Abel Alarcón, de Brio Fruits :

« Nous avons commencé avec les premières clémentines Oronules sur un marché clean »

La saison des clémentines Oronules démarre avec un léger retard à Valence, mais elle trouve un marché avec une pression moindre des fruits d'outre-mer par rapport à l'année dernière à la même époque.

« Cette année, nous avons commencé directement avec la variété Oronules. Les années précédentes, nous avons commencé la saison avec la Clemenrubi, mais cette année, la taille - qui est déjà généralement faible pour toutes les variétés de clémentines en première partie de saison - a même été trop faible pour cette variété, ainsi qu'avec de faibles niveaux de jus en raison de l'effet de la chaleur », commente Abel Alarcón, directeur d'Agrios Selectos, plus connu pour sa marque Brio Fruits. « De plus, cette variété a tendance à se heurter davantage à la fin de la saison de la mandarine dans l'hémisphère sud, il semble donc qu'elle suscite de moins en moins d'intérêt en général. » 

Selon le directeur de cette entreprise basée à Real de Gandía, Valence, « il semble que le marché pourrait être « plus propre » de fruits provenant d'outre-mer cette année, ce qui permet un démarrage plus optimiste. L'offre n'est pas aussi importante que les autres années et, dans le même temps, il semble que la consommation de mandarines et de clémentines ait commencé à reprendre en septembre. Il y a encore des mandarines Orri et Nadorcott de l'hémisphère sud, mais en plus petites quantités car la demande a été bonne. » 

« En ce qui concerne les oranges, on espère qu'il n'y aura pas autant de chevauchement que l'année dernière avec les fruits en provenance d'Afrique du Sud, car c'est la première année que la Commission européenne a mis en place un traitement par le froid à leur arrivée dans les ports européens pour éviter les parasites, ce qui a compliqué et renchéri les exportations. J'espère qu'à l'avenir, cette méthode pourra être appliquée à d'autres espèces d'agrumes, car le risque d'introduction de parasites est encore latent. C'est le cas de la cochenille sud-africaine, qui affecte beaucoup les clémentines et qui, bien qu'il ait été contenu dans une certaine mesure dans les zones déjà touchées, continue de se propager et suscite beaucoup d'inquiétude dans le secteur en raison des dommages qu'il cause à la production et de l'augmentation des coûts des traitements phytosanitaires pour le combattre », souligne Abel Alarcón.

En ce moment, selon le producteur et l'exportateur, les clémentines rapportent plus dans les champs que l'année dernière à la même époque. « Il faut garder à l'esprit que les coûts sont également plus élevés dans tous les maillons de la chaîne. Les fruits importés sont également plus chers, mais il y a moins de volumes tant en provenance de l'étranger que dans la récolte espagnole, de plus de 10 % par rapport à la saison dernière, à la fois en raison des effets des conditions climatiques et de l'abandon des terres par les petits producteurs qui ne peuvent pas faire face à l'augmentation des coûts de production. Pour le moment, les gros calibres sont rares dans toutes les variétés et toutes les espèces d'agrumes, mais les pluies prévues pour ce mois-ci pourraient favoriser les variétés les plus tardives. » 

L'entreprise valencienne poursuit sa croissance en termes de volumes de clémentines et de mandarines, qui gagnent du terrain sur les oranges, tout en continuant à investir dans des variétés d'oranges pigmentées telles que Sanguinelli et Cara Cara. Ses principaux marchés sont l'Allemagne, la France, la Belgique, l'Italie, la Pologne et occasionnellement l'étranger. « Depuis l'année dernière, nous avons gagné en présence dans les supermarchés en Espagne où nous espérons continuer à nous développer dans les années à venir. » 

« Nous investissons également pour installer davantage de panneaux solaires sur le toit de notre entrepôt. Nous produisons de l'électricité grâce à l'énergie solaire depuis 2009, mais maintenant, comme les panneaux sont plus efficaces, nous allons les remplacer par de nouveaux. Nous allons également investir dans de nouvelles caméras infrarouges plus performantes que celles dont nous disposons déjà, afin de mieux écarter les fruits en début de pourriture », conclut Abel Alarcón.

Pour plus d'informations :
Abel Alarcón
Agrios Selectos S.L. (Brio Fruits)
Tél. : +34 962 868 000
brio@brio.es 
www.brio.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)