« Nous ne nous reposons pas sur nos lauriers maintenant que le marché russe est fermé pour nos pommes »

Découvrons une entreprise de culture fruitière, Vilora-V.S., à Stolniceni, une municipalité du district d'Edinet. Stolniceni se trouve au nord de la Moldavie, à 40 km de la frontière ukrainienne et à 15 km de la frontière roumaine.

Ion Bajereanu et sa famille possèdent et gèrent Vilora-V.S. Son père a commencé à cultiver des pommes à des fins commerciales, à partir d'un verger patrimonial, à la fin des années 90. « Les débuts ont été difficiles », se souvient Ion Bajereanu. « À l'époque, notre société était encore marquée par l'héritage de notre passé communiste. La transition vers la modernité n'a pas été facile. Et parfois, je peux encore voir cette mentalité communiste chez les personnes âgées, y compris chez nos employés. »

« Le respect de la propriété privée, par exemple, n'est pas un concept généralement accepté. Parfois, l'un de mes employés emporte des pommes chez lui pour sa famille sans le demander. Comme s'il s'agissait d'un bien commun. Nous avons construit l'entreprise petit à petit, en tâtonnant. Ce n'est que ces dernières années que nous avons vraiment progressé et les résultats s'améliorent. Je suis optimiste pour l'avenir. »


Nouvelle plantation

Toujours autant de variétés de pommes traditionnelles en Moldavie
Vilora-V.S. a cultivé des variétés de pommes traditionnelles pendant des années jusqu'à la plantation de 20 hectares de nouvelles variétés il y a trois ans. Cette opération a été coûteuse - quelque 25 000 à 35 000 € par hectare, selon Ion - mais nécessaire si l'on a des vues sur l'Europe et d'autres marchés exigeants. « Deux grandes raisons expliquent pourquoi de nombreux petits producteurs possédant de vieilles variétés de pommes et des méthodes de culture traditionnelles sont encore actifs et survivent. Le marché russe (où nous pouvions vendre nos fruits jusqu'à récemment) était ouvert à toutes les variétés », explique-t-il.

« De plus, la politique de subvention de notre gouvernement n'a jamais été sélective du tout. Tout le monde est soutenu, même ceux qui n'investissent pas dans des systèmes d'irrigation, de nouvelles variétés, des filets anti-grêle ou de bonnes pratiques de culture. Ce n'est évidemment pas ainsi que notre secteur progressera. J'estime que 10 % des producteurs sont prêts à entrer sur le marché européen ; les 90 % restants peuvent vendre leurs pommes presque exclusivement localement, maintenant que le marché russe a été perdu. Nous avons encore beaucoup de petits producteurs. »


Victor Bejereanu, propriétaire

Le revers d'une politique défaillante
Selon Ion, plus de la moitié des petites exploitations possédant de vieux vergers disparaîtront d'ici dix ans. Elles ne pourront tout simplement pas respecter les nouvelles normes. Le grand voisin ukrainien, où les pommes sont principalement cultivées dans les Carpates, a fait ses devoirs depuis des années. Selon lui, le pays s'est efforcé de créer de nouvelles variétés et de se moderniser. « Nous, en revanche, avons pris du retard, et cela a beaucoup à voir avec notre mentalité ». 

« Avec l'abandon du marché russe, nous avons du mal à trouver de nouveaux débouchés. Nos variétés ne sont généralement pas bonnes, que ce soit en termes de qualité ou de quantité. Si un grand détaillant veut, par exemple, un chargement par semaine de Galas rouges, rares sont ceux qui peuvent répondre à cette demande. Nous payons aujourd'hui le prix de cette politique erronée. Notre pays n'a pas encore rattrapé le marché moderne. »

Rattraper le retard
Vilora-V.S. fournit ses pommes à une coopérative qui les exporte dans plusieurs pays. « Nous n'avons pas de volumes suffisants pour négocier de bons prix avec les très gros acheteurs comme, par exemple, Kaufland. Les pommes d'exportation moldaves trouvent actuellement de bons débouchés dans certains pays d'Asie, comme le Bangladesh. Néanmoins, nous nous préparons actuellement à répondre aux exigences de qualité du marché européen, notamment en matière d'emballage. Nous travaillons à l'obtention de certifications telles que GlobalGAP. Mais cela demandera un peu de travail. Nous devons obtenir l'adhésion de tous, y compris de nos employés ». 


« Tous à bord, y compris le personnel », espère Ion.

La Moldavie souffre également d'une pénurie de main-d'œuvre
Selon lui, c'est là que réside le plus grand défi pour les entreprises de culture modernes : la question du personnel. « Cela peut paraître étrange pour les Européens de l'Ouest, mais nous avons du mal à trouver des travailleurs, du moins, des travailleurs adaptés. Notre main-d'œuvre est bon marché, mais sa qualité n'est pas toujours au rendez-vous. Beaucoup de jeunes partent en Europe occidentale, ce qui fait que nous nous retrouvons souvent avec des employés plus âgés que nous ne pouvons pas payer autant qu'ils le feraient en France ou en Italie. Pourtant, nous prenons très bien soin d'eux. Nous insistons sur ce point. Un travailleur satisfait est un travailleur productif. »

Un verger qui ne compte pas encore de variétés club
Vous ne trouverez pas beaucoup de variétés club comme la Fuji ou la Pink Lady (des pommes qui garantissent sans aucun doute le succès sur le marché européen) dans le verger de Vilora-VS. « C'est encore trop cher pour nous. Il faut payer des redevances annuelles, nous allons attendre quelques années pour voir comment les choses se passent, puis nous déciderons de changer ou non de variétés ou de types de fruits. Après tout, nous cultivons aussi des cerises et des abricots. Ils se vendent mieux que les pommes, mais il est plus facile de cultiver des pommes. Pour ce qui est des variétés de pommes, j'envisage d'arracher les Braeburns. Elles ne se vendent pas très bien sur le marché européen. Les Golden Chief ou Gala pourraient alors être des alternatives. »

Malgré tous ces défis, Ion est optimiste quant à l'avenir de son exploitation. « Nous n'allons pas nous reposer sur nos lauriers maintenant que le marché russe est fermé à nos pommes. Nous allons forcément trouver des alternatives. Nous avons des terres et une main-d'œuvre bon marché, ce qui joue en notre faveur. Nous pouvons faire des bénéfices, dans la mesure où nos produits sont compétitifs. Et bien que nous n'ayons pas la mentalité, la technologie et les infrastructures néerlandaises, nous pouvons rivaliser avec de nombreux pays. Même dans ces domaines, je constate une évolution. Les précédents embargos russes sont à l'origine de la première modernisation de la Moldavie. C'est alors que nous avons réalisé que nous avions besoin de technologies de tri et d'emballage. Donc, dans la situation actuelle, nous nous adapterons progressivement aux normes européennes. Nous avons juste besoin de plus de ressources pour que l'association Moldova Fruct puisse promouvoir nos produits à l'étranger avec succès, et tout sera prêt », conclut Ion.

Pour plus d'informations :
Victor Bejereanu
Vilora VS
4640 Stolniceni (Moldavië)
Tél. : +373 246 63319
vilora-vs@mail.ru


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)