Les marchés africains ou asiatiques pourraient combler le vide laissé par la Biélorussie et l'Égypte

« Le gouvernement devrait prendre davantage de mesures pour empêcher cette horrible situation »

Les exportateurs de pommes polonaises se dirigent vers une saison difficile. Deux marchés importants n'étant plus fiables, de nouveaux marchés devront combler le vide. Par ailleurs, les coûts énergétiques augmentant rapidement, certaines entreprises polonaises pourraient être amenées à ralentir leurs activités, voire à les abandonner complètement.

Jakub Krawczyk, responsable des exportations pour l'exportateur polonais de pommes Appolonia, indique que la saison des pommes démarre lentement, avec principalement des commandes du marché intérieur pour le moment : « Pour l'instant, la demande n'est pas très forte car la saison vient juste de commencer. Nous livrons en permanence les supermarchés nationaux, mais en général, l'exportation ne fait que commencer et nous verrons quel marché sera le meilleur récepteur. Heureusement, nos partenaires ont accepté avec nous de faire quelques programmes, comme chaque année, et nous avons donc couvert un certain pourcentage de la production vers les pays européens. »

L'Égypte et la Biélorussie n'étant plus des marchés fiables pour les pommes polonaises, M. Krawczyk affirme que le grand objectif est d'atteindre de nouveaux marchés potentiels cette saison. « Notre plus grande préoccupation est la pénurie de grandes opportunités de vente vers des pays comme la Biélorussie et l'Égypte. Ces deux pays étaient les plus gros consommateurs de nos produits ces dernières années, et comme la vente y est interdite ou presque impossible pour le moment, nous essayons d'ouvrir de nouveaux marchés ou de pousser davantage les partenaires avec lesquels nous travaillions dans d'autres territoires. Nous espérons que certains pays africains ou asiatiques combleront le vide laissé par l'Égypte et que les ventes finiront par progresser. Tout le monde a hâte de prendre pied sur des marchés comme le Moyen-Orient, ce qui pourrait être une bonne solution cette année car la couleur de la Gala est tout simplement fantastique cette saison. »

Appolonia ressent également la pression de l'augmentation constante du coût de l'énergie. Aujourd'hui encore, on ne sait pas à quoi ressembleront les tarifs de l'énergie dans la nouvelle année, explique M. Krawczyk. « Malheureusement, il n'y a pas de bonne solution à la hausse du coût de l'énergie à l'heure actuelle. Nos factures d'énergie ont augmenté de 500 % et la plupart de notre production et de notre stockage dépendent de cette énergie. Et il y a toujours une grande inconnue en ce qui concerne les tarifs que nous aurons pour l'énergie à partir de janvier 2023. Nous pouvons honnêtement dire que la situation est assez dramatique en ce moment. Nous avons quelques projets sur la table, mais ils sont soit très coûteux, soit leur réalisation pourrait prendre un à deux ans, et nous ne pouvons pas attendre aussi longtemps car le problème existe dès maintenant. Cela va certainement modifier le prix de notre stockage et nous pouvons affirmer sans aucun doute que le prix sera élevé. »

Le prix de l'énergie atteint des niveaux tels que certaines entreprises devront abandonner ou, à tout le moins, ralentir leurs activités, confirme M. Krawczyk : « Nous avons entendu certaines entreprises, qui utilisent un pourcentage élevé d'énergie dans leur production, dire qu'elles allaient arrêter leurs activités pendant un certain temps, ou ne réaliser qu'un certain nombre de commandes. Elles n'ont pas d'autre choix, sinon elles ne pourront pas faire face aux factures d'énergie. Nous savons également que certaines entreprises d'autres secteurs de production ferment complètement ou licencient des personnes afin de réduire les coûts par tous les moyens possibles. Si les entreprises ne produisent pas et que les gens n'ont pas d'emploi, le gouvernement ne recevra pas d'argent des impôts, donc à notre avis, il devrait y avoir plus de programmes et d'actions de la part du gouvernement pour éviter cette horrible situation. »

M. Krawczyk estime que le prix des pommes devrait augmenter autant que le coût, mais ce n'est pas du tout le cas : « Le plus gros problème est que le prix des pommes n'augmente pas de manière adéquate par rapport à l'augmentation du coût de production. Si vous regardez n'importe quel autre produit, vous verrez qu'il ne coûte pas le même prix qu'il y a six ou douze mois, malheureusement avec les pommes, le prix s'est en quelque sorte arrêté à un certain niveau. Si les producteurs ne couvrent pas leurs coûts, ils seront obligés de vendre leurs champs, leurs machines ou de trouver un autre moyen de gagner de l'argent, ce qui, à mon avis, n'est pas la meilleure option. Étant donné que de nombreux producteurs poursuivent leur activité familiale depuis plusieurs générations, nous sommes fiers d'être le plus grand verger de pommiers d'Europe, alors quoi qu'il arrive, nous devons maintenir cette tradition. Comment ces temps difficiles affecteront-ils notre production ; nous devrons attendre et voir. »

Pour plus d'informations : 
Jakub Krawczyk
Appolonia
Tél. : +48 785 342 930
jakub.krawczyk@appolonia.pl  
www.appolonia.pl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)