Des attentes divergentes quant à la date de début du nouveau traitement par le froid pour les oranges d'Afrique du Sud

Les exportateurs d'oranges sud-africains commenceront à charger les oranges à destination de l'Europe sous le nouveau régime du froid aux alentours du 14 juillet 2022, selon des sources industrielles sud-africaines.

Selon l'interprétation de la Commission européenne, la nouvelle politique entre en vigueur dans les trois jours suivant sa publication au Journal officiel le 21 juin 2022. L'Afrique du Sud aurait donc dû commencer à délivrer des certificats phytosanitaires dès aujourd'hui, conformément à la nouvelle législation.

L'Afrique du Sud a demandé et obtenu un délai supplémentaire pour commencer à appliquer le nouveau règlement, qui prévoit des températures de prérefroidissement et d'expédition comprises entre -1°C et 0°C pendant au moins 16 jours ou entre -1°C et 2°C pendant au moins 20 jours (une légère amélioration du prérefroidissement à 5°C suivie de 25 jours de traitement au froid est requise jusqu'à la fin de l'année).

Le règlement 2022/959 concerne également les pays d'Afrique australe, dont certains devraient adopter les règles de l'Afrique du Sud, mais en utilisant leurs propres règles d'exportation.

Grande appréhension à l'égard du nouveau régime
L'industrie sud-africaine des agrumes découvrira en début de semaine prochaine ce que le nouveau régime impliquera concrètement pour elle.

L'Europe représente environ 40 à 50 % des exportations d'oranges de l'Afrique du Sud, un commerce évalué à un milliard d'euros par an. Cette saison, la récolte totale d'oranges est estimée à bien plus de 80 millions de cartons de 15 kg.

La plupart des oranges destinées à l'Europe ont toujours été chargées à température ambiante, facilitant ainsi le flux régulier des échanges d'oranges entre l'Afrique du Sud et l'Europe, selon les exportateurs.

« Pas de crise de la FCM »
Le PDG de l'association des producteurs d'agrumes, Justin Chadwick, qui décrit la hâte avec laquelle le règlement a été adopté dans son bulletin hebdomadaire, note : « 86,6 % des oranges sud-africaines exportées vers l'UE en 2021 ont été chargées sous des conditions spécifiées dans le système de gestion des risques qui ne requièrent pas de pré-refroidissement. »

Les interceptions de faux carpocapse sur les agrumes sud-africains et les oranges ont diminué chaque année depuis qu'il a été déclaré organisme nuisible à mettre en quarantaine il y a trois ans.

Une catégorie comme les oranges biologiques n'a jamais connu une seule interception de FCM mais est pénalisée de manière égale et disproportionnée.

« Surtout au vu des volumes (accrus) d'oranges échangées : 99,98 % de toutes les expéditions n'ont pas été interceptées », poursuit Justin, qui affirme qu'il n'y a pas de « crise » de la FCM et que la décision a été prise pour des raisons politiques et de restriction des échanges.

Des répercussions apparaîtront clairement d'ici la semaine prochaine
L'effet sur la chaîne du froid et la chaîne d'approvisionnement ainsi que les coûts concomitants seront graves, peut-être moins pour le Western Cape qui dispose d'une plus grande capacité de refroidissement avec les chambres froides pour le raisin de table de la province et davantage d'options de commercialisation avec son accès au marché américain (actuellement le seul marché favorable pour les agrumes, selon beaucoup).

Pendant ce temps, le marché européen des agrumes a été très faible. Il regorge d'agrumes, parmi lesquels les Valencias égyptiennes qui sont vendues à des prix bien inférieurs à ceux que l'Afrique du Sud peut accepter.

Certains programmes d'agrumes bien établis avec des détaillants européens ont été interrompus cette saison, car les prix proposés ne sont tout simplement pas rentables.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)