Restrictions concernant la culture en serre des mûres, des framboises et des groseilles

La culture couverte prolonge la saison des fruits rouges

Les superficies de myrtilles, de mûres, de framboises et de fraises en plein champ augmentent depuis des années. Pour pouvoir offrir un approvisionnement local tout au long de l'année, les fraises, en particulier, sont de plus en plus souvent cultivées sous serre. Aux Pays-Bas, cela concernait plus de 444 hectares en 2021, et en Belgique, 610 hectares en 2020. Entre-temps, la culture sous serre d'autres petits fruits comme les mûres, les groseilles et les framboises a également commencé. La culture sous serre d'autres fruits rouges offre-t-elle autant de potentiel que celle des fraises ?

BFV : priorité à l'aplanissement des pics du marché des baies
Diether Everaerts, de la Belgische Fruit Veiling (BFV), constate également la demande et la consommation croissantes de fruits rouges. « La consommation de ces produits est toujours excellente ». Il estime néanmoins qu'il y a parfois une certaine surabondance de l'offre. Diether fait remarquer qu'en 2021, les fruits rouges ont peu rapporté, ce qui l'amène à se demander si le marché des petits fruits ne serait pas trop plein pendant les périodes de pointe. Il cite en exemple les mûres, que BFV a parfois du mal à vendre. « En période de pointe - la plupart des variétés de fruits rouges ont deux pics de récolte avec une période calme entre les deux - nous avons du mal à vendre des mûres. »

« Chaque année, lorsqu'il y en a de grandes quantités, les prix s'effondrent pour atteindre environ 0,25 à 0,30 € par conteneur. » Une solution possible pourrait être de détourner une partie des mûres vers l'industrie, en les maintenant hors du commerce, ce qui réduirait l'offre. « Nous pourrions le faire. Mais nous devons être honnêtes sur le fait que la production de mûres est excédentaire par moments. Si vous souhaitez cultiver en dehors de ces périodes de pointe, pour obtenir de meilleurs prix, vous n'avez en fait pas d'autre choix que de recourir à la culture sous serre. »

Répartir le risque
Pourquoi la culture sous serre de fruits rouges, à l'exception des fraises, qui ne connaissent pas de tels pics de vente, n'a-t-elle pas encore décollé ? Les coûts sont l'une des raisons. « Notre coopérative ne compte actuellement aucun producteur qui peut ou veut franchir le pas. Il s'agit bien sûr d'un investissement énorme », explique Diether. Même dans le cas des groseilles, qui, avec des ventes annuelles de près de 280 tonnes, est un produit majeur pour BFV, aucune culture sous serre n'est pratiquée. « Par contre, il y a beaucoup de culture sous tunnel. Chaque année, nous stockons 120 à 140 tonnes de groseilles dans des cellules à très faible teneur en oxygène (ULO). »

« Nous pouvons, ainsi, prolonger la saison bien au-delà de la période de cueillette. » La coopérative perçoit plus d'opportunités dans la répartition du risque, en aplanissant les pics de marché, que dans la culture sous serre. « Avec un produit bien étalé sur plusieurs mois, les prix des producteurs sont garantis. » Une telle démarche est possible. Vous pouvez vendre certains fruits rouges aux enchères et d'autres par le biais d'un système de regroupement. « Cela fonctionne très bien ; car nous avons des accords de prix fixes qui offrent aux producteurs une certaine certitude. Ces accords nous permettent de réduire fortement la période de pointe, si bien qu'il n'y a pas de pression sur les prix aux enchères. »

Coûts énergétiques
Une autre raison de ne pas cultiver les fruits rouges sous serre, dit Diether, est la hausse des coûts énergétiques. « Les coûts de chauffage ont explosé l'année dernière, et cela deviendra encore plus problématique. Pendant la culture automnale des fraises sous serre - de septembre à décembre 2021 - tout le monde n'a pas chauffé autant qu'il le fallait. » Selon lui, d'autres coopératives l'ont également remarqué, car cela a affecté la qualité et la couleur des fraises. « Par conséquent, leur stockage et leur durée de conservation sont également beaucoup plus courts, entraînant des problèmes. Si vous ne chauffez pas régulièrement les serres, les fruits se colorent moins bien et perdent en qualité. »

Au passage, les fraises sont les seuls petits fruits que les membres de BFV cultivent sous serre. Comme les ventes de ces fruits rouges sont plus étalées, il est plus rentable d'investir dans la culture sous serre. Selon Diether, avec les 500 tonnes de fraises de serre vendues par la coopérative, l'accent est mis sur le début de la saison et plus tard, de septembre à décembre. « Vous pouvez construire une serre pour cette période, contrairement à d'autres fruits rouges avec leurs pics de vente. On peut commercialiser les fraises de serre jusqu'au début de la saison des tunnels, ce qui rend ce produit intéressant. Et vous avez rarement une offre excédentaire. Le nombre de serres de BFV contribue également à une offre modérée », conclut Diether.

BelOrta : « De plus en plus de fruits rouges sont cultivés sous abri »
« Nous voulons être en phase avec les consommateurs le plus rapidement et le plus longtemps possible », déclare Miguel Demaeght, directeur commercial fruits chez BelOrta, à propos de la culture sous serre des petits fruits. Pour lui, il existe des similitudes avec les fraises au niveau des framboises, des mûres, des groseilles et des groseilles à maquereau. « Grâce à la culture sous serre, nous pouvons ouvrir la saison des fraises belges le 9 mars, et les autres systèmes de culture s'y raccordent sans problème. Ce rôle est réservé à la culture sous serre pour tous les autres types de fruits mous également. Et nous clôturerons la saison avec des fraises, des framboises et des mûres cultivées en serre. » Miguel note que, de manière générale, la culture de fruits mous sous abri - et non spécifiquement sous verre - est en hausse.

« Une certaine forme de protection des cultures assure la certitude de la récolte et garantit un revenu. » La culture des fruits mous s'est professionnalisée au cours des 20 dernières années, passant parfois d'une activité secondaire à une activité professionnelle à plein temps. « Nos producteurs ne veulent plus prendre le risque d'exposer pleinement leurs produits à l'inconstance de Mère Nature. »

Aujourd'hui, presque tous les fruits rouges commercialisés par BelOrta ont un « toit » au-dessus de leur tête. « Ce « toit » peut être du verre, du plastique entièrement scellé ou des auvents de pluie. En plus des myrtilles, nous avons une petite surface de groseilles et de groseilles à maquereau en plein champ. Cette protection est de plus en plus présente, surtout pour les groseilles, les framboises et les mûres. »

Conditions du marché
Ce « toit » pour les fruits rouge, qui n'est pas souvent pas en verre, Miguel le justifie par les conditions de marché assez restreintes. « La demande de fruits rouge cultivés en serre est relativement forte. Les fournisseurs d'outre-mer et les cultures belges sous serre sont très souvent présents simultanément sur le marché. Cela détermine aussi en partie les opportunités de marché et la faisabilité de certains systèmes de culture. Les fournisseurs d'outre-mer font de leur mieux pour étendre de plus en plus leur présence. »

« Heureusement, nous avons réussi à persuader pas mal de clients belges de passer le plus rapidement possible aux fruits rouges locaux. La fraîcheur, la qualité, la saveur et la culture locale et durable jouent toutes un rôle important à cet égard. Cela restera le cas, mais la demande de fruits rouges issus de la culture sous serre ne sera pas soudainement tellement forte que cette superficie doive s'étendre considérablement. »

Une demande en hausse
Miguel voit néanmoins des opportunités dans les fruits à rouges tous qu'elle atteindra un plafond à un moment donné. » Il souligne que le marché de la fraise n'a pas connu de croissance depuis plusieurs années. « Au cours des 15 dernières années, les Belges ont chacun mangé environ 1,7 kilo de fraises fraîches par an. » En revanche, la demande en myrtilles, framboises, mûres, groseilles et groseilles à maquereau est toujours en hausse. À ce propos, Miguel mentionne la hausse des coûts qui rend les conditions plus difficiles.

« L'évolution est si rapide et si précaire ; personne ne sait où elle s'arrêtera. » Il affirme que les coûts de production et d'emballage ont eux aussi augmenté de manière significative ces dernières années, surtout ces derniers temps. « Notre produit devient plus cher, mais pouvons-nous le vendre plus cher ? Et nos clients seront-ils prêts à payer ce prix plus élevé ? Les 100 euros que les gens doivent dépenser cette année valent moins que les mêmes 100 euros de l'année dernière. Tout le monde doit faire des compromis. Nous devrions donc assister cette année à un changement assez imprévisible. »

Une question d'équilibre
Néanmoins, BelOrta a pour objectif de maintenir et d'augmenter la consommation de fruits rouges en croissance. Cela implique d'étudier de nouvelles variétés et de mener des campagnes de marketing mettant en avant à la fois la sensibilisation du public sur l'origine locale et les possibilités culinaires du fruit. « Lors du choix des variétés, l'objectif est de prolonger la saison belge, autant que possible. Nous sélectionnons également les variétés en fonction de leur saveur et de leur durée de conservation. Ces dernières années, nous avons également fait d'énormes progrès en matière d'emballages durables et repérables », explique Miguel. Pour cela, BelOrta se concentre fortement sur son marché local. « Si vous n'arrivez pas à marquer des points chez vous, comment allez-vous exceller sur votre marché d'exportation ? »

Outre ce marché intérieur, les exportations jouent toujours un rôle important ; BelOrta exporte environ 50 % de ses fraises, mûres et framboises vers les pays européens environnants. Entre 30 et 40 % de leurs groseilles rouges sont exportées hors de Belgique. « Évidemment, exporter est une bonne chose, mais il faut alors s'occuper de toute une série de problèmes. Nous avons une excellente réputation en termes de saveur, de qualité et de méthodes de production durables, mais on perd l'avantage de la production locale. Et en raison du transport, des coûts supplémentaires s'ajoutent. Nous devons garder un œil sur tout cela ; c'est un exercice d'équilibre », conclut Miguel.

Berrybrothers : « La culture sous serre vaut largement le coup au printemps et à l'automne »
« En tant qu'entreprise, vous essayez toujours de trouver un espace sur le marché », déclare Nijs van Zuilen, responsable du commerce chez Berrybrothers. Cette entreprise néerlandaise cultive, conditionne et vend des fruits rouges. Nijs considère que cet espace se trouve, entre autres, dans la culture de fruits mous sous serre. Il explique que l'objectif de Berrybrothers est de commencer la saison de culture sous serre le plus tôt possible et de la poursuivre le plus longtemps possible. Initialement prévu pour répondre au défi d'ajouter un travail saisonnier, le marché - qui aime acheter des fruits rouges cultivés localement toute l'année - a depuis adopté ce type de culture. « Les contrats saisonniers à court terme étaient très courants, mais cela a changé en raison de la législation, des problèmes de logement, du recrutement et de la sélection. En tant qu'entreprise, vous voulez pouvoir offrir à votre personnel un travail à plus long terme. »

Des groseilles toute l'année
Les groseilles rouges sont l'un des produits phares cultivés sous serre par Berrybrothers. « Certains de nos clients nous les achètent toute l’année. C'est intéressant pour nous, du point de vue de la main-d'œuvre. » Nijs indique que les premières de ces baies de serre sont cueillies dans la première semaine de mai, la récolte des cultures sous tunnel commençant à peu près début juin. Les fruits cultivés sous les abris anti-pluie suivent. « En août, nous avons un gros pic de récolte, dont nous stockons une partie dans des cellules ULO jusqu'à début avril. » En avril, ils viennent compléter cet approvisionnement en groseilles avec des importations du Chili.

Selon Nijs, il est intéressant mais coûteux de cultiver des groseilles sous verre. « Vous forcez la plante à pousser, ce qui fait perdre du poids. C'est un produit cher avec un petit marché. Mais il est vital pour nous de répondre à cette demande tout au long de l'année. » Le producteur de baies expérimente la culture de groseilles rouges en conteneurs. Ensuite, lorsque la culture en serre, qui ne dure que cinq semaines, est terminée, les groseilliers peuvent être déplacés à l'extérieur, et la serre peut être utilisée pour une culture automnale de framboises ou de mûres. « Une serre peut alors fournir deux récoltes par an, ce qui est bien meilleur, en termes de rendement. »

Des produits néerlandais offerts le plus longtemps possible
L'accent mis sur les framboises et les mûres n'est pas le fruit du hasard. La demande de framboises et de mûres néerlandaises cultivées en serre grimpe. « Nos acheteurs veulent des produits locaux aussi longtemps que possible. La culture sous serre vaut vraiment la peine au printemps et à l'automne. » C'est pourquoi Berrybrothers commence cette année la culture automnale de framboises sous serre, parallèlement à la culture de printemps. Ce producteur de fruits rouges ne craint pas que les coûts de culture élevés viennent contrecarrer ces projets. « Nous fournissons des primeurs haut de gamme, l'industrie hôtelière et les marchés de gros. »

« Il y a généralement un peu plus de marge de manœuvre pour les prix. Nous avons un produit de bonne qualité, et les clients sont souvent prêts à payer pour cela. » Il y a toujours beaucoup d'intérêt pour les produits locaux, savoureux et de qualité, dit Nijs. Mais il souligne également qu'il peut être plus économique d'importer plutôt que de cultiver des fruits rouges localement. Mais un tel degré de dépendance n'est pas sans inconvénients - avec moins de contrôle sur le produit, la qualité et le prix. « La culture locale offre ces avantages. Cultiver là où le marché est, évidemment, le plus efficace. »

Prix de revient
Berrybrothers se concentre sur la récolte des fruits rouges de serre à partir du mois de mai, lorsque les jours commencent à rallonger, que les températures commencent à augmenter et que moins d'énergie est nécessaire qu'au début de la saison. « Cela signifie que nous devons moins chauffer, ce qui prend moins de place dans le prix de revient. » Néanmoins, les coûts élevés ont un impact. « Cela affecte le prix de revient, c'est sûr. Nous devons le répercuter sur nos clients. » Les coûts élevés sont la raison pour laquelle Berrybrothers ne considère pas utile de faire de la culture en serre de décembre à avril.

« Avec peu de lumière naturelle et des températures extérieures basses, cela coûterait trop cher, en gaz et en énergie. Les pays du sud de l'Europe peuvent le faire à moindre coût. » Nijs note que même dans ce cas, il n'est pas nécessaire de cultiver toutes les fruits rouges en serre. Les myrtilles, par exemple, n'ont pas besoin d'être cultivées sous verre. « Vous pouvez les cultiver n'importe où, Elles sont toujours disponibles. De belles myrtilles qui coûtent toutes le même prix, voire moins, viennent du monde entier. Il n'y a donc pas de place sur le marché pour avancer la saison des myrtilles néerlandaises en cultivant ces baies en serre », conclut M. Nijs.

 

Pour plus d'informations :
BFV De Belgische Fruitveiling
info@bfv.be
www.bfv.be

 

BelOrta
info@belorta.be
www.belorta.be

 

Berrybrothers
info@berrybrothers.nl
www.berrybrothers.nl


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)