SV Fruct : entreprise de pommes et de cerises

« Pour la première fois, notre entreprise se tourne vers le marché européen »

Visite de l'entreprise familiale, SV Fruct. Pas moins de quatre fils secondent le patriarche de la famille dans la gestion quotidienne de l'entreprise. Deux d'entre eux, Vitalii et Victor, ont échangé avec FreshPlaza. Comme Vilora, la première entreprise de culture présentée dans cette série, l'exploitation de la famille Scutaru est située dans le nord du pays.   


Caisses de pommes 

Quelques chiffres sur la production et l'exportation de fruits moldaves, issus d'un article compilé par Jan Kees Boon de Fruit and Vegetable Facts qui couvre la culture, l'exportation et l'importation de fruits et légumes frais en Europe du Sud-Est pour 2021 et publié sur agf.nl le 7 septembre. Jan s'est intéressé de plus près à 13 pays (classés en fonction de leur population) : Roumanie, République tchèque, Hongrie, Serbie, Bulgarie, Slovaquie, Croatie, Bosnie, Albanie, Moldavie, Slovénie, Macédoine du Nord et Monténégro. Il a exclu la Grèce et l'Ukraine.


Des vergers encore très jeunes

Petit frère de la région 
La Moldavie est l'un des petits frères de la région. Ce pays est le deuxième exportateur de fruits et légumes de la liste, derrière la Serbie. De plus, la Moldavie et la Macédoine du Nord, sont les seuls à exporter plus de fruits et légumes qu'ils n'en importent. Les données montrent que le pays a envoyé quelque 2 000 tonnes de légumes à l'étranger, mais pas moins de 299 000 tonnes de fruits. Les fruits monopolisent donc les exportations de produits frais de la Moldavie. Si l'on exclut les légumes, la Moldavie dépasse même la Serbie. 


Les frères Vitalii et Victor

Tout tourne autour des fruits
Si l'on examine les chiffres de la culture, les fruits dominent aussi nettement, avec 676 000 tonnes contre 138 000 tonnes de légumes. Parmi les 12 autres pays d'Europe du Sud-Est, la petite Moldavie ne doit s'incliner devant la Roumanie et la Serbie que pour la culture des fruits. Et quand on parle de fruits en Moldavie, tout le monde fait référence, en premier lieu, aux pommes. Avec pas moins de 500 000 tonnes, les pommes représentent 75 % de la production fruitière du pays. Les fruits à noyau, les raisins, les pastèques et les fruits rouges suivent de loin.

Logiquement, les pommes occupent également la première place en matière d'exportations : elles représentent les deux tiers. Environ 40 % de la récolte de pommes de la Moldavie se retrouve à l'étranger. Jusqu'à récemment, 95 % de cette production était vendue sur le marché russe, comme l'a souligné le ministre moldave de l'agriculture au début du mois d'août. Peu de pommes atteignent donc d'autres marchés, et certainement pas celui de l'Europe occidentale. Selon les statistiques d'Eurostat, la Moldavie a exporté 54 000 tonnes de fruits et légumes vers l'UE. Sur ce total, 28 000 tonnes étaient des fruits à noyau, 17 000 tonnes des raisins (frais ou secs) et 1 000 tonnes des fruits à pépins.

Le pays importe également des produits frais, mais en bien moins grande quantité qu'il n'en exporte. Elle a rapporté 124 000 tonnes, dont plus de la moitié étaient des tomates, des bananes, des pastèques et des mandarines.

En résumé, la Moldavie est le plus grand exportateur de fruits des pays d'Europe du Sud-Est mentionnés. Une position qu'elle doit notamment aux pommes destinées à la Russie. Une perte de marché difficile pour les producteurs moldaves et plus largement le pays. 



Première entreprise à être certifiée GlobalGAP en Moldavie
Scutaru est assisté de ses quatre fils. « Toute la famille a fondé l'entreprise de culture », commence Vitalii. C'était en 2003. Mon frère Victor et moi étions négociants en fruits et nous avons eu l'idée de vendre des fruits que nous avions cultivés nous-mêmes. Quand le moment est venu, nous avons tous fait notre part pour que l'entreprise démarre. »


Plateforme utilisée pour cueillir les pommes en hauteur 

Aujourd'hui, SV Fruct cultive des pommes sur 47 hectares et des cerises sur 10 hectares. Il y a douze ans, elle a construit 14 cellules de stockage de 682 m3 chacune, d'une capacité totale de 2 000 tonnes. Ces cellules utilisent la technologie Smartfresh. L'année suivante, elle est devenue la première entreprise fruitière de l'histoire de la Moldavie à obtenir la certification GlobalGAP. SV Fruct trie et emballe ses fruits - dans des boîtes à couvercle ouvert, bien qu'elle envisage désormais des boisseaux - dans sa propre station d'emballage. Ils vendent la totalité de la récolte sur le marché étranger, soit par des exportations directes, soit par des ventes à des tiers. « Cela dépend des prix que nous pouvons obtenir pour notre produit », explique Victor. Ils recrutent la plupart de leurs clients par le biais de contacts lors de salons professionnels internationaux.


Tout est couvert par des filets anti-grêle et protégé contre les coups de soleil

Des variétés renouvelées pour de nouveaux marchés
À ses débuts, l'entreprise exportait uniquement vers la Russie et, jusqu'en 2009, uniquement des variétés traditionnelles. Ensuite, tout a changé, et l'accent a été mis sur la modernisation. La construction des cellules de stockage a été précédée d'une réorientation progressive de la culture des anciennes variétés vers les nouvelles. L'année dernière encore, une parcelle de 2,3 hectares a été plantée en Devil Gala, et ce printemps, un verger entier a été arraché et replanté en Galas Shnicored. Ce renouvellement variétal est effectué dans le but de conquérir de nouveaux marchés, notamment au Moyen-Orient et en Asie. Chacune de ces destinations a ses préférences variétales. Pour l'instant, il n'y a pas de pommes SV Fruct sur le marché de l'Europe occidentale.

Cette entreprise ne compte pas moins de 15 variétés qui poussent dans ses vergers du nord de la Moldavie. Parmi celles-ci, citons Empire, Braeburn, Jonagold, Ruby Star et Fuji. « Nous travaillons également avec des entreprises de propagation belges et polonaises qui testent des variétés de pommes ainsi que de cerises dans nos vergers. Nous avons actuellement une variété qui n'est pas encore enregistrée dans l'UE. Elle semble très prometteuse », déclare Vitalii, qui ajoute que les pommes rougies sont particulièrement populaires sur le marché local. « Le fruit doit être attrayant. Cela semble être encore plus important ici que la saveur. Pour nos marchés d'exportation, c'est la qualité qui prime. Nous y attachons donc une grande importance. »

Les producteurs de pommes de Moldavie commencent à s'unir
Les producteurs moldaves récoltent environ 500 000 tonnes de pommes par an. La Pologne en fait 4,5 millions de tonnes. « Ils sont notre plus grand concurrent. Ils ont des rendements plus élevés, de meilleures possibilités logistiques - en raison de la localisation et d'infrastructures plus modernes - des vergers plus avancés et des coûts de production plus bas. Cela peut sembler étrange, compte tenu du faible prix de nos terres et de nos salaires, mais les producteurs polonais reçoivent davantage de subventions. Et, pour le stockage et la commercialisation, ils peuvent compter sur de grandes coopératives. Cela permet de réduire les coûts. »

« La Moldavie rattrape son retard avec l'aide du programme de la Banque mondiale, mais la route est encore longue. Le programme accorde 300 000 dollars, soit 50 % de l'investissement, pour créer une coopérative entre au moins cinq producteurs. Mais tout se fait encore à petite échelle. Pourtant, la plupart survivent. Du moins pour l'instant. La plupart des producteurs de pommes en Moldavie ont encore de vieux vergers et ne vendent que localement. Nous, par contre, nous ne faisons qu'exporter. D'ailleurs, la Moldavie importe des pommes polonaises. Elles sont souvent plus chères que le produit local, mais elles sont plus belles. »


Leur propre bassin d'eau

Vers l'UE ?
SV Fruct passe progressivement à la culture super-intensive. Vitalii explique que l'un des avantages est l'économie réalisée sur les coûts de protection des cultures. « L'année dernière, nous avons dépensé 150 000 € pour ces produits, cette année, c'est 50 000 € de moins. Et le rendement est le même. C'est un gain important. Mais nous avons eu ce grand retournement de situation maintenant. Nous ne voulons pas nous étendre davantage dans l'immédiat ; 2 000 tonnes par an, c'est une belle quantité. Nous allons cependant continuer à nous professionnaliser et à nous moderniser. »

« Bien qu'actuellement, nous nous concentrons entièrement sur les ventes, car nous sommes soudainement confrontés à un tout nouveau défi. La Russie a disparu en tant que marché de destination, nous devons donc trouver de nouveaux acheteurs. Avec un peu de chance, nous pourrons continuer à vendre toutes nos pommes sur le marché du frais et nous n'aurons pas à détourner quoi que ce soit vers l'industrie de transformation. Nous tournons donc, pour la première fois, notre regard vers le marché de l'UE », conclut Vitalii.



Pour plus d'informations : 
SVFRUCT
33 Boris Glavan street, Edinet raion,
Republic of Moldova, MD-4601,
Tél. : +373 246 22895
Fax: +373 246 24272
Cell: +373 69111366
svfruct@gmail.com  
www.svfruct.com  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)