Nigel Clare - Peloton Produce

« Un jour, on laboure dans la poussière et le lendemain, les plantes sont immergées dans l'eau »

Le Royaume-Uni a connu l'été le plus sec depuis 1911, entraînant bien sûr des conséquences sur les produits frais. Les répercussions se feront sentir jusqu'en 2023.

« La saison a été difficile jusqu'à présent », a déclaré Nigel Clare, directeur de Peloton Produce. « Nous plantons nos cultures de brassicacées pour le printemps prochain et les conditions actuelles vont certainement affecter notre qualité ainsi que nos rendements. »

Peloton Produce est basé dans le Lincolnshire avec 2000 acres. Ils cultivent également des brassicas en Cornouailles et en Espagne. Ses principaux marchés sont les détaillants et les services alimentaires.

« Les cultures de brassicacées semblaient correctes début juillet, mais elles ont vraiment souffert de la chaleur extrême des deux dernières semaines du mois de juillet, avec des températures atteignant 40,3 degrés. Nous sortons tout juste du pire de cette période. »

La pluie est tombée, mais en trop grande quantité et trop rapidement - 180 mm en six heures.

« Un jour, nous labourions dans la poussière pour essayer de faire pénétrer l'humidité dans le sol et le lendemain, les plantes étaient immergées dans l'eau. »

La culture qui est maintenant plantée pour avril et mai de l'année prochaine se fait dans des conditions très sèches ou très tardives.

« Normalement, nous aurions dû finir de planter il y a 10-15 jours. Les conditions de plantation auront un effet sur les rendements ainsi que sur la qualité. Les plantes n'ont ni hauteur ni charpente. Elles risquent de ne pas survivre à un hiver rigoureux. Mais on ne sait jamais, peut-être aurons-nous un hiver doux et que tout ira bien. »

Nigel a précisé que les producteurs auront une meilleure idée du déroulement de la saison lorsqu'elle sera terminée, mais que les rendements de juin et juillet ont baissé de 35 % et la qualité d'environ 50 %. Si l'on ajoute à cela la forte hausse des coûts, le prix de revient au kilo augmente fortement.

« Personne n'a eu un bon mois de juin ou de juillet. La situation est préoccupante pour l'avenir, certains producteurs se sont déjà retirés en raison du manque de certitude quant à la rentabilité des cultures. Ces dernières années, nous avons connu la pandémie, le Brexit et maintenant les températures extrêmes. Il faudra que les détaillants augmentent leurs prix pour couvrir l'augmentation de nos coûts. »

Nigel a déclaré qu'ils envisagent d'investir dans plus d'irrigation, en ciblant les zones de production et de plantation de juin et juillet.

« Nous voudrions avoir 10 % de notre superficie sous irrigation. Il est difficile pour les producteurs d'investir en ces temps où les rendements sont faibles, mais nous devons le faire pour la production future. Nous étudions également les technologies permettant de réduire les besoins en main-d'œuvre. »

Tout n'a pas été négatif, car Peloton a eu certaines variétés de brocolis et de choux-fleurs qui ont bien résisté. Les températures diurnes élevées ont entraîné des températures nocturnes plus basses, provoquant une forte rosée qui a gardé les plantes en vie. En outre, il n'y a pas eu d'offre excédentaire cette année, alors que normalement le marché est très chargé, ce qui entraîne un nivellement par le bas.

Pour plus d'informations :
Nigel Clare
Peloton Produce
nigel@pelotonproduce.co.uk


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)