José Antonio Fajardo, de Frutas Fajardo :

« L'augmentation de notre propre production de mangues sera d'environ 25-30 % »

La saison tant attendue de la mangue espagnole a déjà commencé à Grenade, rejoignant celle d'un autre fruit tropical emblématique de la province, la pomme d'amour, et plus tard celle de l'avocat, où malgré le grand défi que représente la sécheresse cette année, la production a fait un grand bond en avant.

« Nous estimons que l'augmentation de notre propre production sera d'environ 25-30 % par rapport aux années précédentes. Cette hausse est due à la fois à une augmentation de la production naturelle des arbres et à une augmentation de la surface cultivée, car de nouvelles plantations entrent en production cette année. Nous partons avec plus de 100 hectares en production pour l'année en cours », explique José Antonio Fajardo, de Frutas Fajardo. « Il est question que l'augmentation de cette saison à Malaga pourrait être d'environ 15 % et à Grenade d'environ 30 %, mais elle aurait pu être beaucoup plus importante ; s'il y avait eu plus de pluie et surtout si les températures avaient été plus douces car ce sont celles qui ralentissent le développement des fruits. À Grenade, les volumes de cette saison auraient pu augmenter jusqu'à 50 %. »

« Les tailles ne seront pas si grandes cette saison, elles seront moyennes. Toutefois, nous ne considérons pas ce facteur comme quelque chose de négatif car, en réalité, les grandes tailles ont un marché limité, encore plus que les petites tailles qui, en fin de compte, ont une plus grande consommation locale ou ce que l'on appelle officieusement le « voisinage ». »

« À Frutas Fajardo, nous commençons à récolter le 1er septembre, contrairement à la récolte de Malaga qui commence généralement plus tôt, vers le 15-20 août. Nous aimons retarder un peu la récolte pour que les degrés brix des fruits soient au moins autour de 10-12 et que les mangues aient un point de maturation optimal, car c'est là que nous faisons vraiment la différence entre la mangue d'avion importée et la mangue nationale mûrie sur l'arbre. Si nous nous précipitons, nous ne pouvons pas offrir cette valeur ajoutée et cet avantage concurrentiel unique de notre mangue espagnole. »

« Ailleurs, dans les ventes aux enchères, nous avons vu chaque année des produits qui n'ont pas été récoltés à maturité, ce qui est très contre-productif pour tout le secteur. Si vous ouvrez le marché avec ce produit et générez un sentiment d'insatisfaction en début de saison parmi les acheteurs et les consommateurs finaux, certains clients n'achèteront plus de fruits ». La « coupure verte » est encore plus préjudiciable dans le cas de la mangue nationale appréciée sur les marchés internationaux, un produit très exclusif dont la saison est concentrée dans un court laps de temps et dans un contexte de forte concurrence internationale.

« Il faut savoir que n'importe quel négociant de mangues au Brésil peut avoir autant de production que toute l’Espagne. Cette année, nous avons même peur qu'ils essaient de profiter de notre situation pour prolonger leur saison, car la leur ne se passe pas bien du tout. C'est pourquoi il est important de faire comprendre au marché qu'avoir des tailles plus petites n'est pas un problème. En effet, à l'heure actuelle, les boîtes de 4 kg de mangue en provenance de l'étranger sont vendues à 4-5 euros, y compris le coût du fret, de la main-d'œuvre et du carton, alors que ces prix ne couvrent même pas les prix de production à la source, tandis que le prix de notre mangue dans les coupes de gros se situe entre 7 et 9 euros par boîte, soit près du double du prix de la mangue en provenance de l'étranger. »

« Il est également important de rappeler en cette période de sécheresse que la production de fruits tropicaux consomme moins d'eau que d'autres produits de base tels que les bananes ou les pommes, des fruits que nous consommons pratiquement toute l’année. Mais les fruits tropicaux ont fait l'objet d'une contre-propagande de la part de différents groupes en ce qui concerne leur empreinte hydrique. Nous devrions apprendre à connaître en profondeur la production de chaque fruit avant de susciter des préjugés qui pourraient nuire à tout un secteur. »

« Le Qatar et Dubaï ont reçu nos pommes flambées »
Alors que les mangues de Frutas Fajardo, dont la production cette saison s'élèvera à environ 2,5 millions de kilos, sont destinées au marché intérieur et à l'Europe centrale, d'autres fruits tropicaux produits par cette entreprise de la Costa Tropical traversent les frontières vers des marchés de plus en plus nombreux.

« Cette année, nous avons exporté des loquats à New York et Miami aux États-Unis ainsi qu'au Canada. Nous avons été très surpris par la réponse positive du marché. En ce qui concerne les pommes de garde, nous avons également atteint le Qatar et Dubaï avec elles », partage José Antonio Fajardo. « En fait, 70 % de notre production de pommes de garde est exportée. Les pays les plus demandeurs sont l'Allemagne, la France, la Pologne et la Suisse. Nous sommes actuellement l'un des plus gros vendeurs de pommes-crème en Europe. »

« Cette année, la saison se déroule très bien, avec des prix élevés et une bonne demande. Notre production de pommes de garde passera de 2 à 3 millions de kilos. » Cette importante augmentation de la production est due au fait que, comme le souligne José Antonio Fajardo, il existe encore un grand potentiel dans l'augmentation de la demande de ce fruit dont Grenade est le plus grand producteur au monde. « L'année où l'on produit le plus de kilos de pommes de garde n'atteint même pas une moyenne d'un kilo par habitant et par Espagnol. Nous pouvons constater que la demande continue d'augmenter et qu'il pourrait même arriver un moment où elle sera supérieure à l'offre. »

La tendance de la consommation de fruits tropicaux ne peut aller que dans une seule direction : vers le haut. « Jusqu'à présent, nous n'avons fait qu'une campagne nationale, mais à partir de septembre, nous allons commencer à faire un calendrier de 12 mois pour l'avocat et la mangue », prévoit José Antonio.

Pour plus d'informations :
Frutas Fajardo
Tél. : +34 958 64 40 92
LinkedIn : Frutas Fajardo
info@frutasfajardo.com
www.frutasfajardo.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)