Tony Derwael, Bel'Export :

« Les pommes moldaves n'ont pas de perspectives immédiates en Europe occidentale »

Aujourd'hui, un Européen de l'Ouest parle de l'histoire de la Moldavie, dans laquelle, jusqu'à présent, seuls les locaux ont eu leur mot à dire. Le point de vue exposé est celui d'un producteur/négociant connaissant bien cette région du sud-est de l'Europe, sa culture et, surtout, le secteur fruitier de ce petit voisin de l'Ukraine. « Je m'y suis rendu plus d'une fois. Je voulais mettre en place quelque chose pour exporter vers la Russie, mais cela ne s'est finalement pas fait », explique Tony Derwael, propriétaire de Bel'Export pour expliquer son lien avec la Moldavie.

Bel'Export est une entreprise belge de culture et de commerce qui se concentre sur les fruits à pépins, avec 30 millions de kilos de poires et 15 millions de kilos de pommes passant chaque année sur les lignes de traitement de son installation de conditionnement. Elle aussi a été durement touchée lorsque, le 7 août 2014, la Russie a décrété un embargo sur les fruits, la viande, le poisson et les produits laitiers européens.

La Russie a longtemps été le marché le plus important des fruits moldaves, pourtant, selon Tony, les producteurs et les exportateurs moldaves ont toujours gardé un œil sur le marché de l'Europe occidentale. « Parfois, nous avons dû importer plus particulièrement des prunes. Celles-ci parviennent à combler le vide. Ce produit est d'excellente qualité. »

Peu de pommes moldaves sur le marché de l'UE
« Pour les pommes, c'est une autre histoire. Les pommes moldaves sont sans doute délicieuses au goût, mais je vois peu d'opportunités pour elles sur le marché d'Europe occidentale. Tout d'abord, la concurrence de la Pologne est trop féroce. Ce pays dispose d'une offre énorme et peut également proposer le produit à un prix plus avantageux. Un voyage de Moldavie à ici coûte facilement 5 000 €, soit 0,25 €/kg, alors que vous pouvez obtenir des Galas polonaises hors taxe pour 0,40 €/kg. En comparaison, les Galas françaises se négocient entre 0,80 et 0,90 €. »

Du local pour les locaux : des mesures protectionnistes ?
Quoi qu'il en soit, la Moldavie ne doit pas seulement faire face à la concurrence des produits polonais moins chers ; elle doit également faire face - comme indiqué dans les articles précédents - au prestige dont jouissent les produits d'Europe occidentale et méridionale. « Les supermarchés d'ici proposent des Galas, mais elles viennent invariablement de France ou d'Italie », explique Tony. « La France et l'Allemagne, les plus grands marchés d'Europe occidentale, n'importent des produits que lorsqu'ils n'en ont plus de leur propre stock. »


« Je ne suis pas en faveur du protectionnisme : je crois au libre-échange et je souhaite y inclure les producteurs moldaves. Mais je ne pense pas que l'élargissement des quotas les aidera à exporter davantage de pommes vers l'Europe occidentale et septentrionale, du moins dans l'immédiat. C'est aussi parce qu'il y a peu de place sur le marché pour leurs variétés. Ils cultivent très peu de Jonagolds, alors que les Belges sont toujours très friands de cette pomme après 40 ans. Ils n'ont pas d'Elstar, à laquelle les Hollandais et les Allemands sont attachés. Ils ont d'autres variétés, souvent plus récentes que celles que nous avons ici. D'ailleurs, la Belgique doit se préparer à échanger la Jonagold contre une autre pomme. Cette variété approche de sa date de péremption, alors que l'Elstar a encore des années devant elle aux Pays-Bas et en Allemagne. »

Roumanie, Moyen-Orient et Inde
« Alors, que peut offrir la Moldavie ? Des Braeburn et des Gala, par exemple, ou des Fuji. Je vois des opportunités certaines au Royaume-Uni et en Roumanie, le grand voisin de l'UE à l'ouest de la Moldavie, où les gens parlent la même langue. En ce sens, le doublement des quotas pourrait s'avérer utile, même si la Roumanie, avec ses 19 millions d'habitants, n'est pas exactement le plus grand marché non plus. »

Tony comprend que les cultivateurs moldaves pensent au Moyen-Orient. « Je peux en effet y voir le salut. Ce marché est assez grand (57,6 millions d'habitants en 2021 selon les chiffres de la Banque mondiale, si l'on ajoute les marchés potentiels comme les populations d'Israël, d'Arabie saoudite, du Qatar et des Émirats arabes unis - ndlr), et les variétés que la Moldavie a à offrir y sont populaires. On observe une certaine concurrence de la part de l'Afrique du Sud et des États-Unis. »

« Mais je pense que la Moldavie a un avantage concurrentiel en ce qui concerne les délais et les tarifs de transport. Je pense même que le gouvernement européen pourrait être utile. Il pourrait suivre l'exemple des programmes que l'USAID a mis en œuvre avec succès pendant des décennies dans les anciens pays du bloc de l'Est, dont la Moldavie, via l'association industrielle Moldova Fruct. Voilà qui serait utile. La Moldavie a même un avantage sur nous au Moyen-Orient, car nous n'avons pas les variétés à exporter vers la péninsule arabique. Les Elstar et Jonagold sont tout simplement molles. »

« Les variétés rouge foncé peuvent aller en Inde. J'ai aidé certains producteurs moldaves en leur transmettant des informations de contact. L'Inde a beaucoup de pommes, mais elle n'est pas autosuffisante. Elle produit à peu près autant que l'Union européenne dans son ensemble, mais sa population est beaucoup plus nombreuse (selon les données de la Banque mondiale, l'année dernière, l'Union européenne comptait 447 millions d'habitants et l'Inde 1,393 milliard, soit trois fois plus). L'Égypte est également une option. Je crois que le gouvernement moldave s'efforce d'exploiter ce marché. Mais la Pologne, avec son énorme récolte de pommes, n'est pas en reste non plus. »

L'Égypte (104 millions d'habitants selon la Banque mondiale) est loin d'être un petit marché, mais depuis ce printemps, les exportations de fruits vers ce pays d'Afrique du Nord sont devenues plus difficiles. En raison de la pénurie de devises (comprendre, l'Euro et le Dollars américain) le 1er mars 2022, la Banque centrale d'Égypte a imposé des règles de paiement restrictives le 1er mars 2022. Cela concerne de nombreuses importations. L'objectif est de dépenser les devises disponibles uniquement pour les produits de première nécessité comme le blé et les médicaments.

Du vin (et du raisin)
Tony ne voit pas l'Europe occidentale comme un marché de vente immédiat pour les cerises : « leur climat fait que leurs cerises sont plus petites que ce que demande notre marché ». Cependant, il fait l'éloge de la saveur de leurs raisins et d'un produit dérivé de ceux-ci : le vin. « Le vin moldave est fantastique, ce qui est logique quand on a des raisins aussi délicieux. C'est une région qui bénéficie de l'un des meilleurs ensoleillements d'Europe. Ils devraient réfléchir à la demande du marché européen et réagir en conséquence. Pourquoi ne pas cultiver des myrtilles et d'autres baies ? »

Concurrence avec la Turquie
La Moldavie doit s'efforcer d'exploiter les marchés et de se forger une réputation, car la concurrence s'intensifie. Même si la Russie réouvrait ses portes, le potentiel d'exportation serait plus limité car la Russie développe ses propres cultures et d'autres pays, comme la Turquie, gagnent des parts de ce marché. « La Turquie s'établit sur plusieurs marchés. Elle sera en concurrence avec la Moldavie, comme elle l'est avec nous. En Russie, la Turquie a déjà gagné une partie de notre ancienne part de marché, et je pense que, maintenant, elle va combler le vide laissé par le récent embargo sur les fruits moldaves. »

Mauvaises réactions en 2014
Tony veut conclure en revenant sur les événements de 2014, après l'annexion de la Crimée et les sanctions mutuelles qui ont suivi entre l'Europe et la Russie. « L'Europe voit maintenant qu'elle s'est trompée en ne prenant pas de mesures sévères contre le Kremlin. Si nous avions réagi de manière plus décisive, le régime russe n'aurait peut-être pas osé envahir l'Ukraine. En ce sens, il s'avère que nous, les producteurs de fruits, avons également réagi de manière incorrecte. Mais la Commission européenne aurait dû indemniser temporairement les producteurs de fruits, ce qu'elle n'a pas fait. Elle a laissé tomber les producteurs. Ils n'avaient apparemment pas les moyens d'aider, mais la pandémie a prouvé que lorsque les politiciens le veulent, ils peuvent trouver des ressources suffisantes », conclut Tony.

 

Pour plus d'informations :
Tony Derwael
Bel'Export
Neremstraat 2
3840 Borgloon (België)
Tél. : +32 (0)12 67 10 50
Cell : +32 (0) 475 723 022
belexport@belexport.com
www.belexport.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)