« Les producteurs ont réussi à cultiver des agrumes sans faux carpocapse, et maintenant nous sommes complètement évincés »

L'Europe met un frein à la production d'oranges biologiques en Afrique du Sud

Le nouveau protocole à froid sur les oranges d'Afrique du Sud constitue un obstacle presque insurmontable pour les producteurs d'oranges biologiques du pays. Les résultats des essais réalisés avec des cires végétales sur des oranges biologiques dans le cadre du nouveau régime ont été médiocres et peu concluants, avec des dommages dus au froid pour environ 50 % des lots d'oranges non cirées.  

Orex Exports, un producteur-exportateur biologique de la vallée de l'Orange River, a envoyé des oranges biologiques non cirées en Europe dans le cadre du nouveau protocole. « Les dégâts se situaient entre 30 et 50 % selon les envois », indique Marthia Botha, responsable du marketing chez Orex Exports.

Un verger de Valencia biologique dans la Sundays River Valley (photo fournie par SOGA)

« Le marché européen représente la part du lion de nos oranges biologiques et le nouveau protocole de froid a eu un effet dévastateur sur nos exportations vers l'UE », observe Paul Marais, directeur général de la Sundays Organic Growers Association (SOGA), créée en 2005 par un groupe de producteurs d'agrumes biologiques du Cap-Oriental. Il y a dix ans, ils ont créé SOGA Organic, le seul transformateur d'agrumes certifié biologique d'Afrique du Sud, dont la production a plus que doublé au cours des dix dernières années.

« Nous avions espéré être exemptés de ce nouveau protocole, mais rien n'a abouti. L'association des producteurs d'agrumes a plaidé en faveur des agrumes biologiques, mais en vain. »

Le faux carpocapse éliminé par la biodiversité des vergers biologiques
« C'est tellement ironique - nous, les producteurs biologiques, avons compris comment cultiver les agrumes sans le faux carpocapse, et maintenant nous sommes complètement évincés du marché », remarque la productrice d'agrumes biologiques Martli Slabber de Hexrivier Sitrus ; qui cultive des agrumes biologiques à Citrusdal depuis dix ans.

Il s'agissait de sa première récolte d'oranges biologiques depuis la conversion de vergers adultes (à droite).

Ce qui est vraiment grave, poursuit-elle, c'est qu'ils ont appris énormément de choses sur la façon de gérer les parasites sans produits chimiques, des leçons qui profiteraient à l'ensemble du secteur, « mais le nouveau protocole met un frein à tous nos efforts ».

Elle explique que dans le cadre de l'exigence précédente d'envoyer ses fruits à 4°C, ils ont dû ouvrir 1 800 fruits par verger pour prouver qu'il n'y avait pas d'interceptions de faux carpocapse (FCM). « Nous avons toujours constaté qu'il n'y avait pas de FCM dans nos vergers parce qu'il y a tellement de microbes dans le sol qui perturbent le faux carpocapse », dit-elle.

En effet, depuis que le faux carpocapse a été déclaré organisme de quarantaine dans l'UE il y a trois ans, il n'y a eu aucune interception de l'insecte sur des oranges biologiques provenant d'Afrique du Sud.

« Nous sommes des producteurs-exportateurs certifiés biologiques et le règlement de l'UE nous prend vraiment à contre-pied. »

Quo vadis pour les oranges biologiques sud-africaines ?
Martli a choisi de commercialiser ses oranges biologiques de manière conventionnelle, ce qui n'est pas une approche durable. « Pour le moment, j'ai cessé d'envoyer des oranges biologiques vers l'UE, car nous n'avons pas de clarté sur la manière de le faire sans dommage. »

« Du côté de SOGA, on a essayé de trouver des marchés alternatifs comme le Canada. Mais les augmentations exorbitantes des frais de transport ont chassé tout espoir de bénéfices. De même, les tarifs d'expédition vers l'UE ont eu un effet similaire sur notre rentabilité », explique Paul.

Il maintient que l'industrie biologique doit convaincre l'Union européenne qu'elle a mis en place des mesures d'atténuation suffisantes contre le faux carpocapse.

Il existe quelques possibilités pour les agrumes biologiques en Scandinavie et au Royaume-Uni, mais l'UE est cardinale pour les producteurs d'agrumes biologiques sud-africains, qui ne sont encore qu'une poignée, mais dont la cohorte s'est nettement agrandie au cours de la dernière décennie.

« Nous ne faisons pas de jus concentré, seulement du pur jus ou NFC (Not From Concentrate). Le jus biologique a un marché plus large que le fruit non transformé, mais là encore, les augmentations exorbitantes des frais de transport ont fait disparaître le profit (et le plaisir) », remarque Paul.

« C'était la première année que nous pouvions fournir des navels et des valencias de Washington biologiques après notre période de conversion de trois ans. C'était notre première récolte. Maintenant, il est très difficile de poursuivre le développement tant que nous n'aurons pas clarifié la situation. Cela a un effet extrêmement grave sur notre commercialisation ».

« Il s'agit maintenant de se retrancher et de survivre » , note-t-elle.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)