La saison égyptienne de la patate douce démarre lentement

« Les fournisseurs et les clients font attention à ne pas inonder le marché de patates douces »

Le début de la saison égyptienne de la patate douce a été plutôt lent. La demande est là, mais elle est inférieure à ce qu'elle pourrait être. L'un des défis pour les producteurs égyptiens sera l'augmentation des coûts de culture, ainsi que la hausse des tarifs d'expédition.

Selon Nora Mohamed, responsable des ventes chez Skyline for Import & Export, la saison des patates douces égyptiennes a démarré lentement. La situation actuelle des prix est également délicate : « La saison 2022 de la patate douce égyptienne a démarré sans retard en août. Au début, il n'y avait que de petits volumes disponibles, mais l'offre a augmenté progressivement. La demande est plutôt lente en ce moment, en plus de la hausse des coûts lors de l'exportation de patates douces. Tant les fournisseurs que les clients font attention à ne pas inonder le marché de produits, ce qui entraînerait une baisse des prix suffisante pour ne pas couvrir l'augmentation des coûts. »

« En général, les patates douces égyptiennes ont une bonne réputation et la demande est habituellement stable, comme on l'a vu au cours des dernières saisons. Surtout lorsque les coûts sont bas par rapport à d'autres variétés provenant de différents pays. Les producteurs et exportateurs égyptiens ont fait de gros efforts pour améliorer la qualité des patates douces », explique Mme Mohamed.

Cependant, l'inflation entraîne une forte augmentation des coûts, ce qui pourrait à terme avoir un effet sur les marges bénéficiaires des exportateurs égyptiens. « L'inflation en Europe, ainsi qu'en Égypte, a affecté tous les secteurs commerciaux et pas seulement celui des patates douces. Il y a beaucoup d'incertitude, des coûts élevés, des frais d'expédition en constante augmentation et une perte de valeur de l'euro par rapport au dollar américain, ce qui n'a jamais été vu depuis la création de la monnaie en 2002. Tous ces facteurs ont un impact sur les coûts et sur les habitudes de consommation ».

Compte tenu de ces risques, les importateurs et les exportateurs restent calmes et ne cherchent pas à prendre de l'avance : « La demande semble quelque peu normale jusqu'à présent par rapport aux années précédentes dans les pays européens, en particulier au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, qui sont tous deux les principaux importateurs de patates douces égyptiennes. »

« Cependant, le sentiment est que tout le monde est plus prudent ; pas besoin de pousser, pas besoin de se précipiter. C'est le mot d'ordre des exportateurs et des importateurs pour cette saison. Il est difficile d'anticiper les défis qui pourraient se présenter à nous, compte tenu de l'évolution constante et inattendue de l'actualité. Cependant, on s'attend à ce qu'il n'y ait pas de changements majeurs par rapport à la situation actuelle, pour le reste de la saison. » conclut Nora Mohamed.

Pour plus d'informations :
Nora Mohamed
Skyline for Import & Export
Nora@skyline-egy.com    
http://skyline-egy.com    


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)