Hans Lehar, directeur général de l'OGA et de l'OGV Nordbaden eG Bruchsal

Un bouleversement massif attendu dans la production de fraises et d'asperges

Obst- und Gemüse-Absatzgenossenschaft Nordbaden eG (OGA) et son organisation de vente affiliée OGV à Bruchsal et Heidelberg proposent, sur une surface totale de 60 000 m², une large gamme de fruits et légumes commercialisés dans toute l'Allemagne et dans les pays voisins. Les produits phares de l'entreprise sont les asperges, les fraises et les fruits rouges, le maïs doux, les prunes ainsi que les damassons. Lors d'une visite des halls de l'entreprise, FreshPlaza s'est entretenu avec le directeur général Hans Lehar à propos du développement de ces segments de produits, dont 70 à 80 % sont vendus aux détaillants alimentaires.


Hans Lehar dans les locaux de l'OGA/OGV à Bruchsal

Un développement réussi dans le domaine des fruits rouges
Les asperges et le maïs doux sont les produits les plus vendus de l'entreprise. Mais le secteur des fruits rouges a également connu un développement réjouissant ces dernières années. « La saison des fraises est déjà terminée pour nous. En ce qui concerne les groseilles, les mûres, les framboises, les groseilles à maquereau et les myrtilles, la saison est toujours en cours. L'ensemble de la gamme de fruits rouges a connu un développement très important ces dernières années. Pour de nombreux clients, nous commercialisons les baies par le biais de détaillants alimentaires sous marque de distributeur. Cette année, en raison du temps sec, les qualités sont très bonnes et stables dans presque toutes les cultures. Les bons volumes de récolte dans toute l'Allemagne ont exercé une pression correspondante sur les prix », déclare M. Lehar.

Pour tous les produits, il n'y a pas eu de hausse des prix par rapport à l'année dernière, a précisé M. Lehar. « Dans le cas des framboises, nous sommes particulièrement confrontés aux marchandises des concurrents d'Espagne, du Portugal et du Maroc. En raison des coûts de production beaucoup plus bas dans ces pays, les exploitations allemandes ne peuvent pas suivre leurs prix. » Il est extrêmement déplorable que, dans de nombreux domaines, les produits allemands doivent être commercialisés au même prix que les produits étrangers.

Une part biologique de 8 à 10 %
« La culture des fraises et des asperges continuera à exister en Allemagne. Mais en raison des conditions générales de plus en plus difficiles, on assistera à une nouvelle baisse de la production. Le nombre d'exploitations agricoles va également diminuer », soupçonne M. Lehar. L'entreprise produit des myrtilles, principalement de la variété Duke, via des exploitations en Basse-Saxe et une autre à Heidelberg. Il existe également de bonnes connexions avec des exploitations d'Europe de l'Est pratiquant la culture conventionnelle et biologique.

« Notre part de produits biologiques est maintenant de 8 à 10 %. Ces dernières années, la tendance a connu un essor, mais ce segment stagne actuellement car la guerre en Ukraine a laissé des traces sur les produits biologiques. Les consommateurs économisent sur les denrées alimentaires et les fruits et légumes ne sont manifestement pas devenus des moteurs de prix. Certains clients n'achètent pas de fraises biologiques, par exemple, parce que les démarques en magasin étaient trop élevées par le passé. Cette réalité contraste fortement avec la volonté politique d'une expansion massive de la production biologique en Allemagne. »

Les asperges représentent 50 % des ventes totales
Les asperges représentent environ 50 % des ventes totales de l'OGA/OGV en saison. Selon M. Lehar, « Le temps était optimal pour la croissance. C'est pourquoi il y avait beaucoup de produits dans tout le pays, qui ont malheureusement rencontré une demande anormalement faible. Après la chute brutale des prix, de nombreuses exploitations agricoles dans le pays ont rapidement retiré 30 à 50 % de leurs terres de la production. C'est un phénomène unique que je n'avais jamais vu auparavant sous cette forme ».

Les acheteurs ont toujours été les marchés de gros et les détaillants spécialisés. Le secteur de la restauration est également revenu en tant qu'acheteur de produits épluchés cette année. « Mais la majorité est commercialisée par les détaillants alimentaires. Au début de la saison, le prix était très élevé et en peu de temps il a fortement baissé - ce n'est pas inhabituel. Le principal problème était tout simplement la réticence des consommateurs à acheter, qui s'est également fait sentir dans la commercialisation directe », explique M. Lehar, avec le recul.

La saison des asperges s'est terminée prématurément dans de nombreux endroits
En termes de volume, l'asperge blanche a été plus touchée que l'asperge verte, mais la situation n'était satisfaisante pour aucun des deux produits. Les canaux de vente alternatifs, comme l'industrie de la transformation, n'ont pas posé de problème. L'industrie des conserves et le secteur des aliments surgelés sont principalement approvisionnés par des produits à bas prix provenant de Chine, de Taïwan et du Pérou. « Pour les asperges allemandes, le produit frais est et restera le canal de vente le plus important - via les détaillants alimentaires, le commerce spécialisé, le marketing direct et le secteur de la restauration ». 

« Tout le monde sait qu'il y a une offre excédentaire d'asperges depuis des années. Malgré cela, trop peu de choses ont changé dans la production. Je pense qu'après cette année, la production d'asperges en Allemagne connaîtra un sérieux bouleversement à l'échelle nationale. Cela signifie que les exploitants réduiront massivement leur production ou l'abandonneront complètement. La pression sur les coûts des exploitations est si forte, en raison de l'augmentation considérable des coûts dans tous les domaines, que seule une augmentation correspondante des revenus peut arrêter ce processus. Et malheureusement, je ne vois pas cette évolution pour l'instant. Jusqu'à 50 % de nos fraises sont désormais cultivées sous tunnel. Il n'y a plus beaucoup de grandes exploitations en plein air. Elles essaient d'être sur le marché le plus tôt possible et de pouvoir livrer le plus tard possible - tant que la situation des prix et de la demande le permet. »

Une saison de maïs doux difficile en raison de la sécheresse
Le deuxième produit le plus important de l'entreprise est le maïs doux. Cette année, la sécheresse a un impact massif sur l'activité d'importation et aussi sur la production allemande. « Normalement, nous commercialisons le maïs doux jusqu'à la fin du mois d'octobre. Si l'eau continue à manquer, nous pouvons nous attendre à une récolte précoce ici aussi ». 

Dans la deuxième partie de l'entretien, qui paraîtra dans les prochains jours, Hans Lehar évoque, entre autres, les importations de prunes d'Europe de l'Est et les activités en matière de protection du climat et l'orientation durable de l'entreprise. 

Pour plus d'informations :
Hans Lehar
OGA / OGV Nordbaden eG
Industriestr. 1-3
D-76646 Bruchsal
Tél. : +49 7251 8002-0
Fax : +49 7251 8002-99
mail@oga-bruchsal.de  
http://www.oga-bruchsal.de 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)