Emmanuelle Rousseau, Vegepolys Valley

Pari réussi pour la 31e édition du Congrès International d’Horticulture

2 500 participants, 88 nationalités, 25 symposiums, 1 500 intervenants et pas moins de 12 000 h de présentation… La 31e édition du Congrès International d’Horticulture (IHC) qui s’est déroulée pour la première fois en France du 14 au 20 août a semble-t-il tenu ses promesses. Organisé tous les 4 ans, sous l’égide de l’ISHS (International Society for Horticultural Science), c’est à Angers, la capitale du végétale, que se sont réunis scientifiques mais aussi professionnels pour échanger autour de quatre thématiques principales : adaptation au changement climatique, agroécologie et durabilité des systèmes de production, compétitivité des filières et enfin alimentation, santé et bien-être.


Cérémonie d'ouverture /  © François Lehmann 


Diner de Gala /  © François Lehmann 

Emmanuelle Rousseau, Responsable de la communication pour le pôle international de compétitivité végétale, Vegepolys Valley, co-organisateur de l’évènement (avec l’INRAE, Destination Angers, l'Université d'Angers, le CIRAD et l'Institut Agro) revient pour FreshPlaza sur le déroulement de l’édition et les retombées d’un tel évènement.

« L’IHC est un rendez-vous international très attendu qui se déroule tous les 4 ans sur un continent différent pendant sept jours. Une semaine au cours de laquelle les chercheurs présentent leurs résultats sous forme de Symposiums (des présentations orales de 15 min ou 3min). Cette année il y a eu 25 symposiums en même temps ce qui a permis une approche transversale des disciplines. C’est aussi, pour les scientifiques, un moyen de reconnaissance par rapport à leurs travaux de recherche et leurs résultats. » Mais le Congrès International d’Horticulture c’est également des temps en séances plénières avec la participation de Grands Témoins comme Jean Jouzel, climatologue et vice-président du GIEC, ainsi que des Workshops et des Tours techniques, qui ont offert la possibilité aux congressistes de visiter des centres de recherche, des instituts techniques et des entreprises. Et la grande originalité de cette édition 2022 c'est bien sûr l’ouverture au secteur de l’entreprise et de la production avec « pour objectif que les professionnels puissent s’approprier les résultats de la recherche scientifique pour leur stratégie et développement. » 


© François Lehmann 

Valoriser le savoir-faire français et gagner en visibilité
Organiser et accueillir un évènement de cette ampleur est selon Emmanuelle Rousseau, un fabuleux moyen de mettre en valeur le savoir-faire français et d’acquérir une certaine visibilité. « Angers est la capitale du végétal spécialisé c’est-à-dire ornement, fruits et légumes, vigne, semences et plantes aromatiques et médicinales, l’horticulture au sens anglosaxon. Or, tous ces secteurs d’activités sont présents dans la région angevine, qu’il s’agisse des entreprises, de la formation ou de la recherche. Donc l’IHC 2022 nous a permis de gagner en visibilité et en notoriété et de valoriser la production de nos chercheurs. » Un moyen, à terme, de devenir un territoire d’attractivité et d’ouvrir la voie à de futures collaborations avec des partenaires étrangers.

Les principaux axes de l’édition 2022
« C’est une édition que nous avons préparée pendant 8 ans et pour laquelle nous voulions atteindre un très haut niveau scientifique », indique Emmanuelle Rousseau. Un critère qui figurait d’ailleurs dans les trois axes phares de cette 31e édition, et qui a permis à la France de se démarquer par rapport aux autres candidatures. Parmi les deux autres axes phares : favoriser le triptyque entreprise, recherche et formation et enfin favoriser les liens entre les pays du nord et du sud. « Nous ne voulions pas organiser un Congrès ne réunissant que les pays occidentaux mais plutôt représenter le plus fidèlement toutes les agricultures. »

Un bilan plus que positif pour les « jeux olympiques du végétal »
« Nous sommes extrêmement satisfaits d’avoir pu tenir l’édition dans de bonnes conditions. Cette édition 2022 nous ressemble beaucoup et a bénéficié d’un écho très intéressant au niveau français et européen. Les objectifs ont été atteints tant dans la participation quantitative que dans la participation qualitative. C’est donc pour nous un bilan très positif d’autant que les premiers retours que nous avons sont excellents ». Un temps qui a aussi permis de redonner espoir et optimisme dans un contexte de phénomènes climatiques de plus en plus fréquents. « Grâce aux études présentées durant cette semaine, on a pu prendre conscience qu’il existait des solutions à travers le monde et qu’il convient de les adapter ensuite à chaque agriculture et à chaque pays. »

« Disséminer la connaissance produite lors du Congrès »
Qu’advient-il des études et recherches présentées tout au long du Congrès ? « Il y a eu énormément de contenu produit durant la semaine. Donc nous nous sommes demandés comment disséminer toute cette connaissance à la fois vers les professionnels et vers le grand public. C’est ce travail-là que nous allons mener jusqu’à la fin de l’année ». Un travail de restitution et de vulgarisation qui commencera dès la mi-septembre au Salon du Végétal. « Nous allons présenter aux professionnels présents les premiers retours sur la thématique du végétal urbain avec par exemple les dernières innovations, les pays qui étudient le sujet, les travaux en cours… »

La prochaine édition de l’IHC se déroulera du 23 au 28 août 2026 à Kyoto, au Japon, avec pour thème « Exploring the diversity of Horticulture ».

Pour plus d’informations :
Emmanuelle Rousseau, Responsable communication
VEGEPOLYS VALLEY
Maison du Végétal
26, rue Jean Dixmeras
49066 Angers Cedex 1
Tél. : + 33 (0)2 41 72 17 37
vegepolys-valley.eu


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)