Oliver Huesmann, Fruitconsulting Ltd :

« Les deux tiers de la classe moyenne mondiale se trouveront en Asie dans les 10 à 20 prochaines années »

Oliver Huesmann, de Fruitconsulting Ltd, est un consultant dans le secteur des fruits et légumes avec un focus sur l'Espagne, l'Amérique du Sud, l'Allemagne, l'Autriche et l'Asie. Avec son équipe, il prépare actuellement une mission avec des producteurs espagnols pour des détaillants, des importateurs et des politiciens en Thaïlande afin de présenter les produits espagnols sur place. Cette mission participera également à l'une des foires fruitières les plus importantes d'Asie, l'Asia Fruit Logistica à Bangkok. Huesmann est également consultant pour Sanllo, en plus d'autres entreprises productrices de fruits et légumes. Huesmann a évoqué avec nous les développements actuels observés dans certains pays asiatiques au cours des trois derniers mois.

Potentiel pour les cerises et les pommes allemandes en Thaïlande
Si l'on regarde du côté de Bangkok, Huesmann estime que cette ville est parfois encore plus intéressante que les ports de Ningbo-Zhoushan, Shenzhen ou Shanghai, notamment pour le transport de marchandises vers le sud-ouest de la Chine, en raison de son éloignement. « Depuis Bangkok, il est parfois plus facile d'aller de A à B, car l'infrastructure de Bangkok est très bien développée. La Thaïlande devrait également constituer un marché intéressant pour les cerises et les pommes allemandes. Après tout, la Thaïlande est l'un des pays où il n'y a pas de zones froides et, par conséquent, aucun produit nécessitant du froid ne peut être cultivé - comme les légumes d'hiver ou les fruits à pépins et à noyau. »

En outre, depuis la pandémie, la Thaïlande est devenue l'un des pays les plus libéraux de la région en termes de liberté de mouvement, notamment pour les hommes d'affaires, a-t-il ajouté, ce qui attire tout particulièrement de nombreux expatriés. « Alors que la Chine et Hong Kong sont tout simplement bloqués à cause du Covid-19. Par conséquent, en plus des nombreux touristes, de nombreux commerçants et expatriés tournent désormais leur regard vers Bangkok », a déclaré Huesmann. Cela augmente encore la demande de produits importés.

« En ce qui concerne les producteurs allemands, une telle mission n'est pas encore prévue pour l'instant. Mais elle pourrait être envisagée, car je vois aussi un grand potentiel pour ces derniers en ce qui concerne la vente de fruits et légumes en Thaïlande. Là-bas, un service logistique rapide est proposé. » Pour avoir une vue d'ensemble complète, Huesmann a notamment rendu visite à MSC et à des entreprises de logistique locales à Bangkok, afin de jeter un coup d'œil aux chaînes du froid sur place.

Des produits allemands en Asie
Il connaît également une grande chaîne de distribution alimentaire allemande, dont une partie vend déjà des oranges d'Espagne en Asie comme produits haut de gamme, tandis qu'un grand discounter germanique ouvre de plus en plus de magasins en Chine. « Les légumes ne sont pas les plus vendus en Asie. Mais les fruits sont très appréciés dans la plupart des pays asiatiques. Ils sont souvent achetés comme cadeau et pas seulement comme nourriture. En fait, tout ce qui vient d'Europe suscite beaucoup d'intérêt, car la sécurité alimentaire est plus élevée que dans certains pays asiatiques. Un kilo d'oranges en provenance d'Europe se vend pour l'équivalent de 4,00 euros en Chine, alors qu'un kilo du même produit national se vend pour 0,20 euros. »

La nouvelle loi sur la chaîne d'approvisionnement apportera également de nouveaux défis, a-t-il ajouté, car les entreprises de logistique pourraient ne pas être en mesure de mettre en œuvre certaines choses. « Le marché asiatique est également intéressant pour le partage des connaissances, par exemple pour les entreprises de conditionnement, les entreprises de logistique frigorifique, etc. Il y a encore des marchés en Asie qui ont besoin de ces informations et de cette aide faute de transitaires pour le faire. »

Un marché asiatique en pleine croissance
« Les marchés asiatiques connaissent une croissance énorme. Que ce soit 2 % ou 8 %, cela ne change rien au final, car nous ne serions de toute façon pas en mesure de leur fournir les quantités nécessaires. Même une croissance de 2 %, avec 1,4 milliard de personnes, signifie que nous ne pourrions pas produire suffisamment. Nous devons nous diversifier en Allemagne et en Europe de manière à pouvoir produire et commercer dans un contexte mondial en respectant un budget CO2 adéquat. Nous devons nous positionner au niveau mondial d'une manière ou d'une autre. À l'inverse, le marché européen n'est pas forcément intéressant pour la plupart des fruits et légumes asiatiques sous leur forme fraîche, dans la mesure où ce marché n'est plus en croissance. »

« Même avant 2020, la quasi-totalité des échanges était optimisée. Mais dès qu'une erreur se produit, le système s'effondre, car nous ne travaillons qu'avec de faibles marges et en flux tendu. Dès qu'un rouage ne fonctionne pas, les choses se resserrent à certains endroits. » Par ailleurs, certaines chaînes avaient connu des baisses de ventes allant jusqu'à 30 % pour les fruits et légumes, ce qui a encore compliqué la situation.

« À part Elbe Obst, la plupart des entreprises allemandes qui ont une capacité d'exportation sont encore en sommeil profond. Les gens ne sont pas conscients qu'il existe un énorme marché en Asie - et que le marché allemand est de moins en moins intéressant. Il n'a plus d'espace, plus de marges et plus d'argent pour assurer une chaîne d'approvisionnement durable et intéressante. »

Coopération entre Sanllo et le Vietnam
« Je m'occupe entre autres de l'entreprise Sanllo, qui est également représentée en Malaisie, à Singapour, en Chine, au Canada et aux États-Unis. Je me suis rendu à cet effet dans le delta du Mékong, au Vietnam, où nous travaillons sur l'importation de pomelos à chair rose, de pitayas et de citrons verts. Nous essayons surtout d'organiser la coopération entre les producteurs vietnamiens et la succursale de Sanllo en Allemagne », explique Huesmann.

Toutefois, des problèmes subsistent actuellement en ce qui concerne la fiabilité des liaisons maritimes depuis le Vietnam. « Il est particulièrement important pour les détaillants alimentaires de pouvoir être approvisionnés régulièrement. En effet, il n'est pas intéressant de recevoir trois conteneurs cette semaine, puis aucun la semaine suivante. Il faut plutôt recevoir un conteneur chaque semaine ou la même quantité constante sur une certaine période. Mais cela n'est pas possible pour le moment », précise Huesmann.

Renforcer la confiance dans les produits
Ce qu'il faut commencer, en revanche, c'est faire mieux connaître le Vietnam en Allemagne, afin de pouvoir instaurer une certaine confiance. « Les certificats ne sont pas un problème en soi. Ce qui manque, c'est une confiance dans les produits vietnamiens. En Allemagne, quelques start-up se sont établies pour proposer des aliments traditionnels vietnamiens, ce qui permettra de mieux faire connaître ces produits dans ce pays. En outre, il serait bon d'impliquer des représentants des chambres de commerce pour faire connaître les pomelos, par exemple. Après tout, ces produits ont une longue durée de conservation et peuvent être gardés au frais pendant plusieurs mois. »

Le manque de connaissance du marché freine l'expansion
En bref, on peut affirmer que les certificats ne sont pas le problème, mais plutôt la question de savoir comment les marchandises peuvent être expédiées en Allemagne, quelle est la situation en matière de sécurité d'approvisionnement et d'amélioration des connaissances du marché local. « Les gens sont très ouverts, mais comme les producteurs se déplacent principalement dans leur propre pays, ils ne voient pas ce qui se passe à Rungis, par exemple, ou dans des chaînes comme Metro, EDEKA et autres. Il serait bon de les mettre en position de le faire. » Selon Huesmann, plus de 80 % des producteurs vietnamiens produisent soit pour le marché national, soit pour les pays voisins directs, soit pour la Chine. « Bien sûr, cela fait beaucoup de dépendance, ce qui aboutit à une certaine forme de cécité du marché. »

Singapour requiert 100 % d'importations
Singapour a un besoin d'importation à hauteur de 100 %, ce qui en fait bien sûr un marché intéressant. Il en va de même pour Hong Kong. « L'Inde a une population d'un peu moins de 1,4 milliard d'habitants, dont une grande partie est pauvre. Environ 300 millions sont, quant à eux, extrêmement riches. Ce sont eux qui, dans certains cas, paient 13 à 17 euros pour des fruits que nous ne payons que 3 à 4 euros chez nous. De plus en plus de personnes s'enrichissent chaque année. »

Avec l'augmentation des volumes et l'amélioration de la logistique, les prix devraient également baisser en conséquence, car une plus grande masse pourrait être produite et la logistique pourrait être gérée dans des conditions beaucoup plus favorables. « Sachant qu'au cours des deux prochaines décennies, environ deux tiers de la classe moyenne mondiale se trouveront en Asie, nous devons également être conscients que c'est là que les prix continueront d'être façonnés et que les achats seront déterminés », a déclaré Huesmann.

Pour plus d'informations :
Oliver Huesmann
FRUITCONSULTING ltd.
Repräsentanz Düsseldorf / Allemagne
Tél. : +49 (0)211 54691736
dus@fruitconsulting.eu
https://www.fruitconsulting.eu


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)