Hugo Steeds, de Pérez Zara Agrícola : « L'utilisation de micro-asperseurs augmente inutilement l'empreinte hydrique »

« Le consommateur mérite de manger un avocat exceptionnel et non un fruit médiocre à un prix injustifié »

Ces dernières années, la province de Cadix a connu une expansion de la culture de l'avocat qui, comme l'explique Hugo Steeds, s'étendrait sur quelque 2 500 hectares dans la zone de Campo de Gibraltar qui, auparavant, produisait surtout des agrumes. « Il s'agit d'une zone privilégiée en termes de disponibilité de l'eau, puisque, géographiquement, elle bénéficie des apports des bassins du parc de Grazalema et de la chaîne de montagnes de Ronda ; en fait, dans le passé, c'était une zone de riziculture. » 

« Pérez Zara Agrícola a commencé en 1999 avec la culture d'agrumes et en 2015 nous avons concentré notre activité sur l'avocat. Nous avons 115 hectares de cultures propres et, si nous comptons les agriculteurs de la région avec lesquels nous collaborons, cette année, où nous prévoyons une croissance de 10 %, nous serons autour de 220-230 hectares d'avocats. » 

Cette zone de la province, en plus de disposer d'une disponibilité en eau relativement plus grande que dans d'autres régions d'Andalousie, maintenant que sa rareté en a fait une ressource encore plus précieuse, possède une caractéristique propre qui s'avère actuellement être un avantage pour la culture de ce fruit subtropical : le sol calcaire.

« Il est bien connu dans le secteur de l'avocat que pour sa culture, il faut avoir des sols sableux, mais si l'on gère bien le sol calcaire, cela représente une énorme économie en termes d'approvisionnement en eau ainsi qu'en micro et macronutriments », souligne Hugo. « Ce profil de sol a une meilleure rétention de l'humidité et des nutriments par rapport à un sol sableux qui, étant plus poreux, a un meilleur drainage et nécessite un apport beaucoup plus important d'engrais et d'eau. » 

« En tant que producteurs de sols calcaires, nous avons réalisé que c'est un avantage, à condition d'avoir une excellente gestion du sol, bien qu'il y ait plusieurs facteurs à prendre en compte. L'une d'entre elles est la génétique de l'arbre lui-même : la tendance en Espagne est de planter du clonal, ce qui centre les calibres dans la gamme 18 à 24, mais au Pérou ou dans d'autres origines émergentes, on a tendance à planter du noyau, ce qui génère des fruits plus gros. Un autre facteur est le climat. En Andalousie - en général en Espagne, au Portugal et au Maroc - nous nous trouvons dans une zone de rayonnement solaire extrême et de stress thermique en été, et nous constatons que, ces derniers temps, on encourage l'expansion de l'utilisation de micro-asperseurs au-dessus des arbres pour éviter que les fruits ne souffrent de la chaleur et pour que les calibres ne soient pas affectés. Mais nous sommes aussi dans une zone de stress hydrique », rappelle Hugo Steeds.

« L'utilisation de micro-asperseurs augmente considérablement les litres d'eau nécessaires pour produire un kilo de fruits et ne fait que contrôler la température atmosphérique pendant leur utilisation, mais en réalité, ce qui doit être protégé du stress, tant de la chaleur que du froid, c'est le système racinaire de la plante, et cela ne peut être obtenu qu'avec une bonne gestion technique du sol. » 

« Dans nos exploitations, nous nous engageons à créer des couches de végétation sous les arbres, qui contribuent à maintenir l'humidité et à empêcher le sol d'être exposé au soleil et au vent, ce qui abaisse considérablement sa température, et qui ont également la capacité de fixer l'azote. » Nous effectuons également une taille verticale pour stimuler la croissance latérale des arbres afin que leur propre ombre protège le sol du rayonnement solaire, et nous apportons de l'azote et des acides aminés pour induire un plus grand développement des feuilles des arbres.

« Avec toutes ces mesures, dont la mise en œuvre coûte très peu, l'empreinte hydrique de la culture de l'avocat est fortement réduite. Cet été, les jours où la température était de 38 et 39 degrés et où beaucoup de nos voisins avaient leurs micro-asperseurs allumés, gaspillant inutilement de l'eau qui se perdait par évaporation, la température du sol de nos exploitations était de 26-28ºC », souligne Hugo. « D'autre part, cet excès d'eau se transforme en problèmes fongiques tels que le Phytophthora. » 

« Si nous voulons vraiment maintenir la croissance de la consommation d'avocats au niveau européen, la question de la durabilité est essentielle et elle le sera encore plus à l'avenir. Le secteur de la distribution va obliger l'Arc méditerranéen à certifier ses sources d'eau et son empreinte sur l'eau. » Mais la qualité est également essentielle, souligne Hugo.

« Chez Pérez Zara Agrícola, nous nous attachons à ne cultiver que des produits de qualité supérieure et à assurer une production durable. Entre décembre et mai, nous produisons en moyenne 70 000 à 80 000 kilos d'avocats par semaine, que nous commercialisons toujours au plus près, en essayant de minimiser les exportations sur de longues distances afin de réduire notre empreinte CO₂. Pour l'instant, nous avons le luxe de canaliser les fruits vers des canaux qui exigent la qualité. » 

« Nous avons vécu 8 à 10 ans d'une explosion de l'avocat qui a laissé des traces sur la qualité du fruit que l'on achète actuellement dans les supermarchés. Le consommateur mérite de manger un avocat exceptionnel et non un fruit médiocre à un prix injustifié, et le secteur en général devrait se rendre compte que travailler des fruits de mauvaise qualité tue le consommateur dont nous avons tant besoin. »

Pour plus d'informations :
Pérez Zara Agrícola
Ctra. a- 2101 km, 7,9
San Martín del Tesorillo, Cádiz (Espagne)
Tél. : +34 646 490 027
hugo@perezaragricola.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)