Mark Vernooij (Urfruit) :

« Le marché de la poire ne s'est toujours pas complètement remis de la guerre ukrainienne »

La saison des poires néerlandaises, qui a été bien en deçà des attentes, est en train de s'éteindre. « L'année dernière, la production européenne était historiquement basse. Nous pensions tous que nous avions de l'or vert accroché dans le verger et que les ventes seraient un jeu d'enfant », explique Mark Vernooij d'Urfruit.


Mark Vernooij (à droite) avec l'équipe d'Urfruit à Fruit Logistica.

« Avec cela en tête, tout le monde a commencé assez durement, et les prix étaient bons. Les détaillants ont probablement accordé moins d'attention aux poires en début d'année. Néanmoins, les ventes ont commencé à reprendre en janvier, et il semblait que la deuxième moitié de la saison serait agréable. Mais la guerre en Ukraine a secoué tout le marché de l'Europe de l'Est, et nous n'avons pas pu nous débarrasser d'une grande partie du volume. »

« De fin février à mars, les ventes de poires se sont effondrées. En avril, le marché est redevenu un peu plus accueillant, mais il ne s'est jamais complètement rétabli. Je ne pense pas qu'il reste beaucoup de poires maintenant, mais le commerce n'en attend pas beaucoup non plus. De plus, c'est décevant pour ceux qui ont stocké leurs poires pendant longtemps, prenant le risque de coûts de refroidissement supplémentaires et de pertes. Leurs efforts n'ont pas été récompensés cette année. En effet, le prix médian des poires est toujours inférieur à celui de février », poursuit Mark.

« Il ne se passe pas grand-chose sur le marché libre à l'heure actuelle. Pourtant, les programmes fonctionnent encore assez bien. Les exportations se concentrent principalement sur les pays scandinaves, l'Allemagne et le Royaume-Uni. »

« Et sporadiquement, l'Europe du Sud. Les exportations vers les destinations lointaines sont également à la traîne cette année. Souvent, lorsque les prix en Europe sont plus élevés, les destinations lointaines décrochent à un moment donné », explique Mark.

Il est toutefois optimiste quant à la nouvelle saison des poires. « Elle commencera deux à trois semaines plus tôt. L'année dernière, nous avons eu beaucoup de poires bronzées en raison de la période de froid pendant la floraison. Cette année, nous avons de belles poires lisses et vertes. Nous avons une récolte saine, tant au niveau de la qualité que du volume. Donc, pour l'instant, les perspectives sont bonnes ».

Pourtant, la hausse des coûts constitue un défi majeur pour les producteurs, selon Mark. « Les coûts du bois, des caisses, de la protection des cultures et du personnel ont augmenté de manière générale. Nous parlons d'une augmentation de 20 %. Notre secteur travaille à nouveau d'arrache-pied pour voir si nous pouvons répercuter cette hausse des coûts sur nos clients détaillants. Cela va être un véritable défi dans les années à venir ». 

Pour plus d'informations :
Mark Vernooij
Urfruit
45 Marketing
6921 RE, Duiven, NL
Tél. : +31 (0) 575 472 473
m.vernooij@urfruit.nl  
www.urfruit.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)