« Nous demandons à l'administration de ne pas adopter de mesures fiscales qui nuisent à la compétitivité des entreprises »

La taxe sur les plastiques continue de susciter des doutes

Le 1er janvier, la « taxe sur les plastiques » entrera en vigueur, une taxe qui suscite des « doutes juridiques » dans l'industrie alimentaire, qui craint également l'impact économique sur un secteur qui souffre déjà d'une augmentation des coûts dans ses processus.

Comme publié par Efeagro, cette taxe établit 45 centimes par kilogramme de plastique à usage unique, qui découle de la loi sur les déchets et les sols contaminés.

« Nous demandons à l'administration, dans la situation économique tendue actuelle, de ne pas adopter de mesure fiscale qui nuit à la compétitivité des entreprises et des consommateurs eux-mêmes », indiquent des sources de la Fédération Espagnole des Industries Alimentaires et des Boissons.

La mise en œuvre d'un impôt de ces caractéristiques est « très complexe et nécessite un développement réglementaire où toutes les procédures et démarches administratives à suivre sont expliquées en détail », ajoutent-ils.

Dans cette optique, la FIAB estime que « les entreprises doivent disposer d'une marge de temps suffisante pour pouvoir résoudre ces questions. » 

Selon la responsable de la durabilité de l'Association Espagnole des Fabricants et Distributeurs (AECOC), Cinta Bosch, « le plastique est indispensable pour de nombreux usages et irremplaçable. » Elle estime qu'il n'existe pas de plastique recyclé disponible en quantité ou en qualité pour approvisionner l'ensemble de l'industrie alimentaire et, en outre, qu'il existe des plastiques recyclés qui ne peuvent pas être utilisés pour les aliments.

Bosch attire l'attention sur une autre des obligations impliquées par cette loi, telle que la responsabilité élargie du producteur, une mesure qui pourrait avoir un impact de 1,15 milliard sur le secteur dans un contexte de flambée des coûts, notamment énergétiques.

Mais l'expert de l'AECOC comprend que tous ces coûts réduiront la compétitivité des entreprises, car seule l'Italie a une taxe similaire.

 

Source : efeagro.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)