Pertes plus importantes en ce qui concerne les oranges

Perte minimale pour l'industrie du pomelo en Floride après le passage de l'ouragan Ian

Après le passage de l'ouragan Ian, le pomelo de Floride semble avoir survécu à l'événement sans trop de dommages. « Nous avons eu beaucoup de chance », déclare Dan Richey de Riverfront Packing Company. « La tempête s'approchait, puis elle a tourné au nord-est. C'est ce qui nous a permis de nous en tirer. »

Le pomelo de Floride est largement cultivé sur la côte est de l'État, dans la région du comté d'Indian River-St. Lucie. « Nous avons eu des vents de 30-35 MPH et des rafales de 60 MPH. Ces rafales ont donc arraché quelques fruits aux arbres ; je dirais environ 5 % en moyenne, parfois un peu moins, parfois un peu plus. Mais ce n'est pas quelque chose qui nous inquiète. Cela n'affectera pas notre conditionnement et nous nous sentons vraiment très chanceux », déclare Richey.


Des photos de l'industrie prises sur la trajectoire directe de la tempête montrent des arbres sous l'eau après le passage de l'ouragan Ian. Photo : Dan Richey.

En ce qui concerne la pluie, la région a reçu environ sept pouces de pluie. « Étant donné que nous sommes géographiquement très diversifiés quant à l'endroit où la tempête est passée, les dommages sont vraiment isolés dans cette zone. Certains secteurs sont confrontés à des difficultés majeures, mais rien qui puisse mettre l'industrie des agrumes de Floride sur le carreau », dit-il, ajoutant que la région a été privée d'électricité pendant plus d'une journée.

Une histoire différente pour les oranges ?
Bien qu'il soit encore tôt, certains rapports indiquent que les oranges, qui sont cultivées davantage dans le centre de l'État, devraient enregistrer des pertes plus importantes, avec davantage de fruits au sol et peut-être de l'eau stagnante dans certaines orangeraies. « Si vous vous trouviez dans la trajectoire de cette tempête, il est certain que vous aurez une importante perte de fruits ; cela ne fait aucun doute », déclare Richey.


Selon Richey, ceux qui se trouvaient dans la trajectoire de la tempête risquent de perdre beaucoup de fruits. Photo : Dan Richey.

Pour le pomelo, la situation est due en partie à la date de l'ouragan. « S'il était survenu plus tard, les conséquences auraient été autrement plus graves car il aurait interrompu notre saison d'expédition. Si nous avions déjà commencé à récolter, nous aurions dû nous arrêter une semaine à dix jours, car même si les fruits ont l'air en bon état, s'ils sont emportés par le vent autour de l'arbre, ils peuvent être perforés ou avoir une tige tordue », explique-t-il. « Plus tard, cela signifierait aussi que les fruits seraient plus gros et plus lourds et qu'il faudrait moins de vent pour les faire tomber de l'arbre. »

Les préparatifs sont toujours en cours pour que Riverfront Packing puisse commencer la récolte dans deux autres semaines, tel que prévu. « Des dommages mineurs ont été causés à quelques entrepôts de conditionnement, mais cela n'empêchera pas de commencer la récolte dans ces entrepôts ».

Pour plus d'informations :
Dan Richey
Riverfront Packing Company
Tél. : +1 (772) 562-4124
danr@riverfrontpacking.com
www.scottcitrus.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)