Moldova Fruct

« Après le deuxième embargo en 2014, le secteur des fruits a commencé à passer à la vitesse supérieure »

L'Association des producteurs et exportateurs de fruits de Moldavie, également connue sous le nom de Moldova Fruct, est la plus grande organisation du pays au service des producteurs, transformateurs, exportateurs et prestataires de services du secteur fruitier. Dans cette cinquième partie du dossier spécial Moldavie, le directeur Iurie Fala raconte l'histoire, le fonctionnement, les objectifs et les réalisations de cette institution dédiée aux secteurs de la pomme, de l'abricot, de la cerise, de la pêche, de la poire, de la prune et du raisin.


Le directeur Iurie Fala pose avec des raisins de Moldavie

Cette association offre à ses membres un large éventail de services, dont la défense de leurs intérêts, la formation et l'assistance technique, la diversification des marchés et la promotion des exportations, notamment par le biais de foires commerciales internationales. Cette organisation non commerciale, non gouvernementale et à but non lucratif apporte son label « Le goût moldave fait toute la différence » à des salons internationaux comme Fruit Logistica à Berlin, Fruit Attraction à Madrid et World of Perishables aux Émirats arabes unis. Cette composante internationale est essentielle car, si la Moldavie est historiquement un grand producteur de fruits, son marché local est minuscule. Les principaux marchés d'exportation étant la Russie (du moins, jusqu'à récemment), l'UE et, de plus en plus, les pays du Moyen-Orient et d'Asie.

Cinq producteurs
« Moldova Fruct a été fondée en 2006 », commence Iurie, « lorsque, après le premier embargo russe, cinq producteurs ont réalisé que la coopération était essentielle pour résoudre les problèmes mutuels par le biais d'activités telles que le lobbying, l'introduction de nouvelles technologies de culture et de post-récolte, le marketing ciblé et la pénétration de nouveaux marchés. Au fil des ans, ces activités sont restées les tâches principales de l'organisation, qui est affiliée à la WAPA et à Freshfel. Aujourd'hui, l'association compte 180 membres, dont 50 sont certifiés GlobaGAP. Ensemble, ils possèdent 20 000 hectares de vergers et produisent environ 200 000 tonnes de fruits par an. »

La fragmentation, un héritage du passé
Iurie raconte qu'à la fin de l'ère soviétique, la Moldavie disposait de 400 000 hectares d'horticulture avec lesquels elle approvisionnait le marché soviétique essentiellement en fruits et tomates. « Nous étions le grenier à fruits de l'Union soviétique et récoltions un million de tonnes de pommes. Après tout, notre climat est excellent pour l'horticulture, et notre sol est très fertile. Après l'effondrement de l'U.R.S.S., la culture est tombée entre les mains de sociétés privées. »


Lignes de triage Perfect et tilters de caisses Burg aux stations d'emballage

« Jusqu'à l'année dernière, ils ont continué à envoyer la plupart des pommes d'exportation, à hauteur de 95 %, en Russie, bien que la production totale ait diminué de moitié depuis les années 1980. La Russie était un marché consolidé et facile. Nos producteurs y ont de nombreux contacts et presque tous parlent russe. De plus, nous pouvions y vendre toutes nos pommes, de la qualité extra à la catégorie II. De même, jusqu'à récemment, nous expédions environ la moitié de nos exportations de raisins et de prunes en Russie », poursuit Iurie.

Les secteurs de l'agriculture et du commerce en Moldavie ont toujours été très fragmentés, ce que le marché russe, peu complexe, a en partie maintenu. « Nous n'avions par exemple pas besoin de travailler ensemble pour approvisionner les grands supermarchés européens. Mais avec les sanctions, cela change lentement. Il y a eu trois embargos russes qui, même s'ils avaient toujours des raisons politiques, étaient imposés pour des raisons dites phytosanitaires. Le premier a eu lieu en 2004, alors que le secteur fruitier moldave était encore sous-développé. » Le second est entré en vigueur en juillet 2014, quatre mois après l'annexion de la Crimée par la Russie et après que la Moldavie et l'UE ont signé un accord commercial.

Le deuxième embargo a été le moment décisif
« Notre secteur était bien mieux préparé pour la fermeture la plus récente du marché russe à nos produits. En 2014, il n'y avait que deux ou trois installations de conditionnement avec des lignes de tri dans tout le pays. Aujourd'hui, nous en avons 16. Après le deuxième embargo, Moldova Fruct a commencé à passer à la vitesse supérieure et a réussi à obtenir des subventions gouvernementales pour moderniser nos vergers, nos installations de culture et de transformation. Nos lignes de tri proviennent d'Italie, des Pays-Bas, d'Allemagne et de Pologne. Il est intéressant que notre secteur se développe seulement maintenant. Nous profitons immédiatement des énormes progrès technologiques réalisés ces dernières années dans le domaine de l'horticulture. En outre, nous pouvons éviter les nombreuses erreurs commises par les entreprises d'autres pays au cours de leur processus d'apprentissage et de développement », explique lurie.

Aujourd'hui, le secteur, notamment grâce au lobbying de Moldova Fruct, a créé plus de 10 000 hectares de vergers super intensifs, composés essentiellement de pommiers. Il a également amélioré les normes de qualité grâce à des avancées technologiques dans les infrastructures de culture et de post-récolte. « Le lobbying est une partie importante de ce que nous faisons. Maintenant, nous espérons obtenir plus d'argent pour promouvoir nos produits sur les marchés étrangers. »

Un marché européen de la pomme difficile
L'association espère en tirer le meilleur parti maintenant que les quotas d'exportation de pommes et de prunes de la Moldavie vers l'UE ont temporairement doublé. « Le quota de pommes est passé de 40 000 à 80 000 tonnes. La saison dernière, comme presque toutes nos exportations étaient dirigées vers la Russie, nous n'avons envoyé que 8 000 tonnes. Cette année, cet important marché n'existe plus. Nous devrions certainement être en mesure d'augmenter cette quantité, mais il ne faut pas s'attendre à des miracles. La concurrence est très rude sur le marché européen », explique Fala.

« L'Union européenne compte 27 États membres, et presque chacun de ces pays a sa propre culture de pommes et ses propres préférences en matière de consommation. Nous devons étudier cela avec soin lorsque nous élaborons nos plans d'exportation. Il est évident que nous ne pouvons pas envoyer, par exemple, des pommes dans un pays comme la Pologne, qui est elle-même un grand producteur et exportateur de pommes. Le marché allemand n'est pas non plus aussi accessible qu'il n'y paraît à première vue, car il reçoit beaucoup de pommes polonaises, italiennes, néerlandaises, belges et même turques, entre autres. »

Les raisins principalement vers l'Europe de l'Est
Le PDG pense que les prunes auront plus de facilité à atteindre le nouveau quota de 40 000 (15 000 + 25 000) tonnes. D'autant que les prunes Stanley, dont les exportations vers l'Allemagne ont commencé en 2017, sont désormais très populaires dans les pays germanophones. « Nous allons nous en approcher pour les raisins et les cerises, également. Nous pouvons désormais en exporter respectivement 58 000 (20 000 + 38 000) tonnes et 3 000 (1 500 + 1 500) tonnes. »


Iurie présente une caisse de raisins locaux au marché de gros de Chișinău

La culture du raisin moldave présente encore l'inconvénient que la majorité des raisins récoltés possèdent des pépins. « Nous devrons innover dans nos variétés, car les Européens de l'Ouest préfèrent les variétés sans pépins. Nous pourrions peut-être surmonter ce problème dans une certaine mesure en faisant davantage de promotion et en mettant en avant la qualité, la saveur et les propriétés saines de nos raisins. Cependant, je pense qu'en ce qui concerne le raisin, nous devrions plutôt nous concentrer sur les pays d'Europe de l'Est. Ils connaissent déjà assez bien nos produits. Cette année, nous n'avons certainement pas à nous plaindre de la qualité et du rendement de notre récolte de raisin. »

La stratégie actuelle de Moldova Fruct n'est toutefois pas purement axée sur le marché européen. La diversification est le mot d'ordre. « Nous ne devons pas faire l'erreur que nous avons commise par le passé : mettre tous nos œufs dans un seul panier. Les producteurs peuvent, bien sûr, considérer l'Europe, mais pas exclusivement. Nous envisageons également le Moyen-Orient, l'Asie et l'Afrique du Nord. En partenariat avec notre gouvernement, nous essayons de négocier des protocoles phytosanitaires pour faire tomber les barrières tarifaires dans divers marchés de destination comme l'Égypte, l'Inde et le Vietnam. Nous sommes présents sur de nombreux marchés. Comme chaque marché a ses préférences, nos vergers sont composés de nombreuses variétés. Nos producteurs de pommes envoient 80 % de Galas au Moyen-Orient et des Golden, Granny Smith et Red Chief ailleurs. En tant qu'association, nous tenons toujours nos producteurs et nos exportateurs au courant des différentes tendances du marché. »

L'inflation est synonyme de marges réduites
Les exportations actuelles sont toutefois entravées par l’inflation et par la hausse des coûts de culture, de stockage et de transport - à laquelle la Moldavie n'a pas échappé - qui n'est pas atténuée par l'affaiblissement de l'Ieu moldave (la monnaie du pays) par rapport à l'euro ou au dollar. L'inflation fait que ces coûts accrus ne peuvent malheureusement pas encore être entièrement répercutés sur les acheteurs. En Moldavie aussi, les salaires devraient augmenter progressivement. À l'avenir, il est donc inévitable que la numérisation et la robotisation fassent leur apparition dans les exploitations agricoles de ce pays.

« À terme, vous n'aurez besoin que de deux travailleurs par verger : une personne et un chien. Le travail de la personne sera de nourrir le chien, et le chien devra s'assurer que la personne ne touche pas au matériel », plaisante Iurie. « Blague à part, toute la chaîne, du cultivateur au détaillant en passant par la société de logistique, devra veiller à ce que chaque maillon obtienne sa part des bénéfices, sinon la chaîne se brisera. Et les producteurs sont toujours le maillon le plus faible. Cette crise a déjà mis en faillite de nombreux cultivateurs. N'oublions pas non plus que les coûts de production vont augmenter si l'Union européenne continue à mettre les agents de protection des cultures sur liste noire. Nous devrons alors recourir à des alternatives plus coûteuses », conclut-il.

Visite virtuelle de 22 entreprises de culture
Le site Web de Moldova Fruct offre aux visiteurs une visite visuelle de 22 entreprises, grâce à des photos et à une courte vidéo de deux minutes sur les vergers, les installations de stockage et de triage de chacune d'elles. On y trouve également des informations concises sur la superficie, les volumes et les variétés cultivées. 

Pour plus d'informations :
Iurie Fala (PDG)
Moldova Fruct
102 Mitropolit Dosoftei str.
2012 Chisinau (Moldavië)
Tél. : +373 22 22 30 05
Cell. : +373 693 66 424
info@moldavafruct.md
ifala@moldovafruct.md
www.moldovafruct.md


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)