Reportage photo sur les Robotics Day au Fruit Tech Campus

Où en est la robotique dans la culture des fruits et quel en est le potentiel commercial ?

La robotique se développe rapidement tout comme la culture des fruits, qui se mécanise à un rythme soutenu. C'est pourquoi, aux Pays-Bas, le Fruit Tech Campus, qui vient d'ouvrir ses portes, a permis au secteur fruitier de se mettre à niveau lors d'une véritable « Journée de la robotique ». Les robots sont-ils déjà opérationnels ? Peut-on le faire de manière rentable ? Ou bien a-t-on déjà dépassé le stade où les fruits restent non récoltés par manque de cueilleurs volontaires ?

L'orateur principal, Han Fleuren, de Fruitboomkwekerij Fleuren, a examiné comment la récolte robotisée pourrait affecter les vergers de demain. Pour ce faire, il a emmené les invités dans un voyage à travers les 100 ans d'histoire de son entreprise familiale, créée par son grand-père. Son père a introduit l'arbre « knip », et aujourd'hui Han vend, en plus des arbres fruitiers, des mini-arbres et des systèmes de mesure pour le verger.

Han a également partagé son expérience concernant une culture de cerises découverte au Chili. Les cerises étaient plantées en forme de kiwi, ce qui les faisait pendre. « Cela doit être une vraie musique dans les oreilles des roboticiens. Cela pourrait-il fonctionner aussi pour les fruits supérieurs ? Aucune idée, mais l'avenir n'est pas à celui qui est le plus fort ou le plus intelligent, mais à celui qui s'adapte le mieux », affirme Han.


Han Fleuren

Mais quel est l'intérêt commercial d'un robot ? Peut-il être un atout pour une saison de cueillette courte ? Le problème ne se pose-t-il pas systématiquement lorsque, en Europe, les fruits ne sont pas récoltés en raison d'un manque de cueilleurs ? Le comptable Evert Tijssen de Tijssen Accountants a effectué un premier calcul approximatif. Il a élaboré un modèle moyen à partir du portefeuille de ses clients.

Pour une exploitation de pommes de 20 hectares, Evert est arrivé à 13 robots qui ramassent 30 pommes par minute. Coûts annuels nécessaires : 9 154 €. Toutefois, le comptable a donné à l'auditoire des pistes de réflexion. « Faites le calcul vous-même. Quels sont la durée de vie utile envisagée, la consommation d'énergie, la valeur d'achat, le financement et les coûts de maintenance ? Enfin, le robot peut-il ramasser 100 % de la récolte ? »


Harrij Schmeitz

Le président de Day, Harrij Schmeitz, a souligné l'impact de la robotisation. « Il ne s'agit pas seulement de remplacer des personnes, mais de prendre en compte la totalité du concept. C'est une innovation de système qui affecte les hommes d'affaires, leur récolte et toute leur entreprise. Mais les développements se poursuivent. Qui aurait cru, il y a quelques années, que nous aurions un pulvérisateur entièrement automatisé, pleinement opérationnel et complètement robotisé ? ».

Pendant les laboratoires d'innovation, six exemples pratiques ont été démontrés et des explications ont été données sur les robots. Ils sont utilisés pour les fraises (Ocitva), les framboises (Fieldwork Robotics), les fruits à pépins (Munckhof), la culture en plein champ (Abemec), les pulvérisateurs robotisés (Hol Spraying Systems) et l'emballage robotisé (Greefa). Les clips ci-dessous montrent les robots en action.

Ce qui est remarquable, c'est la coopération entre de nombreuses entreprises et de grandes sociétés d'automatisation. Par exemple, le nouveau nom de Priva Kompano, Octiva - la récente fusion de la robotique horticole de Priva et des robots agricoles d'Octinion - a dernièrement établi un partenariat avec l'entreprise allemande Continental. Octiva a développé une plateforme mobile qui permet aux appareils de se déplacer de manière autonome et sûre dans la serre.

Toutes les utilisations existantes et nouvelles, comme le traitement aux UV-C, la coupe des feuilles ou la cueillette des fraises, se feront sur la plateforme autonome de Continental. Le PDG Tom Coen affirme vouloir standardiser autant que possible pour être rentable. Des dizaines de millions d'euros ont déjà été investis, et Tom Coen s'attend à ce que d'autres investissements soient réalisés. « Tout est question d'analyse de rentabilité. Nous voulons vendre des milliers de systèmes par an. »


Tom Coen d'Octiva

L'entreprise britannique Fieldwork Robotics teste commercialement son robot de récolte de framboises pour la première fois au Portugal. Le PDG Rui Andrês explique les développements via un lien en ligne : « Nous avons commencé par les framboises parce que c'est peut-être le fruit le plus difficile et le plus fragile à récolter de manière robotisée. De plus, il existe un énorme marché mondial de la framboise. »

« Si nous réussissons avec les framboises, nous devrions être en mesure de l'utiliser pour d'autres fruits également. » Andrês ajoute que les robots n'atteindront jamais la vitesse de cueillette manuelle. « Mais ce robot travaille 24 heures sur 24. Il fonctionne même mieux la nuit, lorsqu'il détecte plus facilement les framboises bien colorées et prêtes à être récoltées. »


Greefa présente le Smartpackr

Alors que les robots de récolte sont encore pour la plupart une chose du futur, Greefa a fait la démonstration de la prochaine étape de l'installation d'emballage. Leur robot peut emballer les pommes et les poires selon des critères précis. Cette machine peut emballer jusqu'à 120 fruits par minute dans ce qu'on appelle des feuilles d'emballage. Et la forme de la poire n'est plus un problème.

L'utilisateur Vogelaar Vredehof était enchanté du robot d'emballage. Selon l'entreprise, les marchés néerlandais et belge s'orientent vers les petits emballages de fruits. L'avantage de ces robots d'emballage par rapport aux robots de récolte est qu'ils peuvent souvent être utilisés toute l'année. « Les robots gagnent de l'argent lorsqu'ils sont occupés, mais il faut leur donner du travail », observe sobrement Sander Reukers de Greefa.

« Ce n'est que le début. Quelle sera la prochaine étape ? » C'est ainsi qu'a été présenté l'orateur principal de clôture, Roel Steenbergen, directeur de l'innovation technique de Rabobank Tech lab. Il a évoqué les dernières tendances technologiques et ce que cela signifie pour les hommes d'affaires et leurs entreprises. « En ce moment, un nouvel internet est en train de se construire. »

« Cela va affecter la façon dont nous communiquons les uns avec les autres. » Roel affirme que le métaverse - « un monde virtuel où les gens peuvent travailler, jouer à des jeux et se détendre » - va de plus en plus s'infiltrer dans le monde réel. La journée s'est terminée par un apéritif, et les participants de moins de 35 ans du Future Fruit Forum ont pu participer gratuitement au Young Fruit Pro BBQ. Rien de virtuel, juste une bière et un kebab dans le creux de la main.

Cliquez ici pour le reportage photo.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)