Marché mondial : la banane

Sur le marché mondial, l'offre de bananes n'est pas particulièrement abondante. Dans la plupart des régions, les volumes sont plutôt faibles, alors que la demande reste élevée. L'Afrique du Sud semble être le seul territoire où les quantités disponibles sont largement satisfaisantes. Les exportations de l'Équateur ont diminué d'environ 8 %, tandis que l'éruption du volcan de La Palma a entraîné une baisse de la production en Espagne. La baisse des volumes mondiaux entraîne une augmentation des prix dans le monde entier.

Allemagne : baisse de la demande, prix élevés
La chaleur persistante ainsi que les vacances d'été ont entraîné un intérêt mitigé dans certaines régions. Afin d'éviter les surcharges, les négociants ont accordé quelques rabais. À Hambourg, la demande s'est améliorée, mais l'offre trop importante a empêché les hausses de prix. Dans l'ouest de l'Allemagne, les prix des marques tierces en provenance de Colombie ont augmenté, ainsi que ceux des marques secondaires à Francfort. Sur le marché de gros de Munich, les prix des bananes ont globalement augmenté là aussi. Dans l'ensemble, les prix de gros sont nettement supérieurs au niveau de prix de l'année dernière.

Les négociants en bananes ont été durement touchés au cours du 2e trimestre 2022, en raison de la crise ukrainienne accompagnée d'augmentations de coûts et de frais de transport. « En particulier lors du changement de saison, on observe parfois une pénurie de l'offre et une baisse de la qualité en Équateur. La République dominicaine est une alternative logique, tandis que le Panama et le Costa Rica pourraient également être considérés. La Colombie s'impose de manière de plus en plus concise comme une alternative dans le secteur conventionnel », déclare un importateur.

Pays-Bas : un marché spot de la banane étonnamment élevé pour la période estivale
Alors que le marché de la banane connaît traditionnellement un creux pendant les mois d'été, il demeure remarquablement bon cette année. « Cela fait des années que nous n'avons pas connu les prix que nous observons pour les bananes vertes », déclare un expert néerlandais en bananes. « Les conditions de culture en Équateur ne sont pas bonnes en ce moment. La température moyenne de 22 degrés est trop basse pour la culture de la banane. Cela garantit une offre inférieure de 25 % à celle à laquelle nous sommes habitués sur ce marché spot en amélioration. »

« Auparavant, l'Équateur a toujours réalisé beaucoup de ventes en Europe de l'Est, notamment en Russie et en Ukraine. A cause de la guerre, ces ventes ont largement disparu. Au printemps, on a pu constater que le marché spot se situait à un niveau nettement inférieur, mais la situation a changé. Elle s'est maintenant complètement inversée en raison de la baisse de la production", explique le spécialiste des bananes. Le prix des bananes dans la plupart des supermarchés néerlandais a « discrètement » augmenté cette année d'environ dix cents par kilo. « Parallèlement, les bananes restent un article relativement bon marché dans les rayons. En ces temps d'inflation, la banane est l'un des achats de base du consommateur. En raison du temps extrêmement sec, les autres types de fruits sont à la hausse, ce qui profite souvent aux ventes de bananes. »

Italie : baisse des quantités et hausse des prix
Le marché de la banane ne sera pas facile dans les semaines à venir. Un important négociant basé dans le nord de l'Italie explique que moins de bananes sont acheminées de l'Équateur en raison de problèmes sur place. De même, les quantités en provenance de Colombie sont en baisse, en raison du climat. De nombreuses personnes se tournent donc vers le Costa Rica : là, les prix ont augmenté. Si l'on ajoute à cela les frais de transport et le fait que le dollar se redresse fortement par rapport à l'euro, il est clair que les prix généraux vont encore augmenter. En outre, les coûts de maturation augmentent en raison de la hausse des coûts énergétiques. Au niveau du commerce de gros, un carton de bananes devra coûter 20 euros pour couvrir toutes les dépenses.

« Le secteur doit mieux comprendre l'inflation et son impact sur la production ainsi que sur la logistique des bananes, afin de déterminer comment fonctionner durablement à l'avenir. » Tel est le commentaire d'une multinationale bananière bien connue. « Des facteurs externes tels que les coûts du carburant, du papier, des engrais, des taux de change et des coûts logistiques, ainsi que les perturbations dues à la guerre et aux mauvaises conditions météorologiques occasionnent des contraintes d'approvisionnement. Au cours des prochains mois, nous assisterons à une baisse de la disponibilité des bananes, alors que la demande des consommateurs devrait rester constante. Une tendance similaire peut également être observée en Italie. La demande des consommateurs en bananes a très légèrement augmenté. »

États-Unis : baisse de l'offre, forte demande
L'offre de bananes est plus faible que d'habitude, en grande partie à cause des frais d'expédition élevés. Actuellement, les bananes proviennent en partie du Honduras et du Guatemala. Le Mexique fournit également des bananes, mais celles-ci restent principalement dans le centre des États-Unis, voire au Canada, tandis que la Colombie expédie également des bananes. Les bananes biologiques proviennent essentiellement du Pérou, de la Colombie et, de plus en plus, de l'Équateur. Une forte demande accompagne ce resserrement de l'offre, ce qui signifie que les prix sont plus élevés que d'habitude. Toutefois, le prix des bananes commence à faire pression à la baisse.

France : une bonne dynamique ne suffit pas à inverser la tendance à la baisse
L'offre sur le marché européen reste en net recul au premier semestre 2022, de 2 % par rapport à 2021. La bonne dynamique de mai (+ 3,1 %) et juin (+ 1,3 %) n'a pas suffi à inverser la tendance à la baisse du début d'année. Quant à la banane européenne (Antilles + Canaries), elle est en recul, affectée par l'éruption du volcan de La Palma aux Canaries. Pour la banane Guadeloupe & Martinique, les volumes sont en légère hausse, au-dessus des moyennes des deux dernières années. Dans ce contexte d'offre modérée, le marché a été équilibré et fluide tout au long de la période estivale, avec une bonne progression pour la banane Guadeloupe & Martinique. Quant aux prix, s'ils sont relativement soutenus compte tenu de l'offre limitée, ils ne compensent pas l'augmentation des coûts de production pour les producteurs.

Afrique du Sud : l'augmentation des volumes entraîne la baisse des prix
Les volumes de bananes sur le marché sont trois fois plus importants que l'année dernière, ce qui entraîne une baisse des prix de 24 % par rapport à la même période l'année dernière. De nouvelles plantations de bananes en Afrique du Sud (Komatipoort), dans le sud du Mozambique ainsi qu'au Zimbabwe ont commencé à porter leurs fruits, portant l'offre à un niveau très élevé. Selon un négociant, la qualité est meilleure que l'année dernière et les conditions de culture ont été très bonnes. Le prix de la banane est en moyenne de R5,51 (32 centimes d'euro) par kg, et de R6,79 (40 centimes d'euro) pour les fruits de classe 1, une boîte de 18 kg de bananes se négociant à R130 (7,68 euros) sur une plateforme en ligne.

Espagne : l'éruption volcanique à La Palma provoque une hausse des prix
La différence de prix entre la banane canarienne et la banane importée est énorme en ce moment. Sur le marché de gros de Mercabarna, à Barcelone, alors que les bananes sont payées en moyenne 0,80 euros par kilo, les bananes des îles Canaries atteignent en moyenne 2,80 euros par kilo. Selon un mûrisseur et négociant, la raison pour laquelle les bananes espagnoles ont de tels prix n'est pas seulement l'inflation et la guerre en Ukraine, qui ont une influence sur l'augmentation des coûts, mais c'est surtout à cause des effets du volcan de La Palma. En plus des plantations détruites par la lave elle-même, les cendres, qui se sont empilées sur plus de 3 mètres de haut, ont dévasté la production du sud-ouest de l'île, qui représente la plus grande production de bananes de haute qualité des îles Canaries.

Par conséquent, de fin septembre à fin 2021, les bananes de bonne qualité étaient rares sur le marché. Ceux qui s'approvisionnaient à Tenerife ou à Las Palmas de Gran Canaria avaient un bon produit et s'en sortaient très bien. Cependant, à partir de la fin avril et du début mai, la production de Tenerife et de Las Palmas a chuté. Alors que La Palma devait vraiment avoir sa pleine production, ses volumes ont été réduits d'environ 35 à 40 % jusqu'à présent. Pour se faire une idée de cette situation, alors qu'au cours de la semaine 26 de 2021, 5 200 tonnes de bananes sont arrivées sur la péninsule, au cours de la semaine 21 de cette année, 3 979 tonnes sont arrivées. En conséquence de tout cela, le prix de la banane canarienne a plus que doublé tout au long de l'année.

Avec des prix aussi élevés pour la banane canarienne, la demande a été régulée. Certains consommateurs n'ont pas trouvé ce produit dans certains circuits de vente et beaucoup d'autres ont préféré les bananes importées en raison de leur différence de prix considérable. C'est à Barcelone que l'on a vendu le plus de bananes canariennes par rapport aux autres villes espagnoles, soit en raison d'un pouvoir d'achat plus élevé général, soit parce que les consommateurs sont prêts à payer la différence de prix pour des raisons de qualité. D'autre part, les grands importateurs ont réduit leurs achats de bananes en raison des frais de transport élevés. Dans une certaine mesure, ils ont réussi à augmenter un peu les prix, car la banane a été l'un des produits les moins chers du marché cette année.

Équateur : les exportations de bananes chutent de 8,04 % au premier semestre de l'année
Les exportations de bananes de l'Équateur ont enregistré une contraction de 8,04 % au premier semestre 2022 par rapport à la même période en 2021, s'établissant à 180,29 millions de boîtes. Selon l'Association de commercialisation et d'exportation de la banane (Acorbanec), la réduction des exportations repose sur différents aspects. Des facteurs circonstanciels tels que l'augmentation du prix des engrais et leur faible disponibilité ou liés aux matières actives et aux LMR dans l'Union européenne, de même que des facteurs climatiques, qui ont affecté une production inférieure laquelle, selon l'Acorbanec dans sa dernière analyse des exportations, ne devrait pas s'améliorer pour le troisième trimestre.

Le manque de conteneurs et d'espaces d'expédition durant les mois de janvier, février et mars, dû à la congestion des ports principaux (surtout en Chine), a entraîné de nouvelles augmentations des frets d'expédition, affectant particulièrement le placement des fruits spot. À tout cela s'est ajoutée la guerre de la Russie en Ukraine, qui dure maintenant depuis 6 mois sans, malheureusement, qu'une fin soit en vue à court terme.

Les sanctions contre la Russie ont causé des problèmes économiques majeurs pour le pays, où le rouble a subi une importante dévaluation. Les importateurs russes, en raison de la crise économique dans laquelle était plongée l'économie du pays, ont demandé aux exportateurs équatoriens de réduire les prix des boîtes de bananes, ainsi que de réduire les achats hebdomadaires ; certains ont même annulé les contrats signés avec certains exportateurs, passant même de contrats à des achats au comptant.

En janvier et février, une moyenne de 8,1 millions de boîtes par mois ont été exportées vers la Russie, qui « étaient pour la plupart sous contrat », souligne Acorbanec dans son rapport. Après le début du conflit, les expéditions vers le marché russe ont enregistré une baisse notable estimée à 31,54 % en mars. En avril, par rapport aux exportations du même mois de l'année précédente, cette réduction est passée à -6,82 %, et en mai, la différence par rapport au même mois de 2021 a été réduite à seulement -0,28 %.

En juin, enfin, la reprise des exportations vers cette destination importante pour la banane équatorienne s'est confirmée, lorsque malgré tous les défis auxquels le secteur faisait face -et continue de faire face- sur ce marché, il a augmenté ses placements de 13,39 % par rapport à juin 2021.

Australie : un rendement plus faible pousse finalement le prix au-dessus du coût de production
Après des mois de pressions consécutives et sans précédent sur les coûts des producteurs de bananes australiens, un léger répit a été accordé, étant donné que la baisse des rendements due à un hiver prolongé a finalement poussé les prix à un niveau supérieur au coût de production pour les producteurs, ces dernières semaines. Mais il reste à voir combien de temps cela va durer, avec le temps plus chaud du printemps qui devrait permettre d'augmenter les volumes de récolte. Le Conseil australien des producteurs de bananes (ABGC) a indiqué dans son magazine mensuel qu'il a exhorté les détaillants à tenir compte des pressions actuelles sur les coûts des producteurs et à fixer les prix de détail à des niveaux durables, ainsi qu'à fixer les prix de gros avec les producteurs et les négociants pour assurer la viabilité à long terme de l'industrie. Il a noté qu'au cours des dernières années, certains des défis liés au COVID-19 comprenaient : la pénurie de main-d'œuvre, les changements dans les habitudes d'achat des consommateurs, l'augmentation des coûts des intrants et de la logistique, les phénomènes météorologiques et les problèmes de qualité.

Mais ce ne sont pas seulement les coûts de production qui ont posé problème aux producteurs, c'est aussi la gestion des maladies. Le secteur a largement dépassé la moitié de la période de transition vers la gestion intégrale du programme Panama TR4 dans le nord du Queensland. Cependant, une sixième exploitation commerciale de bananes a été confirmée atteinte de la maladie en juin. Cette confirmation fait suite à la détection de la tacheture des bananes dans le Territoire du Nord. Bien qu'une seule des 29 détections ait eu lieu dans une propriété commerciale de bananes.

Chine : faible demande des consommateurs pendant les mois d'été hors saison
Les importations de bananes atteignent leur maximum au cours des mois de mars, avril et mai, avec des moyennes mensuelles tournant autour de 210 000 tonnes. L'été est considéré comme une période creuse, avec des chiffres plus faibles en juin et juillet. Les importations ont représenté 124 000 tonnes en juillet. Il reste à voir si les importations commenceront à reprendre en août. Pendant l'épidémie de Covid-19, les ports commerciaux de Mohan (avec le Laos) et Houqiao (avec le Myanmar) ont été fréquemment fermés. Actuellement, les heures d'ouverture et le commerce sont stables.

En juillet, les principaux fournisseurs de bananes de la Chine sont les Philippines, suivies du Cambodge et de l'Équateur. Le volume des exportations de bananes équatoriennes au cours du premier semestre de cette année a été nettement inférieur à celui de l'année dernière. Outre la pénurie continue de conteneurs et l'augmentation du coût des autres consommables, le déclin de la production a affecté les exportations.

Les bananes du Guangdong et du Guangxi sont sur le marché. L'été est habituellement la basse saison pour la consommation de bananes en Chine, et le marché reprendra à l'automne. Les bananes du Yunnan seront disponibles à partir de fin octobre.

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de la pomme !


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)