Edilson Hernández de Prime Tropics : « L'an prochain, nous commencerons par la Main de Bouddha à la demande de nos clients aux Pays-Bas »

« Dans les 48 heures suivant la récolte au Guatemala, le client reçoit de nos citrons caviar en Europe »

La production de citron caviar du Guatemala, de Prime Tropics, commencera à augmenter dans les mois à venir, en novembre et décembre. « Pour le moment, notre production est d'environ 500 kilos par semaine, mais au plus fort de la saison, nous récolterons jusqu'à 2 000 kilos par semaine », explique Edilson Hernández, directeur de l'entreprise qui s'est imposée comme le plus grand producteur d'arbres exotiques d'Amérique Centrale, avec la capacité de fournir un approvisionnement continu en citrons caviar tout au long de l'année.

« Nous avons augmenté le nombre d'arbres dans nos plantations pour atteindre un total de 20 000, de sorte que l'année prochaine, nous serons en mesure d'étendre notre production à 3 000 kilos par semaine. » 

« Nous commercialisons le citron caviar en Europe », poursuit Edilson. « Nous envoyons le produit par avion aux Pays-Bas dans un paquet d'un kilo et sur les marchés français et allemand dans des barquettes clamshells de 40 grammes. Les prix du fret aérien restent élevés, mais la disponibilité des vols s'est améliorée. Par exemple, depuis le Guatemala, nous avons quatre vols par semaine vers les Pays-Bas ou la France, de sorte que dans les 48 heures suivant la récolte, le client dispose de produits frais en Europe. L'avantage supplémentaire de nos citrons caviar est qu'ils ont une durée de conservation allant jusqu'à 30-40 jours ; c'est un plus important en termes de fraîcheur qu'offre notre produit. » 

Le citron caviar est un agrume exotique qui a trouvé une niche intéressante sur le marché européen et, bien que son épicentre de production soit au Guatemala, il est encore largement inconnu en Amérique centrale. Néanmoins, cette méconnaissance représente également une importante opportunité de développer sa consommation, comme cela a déjà été le cas pour le ramboutan.

« Lorsque nous avons commencé en 2007, personne n'en connaissait l'existence, le Honduras produisait un peu de ramboutan, mais très peu, et au Guatemala, il était très difficile de le commercialiser la première saison », se souvient Edilson, « mais grâce aux campagnes de promotion et de publicité, aujourd'hui, le Guatemala consomme du ramboutan en grande quantité. Avec le citron caviar, nous pensons également entreprendre ce type de promotion en Amérique Centrale pour que les gens le connaissent. En fait, nous avons déjà effectué quelques tests dans les restaurants les plus exclusifs du Guatemala et il a été plutôt bien accueilli. » 

En ce qui concerne le ramboutan, la saison se terminera à la mi-octobre, après avoir commencé en mai. « La demande se porte plutôt bien sur le marché américain. Nous vendons beaucoup au détail, ce qui nous aide à maintenir le prix, car sur les marchés de gros, il a tendance à fluctuer. Mais cette année, il a été difficile de produire, car le prix des engrais a doublé et, en plus d'être plus cher, il n'y a pas de disponibilité sur le marché. C'est pourquoi nous avons lancé des programmes d'achat à l'avance, afin de disposer d'une réserve et de pouvoir les appliquer sur nos plantations. Nous n'utilisons plus de produits agrochimiques depuis 10 ans, mais nous avons besoin d'engrais car nous ne pouvons pas produire sans eux. » 

Vue aérienne des plantations de fruits exotiques de Prime Tropics

Succès de la première campagne d'exportation de durians vers les États-Unis
La politique adoptée par Prime Tropics ne couvre pas seulement les questions environnementales, telles que la production sans utilisation de produits phytochimiques ou d'insecticides, ou la conservation de la biodiversité. L'entreprise a mis en œuvre une politique sociale intense en matière de harcèlement sexuel, de droits de l'homme, de santé, de sécurité et de bien-être au travail, de négociation collective, de discrimination, de travail forcé ou d'égalité des chances pour les femmes - qui, en fait, représentent 90 % de la main-d'œuvre dans les usines de conditionnement de l'entreprise. Prime Tropics développe également un projet de reforestation en faisant don d'arbres à des écoles, grâce auquel elle a déjà distribué quelque 200 000 arbres, indique Edilson, dont l'engagement social s'accroît à mesure qu'elle renforce son leadership dans la culture des fruits exotiques dans la région.

Tatou photographié dans une des fermes de Prime Tropics

« Nous avons inclus le durian dans notre catalogue. Nous avons actuellement 7 000 arbres plantés, mais cette année nous allons atteindre les 10 000. Cette première saison d'exportation de durians vers les États-Unis s'est très bien passée. » 

« Nous avons apporté des échantillons à un marché asiatique pour qu'ils puissent évaluer le degré Brix et évaluer les propriétés organoleptiques du fruit et ils ont été ravis de la saveur, ils ont dit qu'elle était excellente. Nous sommes très enthousiastes à ce sujet. » 

« L'année prochaine, nous allons commencer avec la campagne d'un nouvel exotique : la main de Bouddha, à la demande de nos clients des Pays-Bas. Nous avons déjà planté environ 2 000 arbres et nous sommes prêts à avoir des volumes commercialisables en 2023 », déclare Edilson Hernández.

Pour plus d'informations :
Prime Tropics
Tél. : +502 57000052
eddy@primetropics.com 
www.primetropics.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)