« Avec la fermeture de la Russie et de la Biélorussie, nous vendrons tous du raisin sur le même marché »

Les premières projections d'exportation pour la saison du raisin de table chilien, que l'USDA a estimé en décembre dernier à plus de 20 % de plus que la saison précédente grâce à de bonnes conditions de culture et à l'entrée en production de nouvelles plantations, ont été entachées de problèmes logistiques.

Déjà à la mi-mars, au plus fort de la saison, les producteurs chiliens demandaient une priorité d'expédition sur des navires réfrigérés pour leurs fruits frais - périssables, rappelons-le - à destination des États-Unis. En effet, compte tenu de la baisse inquiétante de la disponibilité des navires, la congestion du transport maritime est devenue un véritable « goulet d'étranglement logistique. » La Fédération Chilienne des Producteurs de Fruits, Fedefruta, est allée jusqu'à souligner qu'étant « dans les semaines critiques de la saison du raisin de table », ils n'avaient pas « assez de navires dans les ports pour l'envoyer à destination. » 

Ces problèmes initiaux préfiguraient le résultat aigre-doux obtenu aux États-Unis après une année entière d'efforts de la part des producteurs chiliens. Ils ont été confrontés à des coûts de production sans précédent et à une pénurie d'intrants, et qui a conduit les exportateurs à envisager d'intenter une action en justice contre les compagnies maritimes et le port de Philadelphie pour les millions de dollars de pertes subies.

Mais ce problème n'a pas été exclusif aux expéditions de raisin de table du Chili vers les États-Unis. « Les arrivées en Europe ont également connu beaucoup de retards et les fruits sont arrivés avec de nombreux problèmes de qualité », partage un importateur espagnol. « Le port de Rotterdam était encombré, car, avec la guerre, de nombreux navires se dirigeant vers des ports russes comme Saint-Pétersbourg faisaient escale en Hollande, et les retards des conteneurs atteignaient 15 à 20 jours. » 

« Malheureusement, ces retards ont fait que tous les raisins sont arrivés à la même date et que seuls les importateurs ayant des programmes avec des supermarchés en Europe ont pu les vendre. Le reste a été mis sur le marché libre, mais la consommation pendant les mois les plus froids est généralement plus faible qu'à d'autres moments de l'année, de sorte que la saison des importations n'a pas été facile. De plus, nous subissons la pression croissante des raisins du Pérou, qui produit beaucoup plus de fruits ; tous les raisins chiliens ont dû être vendus en avril et une partie du mois de mai, tandis que les produits du Pérou ont également continué à arriver. » 

« D'autre part, les prix du fret, malgré le fait qu'ils arrivent avec des retards, causant de grands problèmes aux importateurs, continuent de croître. Pendant la saison des raisins péruviens, ils ont été payés à 7 000 dollars, tandis que pendant la saison chilienne, qui vient juste après, ils sont passés à 12 000. Le fret seul a coûté entre 40 et 50 centimes par kilo de raisin, auxquels il faut ajouter le prix du produit lui-même et, comme il était difficile à vendre, le stockage en chambre froide pour conserver les fruits. » 

« Je dirais que c'est la meilleure saison du Chili en termes de production et de qualité depuis de nombreuses années, mais la pire de l'histoire en termes de logistique et de retour au cultivateur », souligne l'importateur. « C'est pourquoi, en voyant ce qui est arrivé au Chili, nous devons réfléchir à ce que nous allons faire pour la campagne de raisins en Europe et considérer très attentivement les expéditions par bateau, sachant qu'elles peuvent prendre jusqu'à 40 jours pour arriver à destination. Et pas seulement pour les expéditions maritimes, car la question que nous nous posons tous en fin de compte », souligne l'importateur, « est de savoir ce qui va se passer avec le transport routier ? Avec le prix du diesel à 2 euros, nous constatons qu'il est de plus en plus difficile de trouver des camions et des chauffeurs pour partir d'ici vers l'Allemagne, Bruxelles ou Paris. » 

« De plus, il faut tenir compte du fait que des pays comme l'Égypte, le Maroc, la Turquie, la Grèce ou la Macédoine avaient l'habitude d'envoyer leurs fruits en Russie et en Biélorussie et cette année, ce ne sera plus possible », rappelle l'importateur, « nous allons donc tous vendre sur le même marché et nous le constatons. » 

« Nous sommes dans un moment historique très complexe et je pense que cela va continuer à être très dur pendant les deux, voire trois prochaines années. Toute la chaîne doit en être consciente, du producteur aux supermarchés, et comprendre que, même si tout le monde va gagner moins, tout le monde doit continuer à gagner pour survivre. » 

« Pour l'instant, les saisons ont déjà commencé en Italie et en Espagne. En Italie, les raisins blancs sans pépins se vendent très bien, les raisins blancs avec pépins se vendent également à bon prix, mais dans des volumes minimes, tandis que les raisins avec pépins Victoria et Black Magic de Sicile enregistrent des ventes lentes et des prix inférieurs de 20 % à ceux de l'année dernière. En Espagne, les prix sont bons, mais le volume commercialisé jusqu'à présent est très faible. Mon grand espoir cette année réside dans la qualité des fruits et dans le fait que les consommateurs accordent au produit européen la reconnaissance qu'il mérite et valorisent le dur labeur de nos producteurs. »


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)