Simon Charmette, co-fondateur d’Atypique : « L’enjeu est de construire une mercuriale de produits déclassés »

Un grossiste pour les fruits et légumes déclassés

Faciliter la vie des producteurs tout en luttant contre le gaspillage alimentaire c’est l’idée d’Atypique, créée par Simon Charmette et Thibault Kibler il y a maintenant un an et demi. Hors calibre, défauts esthétiques, excédents de récolte… Les fruits et légumes hors normes ont désormais leurs débouchés chez les professionnels. « C’est parti d’un constat ! Celui de la difficulté de commercialiser des fruits et légumes hors calibres et notamment les pommes de terre et châtaignes que mes parents, agriculteurs, choisissaient de donner à leurs animaux pour ne pas gaspiller », explique Simon Charmette qui après une formation d’ingénieur et une expérience dans l’humanitaire souhaitait conjuguer entreprenariat et utilité.    


Thibault Kibler et Simon Charmette / © Atypique  

Commerce BtoB
Pour les deux co-fondateurs, l’enjeu est de constituer une mercuriale de produits hors normes, déformés ou tordus et donc « une expertise sur le déclassé pour savoir ce que veulent nos clients et quels produits sont les plus difficiles à écouler ».


Cerises présentant des défauts esthétiques et carottes de couleur gros calibres / © Atypique   

« Nous avons commencé il y a un an et demi en testant différents fonctionnements. Aujourd’hui nous fonctionnons comme un grossiste standard avec un entrepôt de stockage et des approvisionnements de différents producteurs à destination de la restauration collective et commerciale, des détaillants, GMS et magasins spécialisés ». Atypique ne commercialise que des produits origine France. « L’idée c’est d’inciter nos clients à passer sur des produits les plus locaux possibles et ainsi éviter la concurrence avec les produits importés. Les produits français sont souvent plus chers que les produits d’imports mais dans le cas des produits déclassés, les prix sont parfois plus bas ».

Convaincre les producteurs et sensibiliser les consommateurs
Une démarche pour faciliter la vie des producteurs confrontés à des produits qui ne répondent pas aux cahiers des charges. « En discutant avec les producteurs nous nous sommes rendus compte que beaucoup de produits déclassés n’étaient pas récoltés car invendables comme par exemple les concombres qui étaient laissés dans les serres. C’est un travail de longue haleine car il faut convaincre les producteurs de récolter. Les débouchés existent donc il faut que les producteurs sachent que nous pouvons valoriser leurs
produits. »



Les co-fondateurs avec un producteur / © Atypique 

Autre maillon indispensable dans la lutte contre le gaspillage alimentaire : le consommateur. « Au-delà de l’aspect commerce de gros classique, notre mission est aussi de sensibiliser les consommateurs sur le sujet des fruits et légumes hors normes. » Une sensibilisation qui passe par l’éducation. C’est donc dans cette optique que les deux co-fondateurs ont élaboré des visuels pour expliquer les raisons des fruits et légumes déclassés. « Une manière pour les consommateurs de prendre conscience et de mieux accepter ces produits ».

Pommes Gala de petit calibre / © Atypique  

« Un système qui s’auto alimente »
Alors que de plus en plus d’initiatives contre le gaspillage alimentaire ont fleuri ces dernières années, à l’instar de certaines campagnes mises en place en GMS, beaucoup d’entre-elles n’ont pas encore su réellement convaincre le consommateur. Côté producteur, certains choisissent de donner leurs invendus sans pouvoir rentabiliser leur récolte. La spécificité d’Atypique c’est donc d’avoir su créer « un système vertueux, qui s’autoalimente ». Un système qui soutient le producteur, participe à la lutte contre le gaspillage et permet de revendre à des prix compétitifs. 


Courgettes présentant des défauts esthétiques / © Atypique  

Atypique compte aujourd’hui une cinquantaine de références et collabore avec pas moins d’une cinquantaine de producteurs. Mais la société basée en Auvergne-Rhône-Alpes ne compte pas s’arrêter là puisqu’elle prévoit prochainement l’ouverture d’un entrepôt à Rungis, et à terme entre 4 et 6 entrepôts dans toutes les métropoles françaises.

Pour plus d’informations :
Simon Charmette
Atypique
254 rue Vendôme
69003 Lyon
contact@atypique.eco 
atypique.eco


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)