Une solution est nécessaire pour exporter les pommes polonaises vers l’Égypte

« Les volumes dans nos pommeraies doubleront cette année »

La saison polonaise des pommes s'annonce bonne, avec des volumes bien plus importants que ceux de la saison précédente : « Le temps a été formidable pour les pommes, cela a conduit à une augmentation des volumes. On peut même dire qu'il y a trop de pommes sur les arbres, car normalement j'aurais 800 tonnes de pommes Golden dans mes vergers. Cette année, j'en ai 1 600 tonnes, donc les volumes ont doublé », explique Mohamed Marawan, propriétaire de Sarafruit. « C'est vrai pour la plupart, sinon toutes les variétés de mes vergers. La production est donc très élevée, bien que certains agriculteurs aient mis fin à leur exploitation de pommes. On ne sait donc pas exactement quelle sera la production totale de la Pologne. »

Marawan affirme que certains agriculteurs ont abandonné la pomiculture en raison de la saison décevante de l'année dernière. « La saison dernière n'a pas été très rentable pour les agriculteurs, car les coûts des intrants étaient très élevés et les prix très bas. Par conséquent, certains agriculteurs ont choisi de ne pas récolter toutes leurs pommes et de les laisser sur les arbres. D'autres ont pu réaliser des bénéfices grâce aux exportations et ont continué à investir dans leurs vergers pour la saison à venir. C'est le prix qui déterminera si l'augmentation de la production sur les arbres sera positive pour les agriculteurs. Par exemple, je n'utilise mes pommes que pour l'exportation, je n'en vends donc pas sur le marché intérieur, où les prix sont plus bas. Et s'il y a une récolte abondante, cela pourrait entraîner une baisse des prix à l'exportation également, nous devrons donc voir comment cela s’équilibre. »

Certains producteurs polonais de fruits et légumes craignent un manque de main-d'œuvre cette année, car les Ukrainiens vont se battre à la guerre plutôt que de récolter des fruits en Pologne. Marawan estime que le prix de la main-d'œuvre va augmenter, mais il devrait y avoir suffisamment de personnes disponibles et prêtes à travailler. « Malgré la guerre en Ukraine, je pense que nous aurons toujours assez de main-d'œuvre disponible pour la récolte de cette saison. Bien sûr, cela signifiera une augmentation des coûts, car nous devrons payer les travailleurs un peu plus, mais trouver la main-d'œuvre ne devrait pas être un problème. »  

Le principal marché de Sarafruit étant l'Égypte, les problèmes de la Banque centrale qui ne compense pas les transactions pour les importations devront être résolus pour une saison réussie, explique Marawan : « En ce qui concerne les problèmes actuels d'exportation de produits vers l'Égypte, j'ai entendu dire que le gouvernement polonais est en pourparlers avec la commission égyptienne pour trouver une solution. Bien sûr, il y aura des discussions concernant l'accord commercial, mais le principal acteur sera la Banque centrale. Elle devra libérer l'argent destiné aux exportateurs de fruits et légumes en Pologne. Ce n'est pas seulement un problème de pommes, cela affecte toutes les importations en Égypte. Notre projet actuel est de créer une société en Égypte, mais nous aurions besoin d'une autorisation d'importation, qui n'est pas accordée à une société nouvellement créée. J'ai l'espoir qu'une solution soit trouvée, car nous en avons désespérément besoin. »

Pour plus d'informations :
Mohamed Marawan
Sarafruit
Tél. : +48 537 935 155
office@sarafruit.eu     
www.sarafruit.eu   


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)