs contrats.

D'autres doivent chauffer leurs serres au prix quotidien du gaz ou ne disposent que de chaudières et non de systèmes de cogénération. Ces producteurs sont confrontés à des coûts énergétiques très différents. À l'approche de Pâques, le prix du gaz oscillait autour de 1 €/mégawattheure. Dans le marché actuel, aucun calcul ne peut justifier une culture à long terme à ces prix, surtout pas pour les cultures d'hiver. Des décisions devront être prises à ce sujet dans les mois à venir.

Fixer les coûts
C'est surtout l'incertitude sur les prix du gaz qui remet en question la rentabilité de la culture sous serre en Europe du Nord-Ouest. En 2021, les coûts énergétiques représentaient plus de 25 % de l'ensemble des coûts supportés par les serristes néerlandais. Il a été impossible d'évaluer la forte volatilité des prix du gaz au cours des derniers mois, même avant le début de la guerre en Ukraine. Il faut alors se demander si la fixation des prix du gaz va résoudre le problème. En France, l'idée de fixer le prix du gaz à 0,70 € a été évoquée. Les producteurs auraient ainsi un coût connu à prendre en compte. La Commission européenne est intervenue.

En raison de la « situation sans précédent », elle a accordé aux États membres un accès beaucoup plus large aux aides d'État. Cela donne aux pays la possibilité de compenser, par exemple, les secteurs à forte intensité de gaz comme l'horticulture sous serre. Reste à savoir si les États membres le feront et dans quelle mesure. Les dispositions prises par le gouvernement néerlandais sont attendues dans le courant du mois. Les Pays-Bas ne sont pas connus pour opter rapidement pour des aides publiques, si bien que les attentes sont tempérées avant même que les mesures ne soient prises. Intervenir sur le marché de l'énergie en fixant le prix du gaz n'est pas prévu dans l'immédiat.

La question de savoir si la fixation des prix offre une solution à l'ensemble de la situation est également débattue. Il faudra probablement envisager des coûts plus élevés à l'avenir. Et, à terme, les coûts liés à la culture sans gaz, ce qui est déjà à l'étude. Le secteur s'efforce également de devenir plus durable, comme on ne cesse de le souligner, et il prend déjà les mesures nécessaires. Les producteurs néerlandais, par exemple, s'intéressent à l'énergie géothermique pour gérer leurs propres systèmes. La culture de type « New Style of Growing » (Nouvelle façon de cultiver), une méthode de culture axée sur une production élevée avec une consommation d'énergie réduite, s'est imposée au cours de la dernière décennie. Cependant, l'amélioration de la durabilité n'est pas gratuite. Elle exige des investissements et d'autres coûts.

À court terme, il est important que les producteurs puissent continuer à cultiver de manière rentable des fruits, des légumes, des fleurs et des plantes pour la consommation générale. Ainsi, l'interdiction de cultiver des plantes ornementales pendant un certain temps - comme l'a suggéré le gouvernement néerlandais - a été accueillie avec désapprobation et indignation. Les prêts-relais accordés par le gouvernement peuvent aider les cultivateurs à survivre en ces temps difficiles. Cependant, les cultivateurs, parfois depuis plusieurs générations, ne veulent pas se retrouver avec une serre vide. Ils peuvent aussi exploiter une centrale de cogénération pour produire de l'électricité qu'ils réinjecteront dans le réseau. Il s'agit d'une source de revenus intéressante pour certains producteurs, maintenant que les prix du gaz ont également fait grimper les prix de l'électricité. Mais, tout comme leurs collègues producteurs qui ne bénéficient pas de cet avantage, ils préféreraient cultiver des légumes, des fruits, des fleurs ou des plantes.

Répercussion des coûts
Pour continuer à le faire, les producteurs doivent être en mesure de répercuter (partiellement) l'augmentation des coûts, et pas seulement du gaz. C'est ce dont tout le monde parle dans la chaîne, et ce depuis des mois. C'est un défi car, malgré toutes les consolidations, la chaîne reste très fragmentée. Cela n'aide pas à obtenir de meilleurs prix pour les produits de serre et rend difficile la présentation d'un front uni. Ce n'est pas pour rien que les organisations de producteurs se renforcent en fusionnant et/ou en augmentant leurs superficies en se liant à de nouveaux producteurs. L'idée est que lorsqu'on est de taille importante, on est plus fort. Pourtant, tout le monde semble aussi se rendre compte qu'au final, les consommateurs ne peuvent pas faire les frais de la hausse vertigineuse des coûts, qui ont grimpé rapidement et de manière très volatile.

Cette crise touche tout le monde. Les gens baissent le chauffage dans leurs maisons et de plus en plus de familles sont obligées de se serrer la ceinture. Faire payer 2 euros pour un concombre afin de couvrir les coûts serait donc excessif. La position des Pays-Bas sur le marché ne serait pas non plus avantageuse par rapport aux concurrents internationaux, où la culture est moins gourmande en gaz, les coûts de la main-d'œuvre moins élevés et la qualité des tomates et des poivrons meilleure. Les Pays-Bas pourraient se retirer du marché et les importations (moins chères) pourraient remplacer les produits locaux. Cela s'est déjà produit en hiver. La production des serres néerlandaises étant beaucoup plus faible que d'habitude, rien ne pouvait être fait. Les agriculteurs néerlandais pourraient cultiver plus au sud, ce qui plairait aux supermarchés qui préfèrent recevoir des produits d'un seul fournisseur toute l'année.

Même si le prix des concombres n'a pas atteint 2 euros, tous les acteurs de la chaîne devront probablement payer la crise actuelle d'une manière ou d'une autre. Si ce n'est pas en rendant les concombres ou les tomates (beaucoup) plus chers, ce sera par le biais d'une augmentation des taxes pour financer le soutien supplémentaire des pouvoirs publics. Les compensations ont été vivement sollicitées, même pendant la pandémie. Comme l'inflation augmente, il semble inévitable que tout soit plus cher.

La question est de savoir dans quelle mesure. Le secteur a un besoin urgent de clarté et de perspectives, qui font cruellement défaut dans le climat de marché incertain actuel, de préférence avant la saison hivernale. Les producteurs et les négociants se concentreront sur ce point au cours de la période à venir, tout comme ils s'efforceront de mener à bien cette saison inhabituelle de légumes de serre post-COVID-19.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)